Dans ce qui pourrait être le présage d’une plus vaste répression, l’Autorité des titres israélienne (ATI) a mené le 8 novembre une opération inhabituelle dans les bureaux d’iTrader à Ramat Gan. iTrader propose des transactions de Forex et d’options binaires au public israélien. Sept personnes, des dirigeants et des vendeurs, ont été arrêtées.

L’ATI a accusé les sept hommes de fournir des conseils en investissement sans autorisation, et de fraude aggravée, des faits qui se seraient tous produits entre mai 2013 et mai 2016.

En partie poussée par les mois de reportage du Times of Israël sur la large fraude des entreprises d’options binaires israéliennes, l’ATI promet à présent de fermer toute l’industrie, et rédige un projet de loi à cet effet.

Elle est soutenue par le bureau du Premier ministre.

La perquisition de jeudi, marquée par les arrestations non seulement du PDG, mais aussi de vendeurs, a indiqué que la répression tardive à l’encontre des entreprises frauduleuses qui ont dupé et arnaqué des victimes dans le monde entier pendant des années pourrait également s’étendre aux employés de bas niveau, qui ont pu penser qu’il était peu probable qu’ils soient arrêtés et poursuivis.

iTrader « est essentiellement un mécanisme de fraude et d’exploitation des clients bien huilés », a déclaré à la cour des magistrats de Tel Aviv l’avocat Eran Shacham-Shavit, du département des enquêtes de l’ATI.

S’exprimant pendant l’audience statuant sur la libération conditionnelle des suspects le 9 novembre, il a ajouté que « les clients n’ont pas compris dans quoi ils investissaient, et ont cru les mensonges présentés par les employés de l’entreprise, qui se présentaient comme des coaches en transaction, et savaient exactement quelles choses trompeuses il fallait dire pour que les clients déposent encore plus d’argent. »

La rue Jabotinsky de Ramat Gan accueille de nombreuses entreprises d'options binaires. Illustration. (Crédit : Simona Weinglass/Times of Israel)

La rue Jabotinsky de Ramat Gan accueille de nombreuses entreprises d’options binaires. Illustration. (Crédit : Simona Weinglass/Times of Israel)

« Ces employés étaient motivés par l’avidité et le désir de bonus, aux dépens de leurs clients. Ils leur ont caché des informations sur leurs comptes, et même quand les pertes des clients augmentaient, les employés de l’entreprise, à la connaissance et sous la supervision de leurs directeurs, ont exploité la situation », a ajouté le responsable de l’ATI.

« Leur objectif était de nourrir la machine à cash bien huilée qui menait à des investissements ratés, en sachant très bien qu’il y avait de très grandes chances que leurs clients perdent leur argent. »

A l’instar de beaucoup d’entreprises israéliennes d’options binaires, iTrader fait sa publicité en parrainant une équipe sportive, l’équipe de basket du Maccabi Tel Aviv. Elle présente ses affaires dans une publicité où jouent plusieurs membres de l’équipe.

Les sept hommes arrêtés par l’ATI sont Ido Fishman, le président et directeur général de l’entreprise, Daniel Swartz, directeur des ventes de Gal Media Trade Lyd., qui gère itrader.co.il et est vice-directeur général d’une autre entreprise gérée par Fishman, Naor Noah, qui dirige le service de rétention, et Jonathan Tourjman, directeur d’équipe. Itzhak Babler, Itam Durab et Maor Jerby, trois employés qui travaillaient comme « coaches » en transaction, ont également été arrêtés.

Les sept hommes ont été libérés sous caution mais n’ont pas le droit de quitter le pays durant 180 jours, pendant que l’ATI continue à enquêter sur l’affaire.

Le 14 juin 2016, l’Ati avait refusé une demande de licence d’iTrader en raison de doutes sur la probité et l’intégrité de l’entreprise. Il avait été ordonné à la compagnie de cesser de solliciter des clients, mais elle continuait cependant à travailler pendant la perquisition de cette semaine.

Logo d'iTrader

Logo d’iTrader

L’ATI a affirmé le 9 novembre qu’en plus de frauder les clients, Fishman, le PDG de l’entreprise, avait fait obstruction et interféré avec l’enquête pénale du régulateur sur l’entreprise.

