Un expert informatique israélien a averti mercredi que le « prochain 11 septembre » sera réalisé par des pirates informatiques infiltrant des tours de contrôle, plutôt que des attentats-suicides.

Le colonel de réserve, Dr Gabi Siboni, a déclaré que les Etats-Unis et Israël doivent augmenter leur coopération en préparation de futures attaques terroristes. Il a déclaré qu’un manque de confiance empêche une collaboration plus importante entre les deux alliés.

« Les pirates informatiques ont commencé à cibler des usines électriques et nucléaires et d’autres opérations critiques autour du monde dans des efforts continus et audacieux pour prendre leur contrôle », a déclaré Siboni, le directeur du Programme de Sécurité Informatique de l’Institut d’Israël pour les Etudes de Sécurité Nationale.

Siboni s’est exprimé à l’approche d’une conférence bilatérale sur la sécurité informatique devant avoir lieu à Washington DC plus tard ce mois.

Selon Siboni, dans le pire des scénari, des groupes terroristes pourraient déranger et peut-être infiltrer des infrastructures sensibles de contrôle aérien entraînant des accidents mortels et conduisant les systèmes de vol à un arrêt.

Même si seulement des États développés possèdent actuellement les capacités nécessaires pour mener des attaques d’une telle envergure, Siboni a averti que cela pourrait bientôt changer.

« Le prochain 11 septembre aura lieu sans attentat-suicide à la bombe à bord d’un avion avec des cutters mais se produira à cause d’un incident informatique perpétré par une organisation terroriste », a-t-il déclaré.

« L’agression informatique est largement utilisée et est devenue une arme de base employée dans des conflits internationaux. Des pays sont responsables des attaques de la plupart des infrastructures nationales et les gouvernements à travers le monde occidental ont compris qu’ils doivent consacrer des ressources non seulement pour acheter de nouveaux tanks et des systèmes de défense aérienne, mais aussi dans des infrastructure de défense informatique », a-t-il ajouté.

Malgré l’amplitude de ces menaces, Siboni a déclaré que le partenariat stratégique entre Israël et les Etats-Unis dans le domaine de la sécurité informatique doit encore être totalement développé.

« Etablir un appareil bilatéral qui combine les capacités technologiques du civil et les renseignements militaires est actuellement l’une des questions les plus urgentes à l’ordre du jour », a-t-il déclaré.

Il a insisté sur les projets sécuritaires comme le Dôme de fer, la Fronde de David ou Flèche comme des exemples réussis de coopération sécuritaire entre les deux pays, tout en soulignant qu’il existe très peu de coopération sur les questions informatiques.

« La coopération en matière de sécurité informatique doit encore surmonter des obstacles de suspicion principalement que les pays utiliseront la technologie nouvellement acquise contre eux », a déclaré Siboni.

Israël est devenu un centre de recherche et de développement en matière de sécurité informatique avec des multinationales des Etats-Unis, de l’Europe et de l’Asie installant leur laboratoires de recherche et développement pour créer des stratégies et des technologies de défense informatique plus efficaces.

On estime que les compagnies israéliennes de sécurtié informatique exportent chaque année 3 milliards de dollars en connaissance, services et solutions chaque année, développant de nombreuses technologies dont le monde aura besoin dans les années à venir afin de protéger les banques, les infrastructures et les serveurs gouvernementaux.

Pourtant, alors que les compagnies privées du monde entier ont envie d’acquérir les technologies israéliennes, le gouvernement américain est beaucoup plus hésitant, selon Siboni.

« La technologie et les entreprises israéliennes luttent pour mettre un pied dans le marché de la défense fédérale américain mais ne peuvent principalement opérer que dans le secteur privé », a-t-il noté.

Ces questions seront abordées lors de la Conférence à venir sur le Renseignement et les Opérations de Défense Informatiques, un partenariat israélo-américain qui explorera les manières de joindre leurs forces contre la menace informatique.

Des officiels de haut rang israéliens et américains participeront au rassemblement à Washington DC les 27 et 28 avril, où les entreprises israéliennes tenteront d’attirer l’attention américaine sur les technologies de tout dernier cri.

David Shammah a contribué à cet article.