ROME – L’usine de peinture dans la région du Piémont, où l’auteur et survivant la Shoah Primo Levi a travaillé, vient d’être réouverte en tant que centre culturel et musée de la mémoire.

L’inauguration a eu lieu ce week-end dans l’usine Siva à Settimo Torinese, dans la banlieue de Turin, où Primo Levi a travaillé pendant près de trente ans. L’usine a été fermée et abandonnée depuis maintenant vingt ans.

L’écrivain italien y travaillait comme chimiste puis comme directeur de 1947 à 1975, période pendant laquelle ses livres comme Le système périodique et surtout Si c’est un homme l’ont rendu célèbre dans le monde entier.

Le nouveau complexe comprend une exposition mise en place par le musée de la Shoah à Auschwitz et une autre exposition sur le sort des réfugiés. Il accueillera des concerts, des conférences et autres événements.

Il y a aussi une exposition sur la vie de Primo Levi située dans le bureau, qu’il utilisait quand il travaillait comme directeur de l’usine.

Le centre a été initié par la commune de Settimo Torinese, l’ONG Terra del Fuoco et l’organisation Train de la mémoire qui promeut l’enseignement de la Shoah.

Au cours de la dernière décennie, le Train de la Mémoire a emmené
25 000 lycéens italiens dans des voyages d’études à Auschwitz.