Rechercher

180 maires et dirigeants locaux demandent la fin des quarantaines pour les écoliers

Le ministre des Finances Avigdor Liberman a lui appelé à mettre fin à l'utilisation généralisée du Pass vert, preuve de vaccination, afin de pouvoir entrer dans certains endroits

Des élèves dans une école de l'implantation d'Efrat en Cisjordanie, le 24 novembre 2020. (Crédit : Gershon Elinson / Flash90)
Des élèves dans une école de l'implantation d'Efrat en Cisjordanie, le 24 novembre 2020. (Crédit : Gershon Elinson / Flash90)

180 maires et dirigeants de conseils locaux de tout Israël ont signé mardi une lettre appelant le gouvernement à mettre fin à la quarantaine obligatoire pour les écoliers non vaccinés testés négatifs mais qui ont été exposés à une personne positive au COVID.

« Les enfants ne font pas partie d’un groupe à haut risque », lit-on dans la lettre. « N’abandonnez pas le système éducatif. »

Environ 24 % des enfants âgés de 5 à 11 ans ont reçu au moins une dose de vaccin, et seulement 12 % ont reçu deux doses.

Le ministre des Finances Avigdor Liberman (Yisrael Beytenu) a lui appelé à mettre fin à l’utilisation généralisée du Pass vert, preuve de vaccination, afin de pouvoir entrer dans certains endroits.

Le ministre des Finances Avigdor Liberman pendant une réunion de faction de sa formation Yisrael Beytenu à la Knesset, le 26 juillet 2021. (Crédit :Yonatan Sindel/Flash90)

« Il n’y a aucune logique médicale ou épidémiologique dans le Pass vert, de nombreux experts en conviennent », a affirmé Liberman. « Cela a cependant un préjudice direct sur l’économie, sur les actes quotidiens, et contribue de façon non négligeable à semer la panique auprès des citoyens. »

Liberman a expliqué qu’il travaillait avec « toutes les autorités » afin de mettre fin au système du Pass vert, et qu’il visait à « maintenir une routine normale pour tous ».

Actuellement, l’entrée dans de nombreux établissements publics et privés nécessite la possession d’une preuve de vaccination, ou Pass vert, valable après une troisième dose de rappel ou dans les six mois suivant une deuxième dose de vaccin.

Les données initiales montrent que le variant Omicron, actuellement très répandu, est capable de contourner le vaccin.

Un homme affiche le Passeport vert sur son téléphone portable à Jérusalem, le 4 octobre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...