Le Times of Israël a parlé avec deux citoyens israéliens qui ont perdu plus de 100 000 shekels avec iTrader : un homme qui a perdu plus de 100 000 shekels (23 800 euros) et une femme handicapée et divorcée, qui souffre de la maladie de Parkinson et a perdu quasiment toutes les économies de sa vie, plus de 600 000 shekels (143 000 euros).

Pendant l’audience du 9 novembre à la cour des magistrats de Tel Aviv, l’avocat d’Ido Fishman et des six autres suspects a dit au juge que « nous sommes le sponsor principal de l’équipe de basket du Maccabi Tel Aviv, pas une entreprise qui agit dans l’ombre », ajoutant que pendant les trois années en question, l’entreprise avait eu des milliers de clients, mais seulement 10 procès.

« En fait, nous nous sommes comportés de manière transparente », a déclaré l’avocat.

Le quartier de la bourse du diamant à Ramat Gan, où sont situées de nombreuses entreprises d'options binaires, le 23 juin 2015. Illustration. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le quartier de la bourse du diamant à Ramat Gan, où sont situées de nombreuses entreprises d’options binaires, le 23 juin 2015. Illustration. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Solliciter des clients à l’étranger

iTrader.co.il, qui a sollicité des clients israéliens, est également étroitement associé à la marque FMTrader, un courtier en options binaires qui continue à solliciter des clients à l’étranger. Les deux entreprises partagent la même adresse à Ramat Gan et certains employés.

FMTrader a fait l’objet d’avertissements de la Commission des titres de Manitoba, une des provinces du Canada, de la Commission d’investissement et des titres australienne (ASIC), et de l’Autorité des marchés financiers néozélandaises.

« L’ASIC prévient que cette entreprise pourrait être impliquée dans une arnaque. Ne traitez pas avec cette entreprise, qui n’est pas autorisée en Australie », peut-on lire dans l’avertissement australien.

La commission des titres de Manitoba a écrit de FMTrader que « nous avons récemment parlé avec un habitant de Manitoba qui a investi 28 000 dollars dans les marchés d’options binaires après avoir découvert FMTrader par une publicité sur un réseau social. Cet investisseur a été attiré par la promesse de ‘transactions sans risque’ et de ‘profits élevés’. Après avoir investi 5 000 dollars en liquide et 23 000 dollars par cartes de crédit, il a été dit à l’investisseur qu’il ne pourrait pas retirer d’argent avant d’avoir placé au moins un million de dollars en transactions. Sur la base des affaires précédentes impliquant les options binaires, il est très improbable que cet individu de 24 ans puisse un jour retrouver une partie de cet investissement. »

Le professeur Shmuel Hauser, président de l'Autorité des titres israélienne, à une commission des Finances de la Knesset. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le professeur Shmuel Hauser, président de l’Autorité des titres israélienne, à une commission des Finances de la Knesset. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Au cours des derniers mois, le Times of Israël a détaillé la fraude massive des entreprises israéliennes d’options binaires, en commençant en mars par un article intitulé « Les loups de Tel Aviv », et a estimé que l’industrie représente plus de 100 entreprises en Israël, dont la plupart sont frauduleuses et emploient diverses ruses pour voler l’argent de leurs clients.

Ces compagnies trompent leurs victimes en leur faisant croire qu’elles proposent des investissements lucratifs à court terme, mais dans l’écrasante majorité des cas, les clients finissent par perdre tout leur argent, ou presque.

Le bureau du Premier ministre a condamné le mois dernier les « pratiques sans scrupule » de l’industrie, et a appelé à son interdiction dans le monde entier.

La semaine dernière, Hauser a déclaré au Times of Israël que des consultations avaient commencé sur la formulation d’une loi qui interdirait à toutes les entreprises d’options binaires basées en Israël de cibler n’importe quel individu dans n’importe quel pays. (Il est déjà interdit aux entreprises israéliennes de cibler des Israéliens.) Les consultations ont été étendues au procureur général, Avichai Mandelblit, et au gouvernement, a-t-il déclaré.

Une fois une telle loi votée, l’ATI devrait avoir l’autorité pour perquisitionner et arrêter des directeurs et des employés de nombreuses autres entreprises, et pas seulement de celles qui ciblent les Israéliens.

« Je suis profondément troublé » par cette industrie frauduleuse, a déclaré Hauser. L’objet de la nouvelle législation est « de mettre fin à toute cette histoire » d’opérations d’options binaires en Israël et depuis Israël.