Washington comprend la construction de l’implantation promise il y a quelques mois
Rechercher

Washington comprend la construction de l’implantation promise il y a quelques mois

Un responsable de la Maison Blanche dit qu'à l'avenir, Israël a accepté de prendre les inquiétudes de Trump en considération

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le président américain Donald Trump, à la Maison Blanche, le 15 février 2017. (Crédit : Saul Loeb/AFP)
Le président américain Donald Trump, à la Maison Blanche, le 15 février 2017. (Crédit : Saul Loeb/AFP)

L’administration Trump a fait part de sa compréhension face à la décision prise jeudi par le gouvernement israélien d’établir une nouvelle implantation en Cisjordanie, dans la mesure où la coalition de Netanyahu s’y était engagée avant que Trump n’exprime ses propres objections à l’expansion des constructions.

Dans le même temps, la Maison Blanche s’attend à ce qu’Israël réduise le rythme de ses constructions d’implantation à l’avenir, selon un responsable de l’administration, qui a par ailleurs indiqué que Jérusalem avait accepté de revoir ses programmes d’expansion à la baisse après l’établissement de cette nouvelle communauté offerte en compensation aux habitants d’un avant-poste dont les maisons ont été détruites il y a deux mois.

« Le président Trump a exprimé en public et en privé ses inquiétudes en ce qui concerne les implantations. Comme l’administration en a clairement fait état : Tandis que l’existence des implantations ne représente pas en soi une entrave à la paix, des activités de construction sans restriction n’aident pas à avancer vers la paix », a déclaré un responsable de la Maison Blanche au Times of Israel dans la soirée de jeudi.

« Le gouvernement israélien a clairement établi que son intention est d’adopter une politique concernant les activités d’implantations qui prenne en considération les préoccupations qui ont été exprimées par le président. Les Etats unis s’en réjouissent ».

Quelques minutes avant les commentaires prononcés par le responsable, le cabinet sécuritaire israélien avait voté à l’unanimité la création d’une nouvelle implantation pour les évacués d’Amona, avant-poste de Cisjordanie qui a été démantelé au début du mois de février après que la Haute cour a jugé qu’elle avait été érigée sur des terres appartenant à des propriétaires palestiniens.

Avant même ce démantèlement, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait promis aux habitants évacués qu’ils auraient droit à une communauté construite ailleurs en Cisjordanie.

La nouvelle implantation, qui se situe à Emek Shiloh, au nord de Ramallah, sera la première communauté approuvée par le nouveau gouvernement en environ 25 ans.

De plus, le Bureau du Premier ministre a lancé, jeudi dans la soirée, un appel d’offre concernant environ 2 000 logements dans les implantations. 6 000 avaient été annoncées au mois de janvier.

Démantèlement par le ministère de la Défense de l'avant-poste illégal d'Amona, dans le centre de la Cisjordanie, le 6 février 2017. (Crédit : conseil d'Amona)
Démantèlement par le ministère de la Défense de l’avant-poste illégal d’Amona, dans le centre de la Cisjordanie, le 6 février 2017. (Crédit : conseil d’Amona)

« En ce qui concerne la nouvelle implantation pour les résidents d’Amona, nous notons que le Premier ministre israélien a fait une promesse aux habitants d’Amona avant que le président Trump ne fasse même part de ses attentes, et il a constamment indiqué qu’il avait la ferme intention de mener à bien ce plan », a expliqué le responsable de la Maison Blanche au Times of Israel, s’exprimant sous couvert d’anonymat.

« En avançant et alors que nous entrons dans des discussions plus détaillées sur les possibilités de promouvoir la paix israélo-palestinienne, le gouvernement israélien a établi très clairement que l’intention d’Israël est d’adopter une politique concernant les activités d’implantation qui prenne en compte les préoccupations du président Trump ».

Washington continuera à travailler avec les Israéliens, les Palestiniens et d’autres acteurs essentiels de la région pour « créer un climat qui puisse mener à la paix », a ajouté le responsable de la Maison Blanche. « Nous espérons que les parties entreprendront des actions raisonnables qui feront avancer les choses et mettront en place un climat qui saura conduire à la paix ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...