Une nouvelle technologie d’analyse de l’ADN montre que le yiddish, la langue historique des juifs ashkénazes, a pu trouver son origine dans le nord-est de la Turquie, selon une étude d’un chercheur né en Israël.

L’étude du Dr Eran Elhaik, de l’université de Sheffield, a été récemment publiée dans le journal scientifique Genome Biology, utilise un outil de structure des populations géographiques (GPS en anglais, pour Geographic Population Structure) pour localiser les origines de l’ADN des locuteurs de yiddish.

« Nous avons identifié 367 personnes qui affirmaient que leurs parents étaient tous les deux juifs ashkénazes et nous les avons divisés en un groupe dont les parents ne parlaient que yiddish et un autre groupe », a déclaré Elhaik à WIRED.

Les chercheurs ont ensuite utilisé l’algorithme d’un GPS pour analyser l’ADN des participants et prédire leur origine géographique la plus probable.

Les résultats, a déclaré Elhaik, ont montré que beaucoup d’entre eux venaient d’une région formée par quatre anciens villages du nord de la Turquie dont les noms ressemblent à « ashkénazes » : Askenaz, Eskenaz, Ashanaz, et Ashkuz, et qui sont tous situés près de croisements de l’ancienne route commerciale de la soie.

Une carte montrant les origines apparentes des locuteurs de yiddish sur la base de l'analyse de leur ADN, selon une étude du Dr Eran Elhaik (Crédit : capture d'écran YouTube)

Une carte montrant les origines apparentes des locuteurs de yiddish sur la base de l’analyse de leur ADN, selon une étude du Dr Eran Elhaik (Crédit : capture d’écran YouTube)

Les chercheurs ont supposé que la langue avait pu être inventée par les juifs slaves et iraniens qui commerçaient sur la route de la soie vers le 9e siècle.

« Nous avons pu prédire la localisation ancestrale possible d’où est originaire le yiddish il y a plus de 1 000 ans, une question dont débattent les linguistes depuis de nombreuses années », a déclaré Elhaik.

« Le nord est de la Turquie est non seulement un endroit du monde où ces noms de lieux existent, ce qui implique fortement que le yiddish a été établi autour du premier millénaire à un moment où les marchands juifs qui parcouraient la route de la soie transportaient des biens de l’Asie à l’Europe et voulaient garder leur monopole sur le marché. »

« Ils l’ont fait en inventant le yiddish, une langue secrète que très peu de gens pouvaient parler ou comprendre à part les juifs. Nos découvertes concordent avec une théorie alternative qui suggère que le yiddish a des origines iranienne, turque et slave et explique pourquoi le yiddish compte 251 mots pour les termes ‘achat’ et ‘vente’. C’est ce que l’on peut attendre d’une langue de marchands expérimentés. »

L’étude suggère que pendant que les juifs se sont éparpillés dans toute l’Europe, leur langue a acquis de nouveaux mots d’autres langues du continent, notamment de l’allemand.

« Le yiddish est une langue si complexe et merveilleuse, qui a été appelée de manière inappropriée ‘mauvais allemand’ à la fois par ses locuteurs natifs et non-natifs, parce que la langue est constituée de mots allemands inventées et d’une grammaire non allemande », a déclaré Elhaik.

« Le yiddish est vraiment une combinaison de mots allemands familiers et adaptés avec une grammaire slave. »

Elhaik a déclaré à WIRED qu’il espérait être capable de raffiner et d’améliorer la technologie, qui peut actuellement analyser des données du dernier millénaire environ.

« Nous allons probablement faire un très bon travail pour les 2 000 à 10 000 ans en raison de la disponibilité de l’ADN de ces périodes », a-t-il déclaré.