Israël en guerre - Jour 256

Rechercher

2 blessés après des tirs d’obus et de drones explosifs par le Hezbollah

Plus de 40 projectiles ont été tirés, déclenchant un vaste incendie sur le plateau du Golan ; un missile antichars provenant du Liban a endommagé un bâtiment situé à Metoula

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Illustration - Un grand incendie, à proximité de Katzrin, sur le plateau du Golan, déclenché suite à une salve de roquettes en provenance du Liban, le 2 juin 2024. (Crédit : Capture d'écran X)
Illustration - Un grand incendie, à proximité de Katzrin, sur le plateau du Golan, déclenché suite à une salve de roquettes en provenance du Liban, le 2 juin 2024. (Crédit : Capture d'écran X)

Le Hezbollah a bombardé le nord d’Israël avec une quarantaine de roquettes en plusieurs barrages distincts dimanche, après que l’armée israélienne a mené une vague de frappes nocturnes contre le groupe terroriste chiite libanais.

Des drones chargés d’explosifs ont également été lancés depuis le Liban dimanche, le Hezbollah poursuivant ses attaques contre le nord du pays dans le cadre de la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas dans la bande de Gaza.

Tsahal a déclaré dimanche matin avoir effectué une frappe aérienne nocturne avec des avions de combat contre un complexe du Hezbollah à Baalbek, dans le nord-est du Liban.

Baalbek, une zone identifiée par le passé comme un bastion du groupe terroriste chiite libanais, se trouve à une centaine de kilomètres de la frontière israélienne.

L’armée a déclaré que la frappe faisait suite à l’abattage par le Hezbollah d’un drone militaire au-dessus du sud du Liban samedi.

Outre le complexe, Tsahal a indiqué que des avions de combat avaient également frappé un bâtiment utilisé par le Hezbollah à Bint Jbeil, dans le sud du Liban, ainsi que des cellules de commandement à Cana et à Baraachit.

Dimanche matin, deux drones chargés d’explosifs ont été lancés depuis le Liban et ont frappé des zones ouvertes près de la ville de Katzrin, sur le plateau du Golan, a indiqué l’armée.

Les drones ont déclenché un incendie qui a été éteint peu de temps après. Tsahal a indiqué que l’attaque n’avait fait aucun blessé.

Le Hezbollah a affirmé avoir pris pour cible une batterie du système de défense anti-missile « Dôme de fer » dans la région à l’aide plusieurs drones explosifs.

Des sirènes ont retenti dans toute la zone pendant l’attaque, alors que l’armée tentait d’intercepter les engins.

Plus tard dans la journée de dimanche, une salve d’au moins quinze roquettes a été tirée sur Katzrin, frappant des zones ouvertes et déclenchant un vaste incendie au sud de la ville, selon Tsahal et les pompiers et les services de secours. Aucun blessé n’a été signalé dans cette attaque.

Le Hezbollah a affirmé avoir tiré des dizaines de roquettes sur une base militaire israélienne dans la région.

D’autres tirs de barrage ont eu lieu dimanche : quinze roquettes ont été tirées sur la région de Kiryat Shmona et huit autres sur la communauté frontalière de Margaliot, qui a été en grande partie évacuée. Selon l’armée, toutes les roquettes ont été interceptées.

Une autre roquette tirée sur Kiryat Shmona a légèrement blessé deux personnes, a indiqué la municipalité.

Composite des dégâts causés par les roquettes tirées depuis le Liban sur Kiryat Shmona, le 2 juin 2024. (Crédit : Municipalité de Kiryat Shmona)

La ville a déclaré qu’au moins trois sites d’impact ont été signalés dans la ville, entraînant également des dégâts.

Tsahal a déclaré plus tard avoir mené une frappe contre un bâtiment utilisé par le Hezbollah à Houla, dans le sud du Liban, utilisé pour lancer l’attaque sur Margaliot.

Les médias libanais ont affirmé que deux bergers avaient été tués dans la frappe sur Houla.

Lors d’une autre attaque, un bâtiment de la communauté frontalière de Metoula a été endommagé par des tirs de missiles antichars en provenance du Liban, a indiqué l’armée.

Toujours dimanche, Tsahal a identifié plusieurs drones présumés qui ont pénétré en Israël depuis le Liban, en direction de la région de Nahariya, sur la côte. Des sirènes ont retenti dans la région au moment de l’incursion.

Des images provenant de la zone ont montré un missile d’interception Dôme de fer en train d’engager l’un des drones.

L’armée a déclaré que les sirènes avaient été déclenchées après le lancement d’un missile intercepteur sur « une cible aérienne suspecte. »

Tsahal a ensuite déclaré que l’incident était clos et faisait l’objet d’une enquête, sans préciser si les drones apparents avaient été interceptés ou non.

Aucun blessé n’a été signalé.

Le Hezbollah n’a pas encore revendiqué la responsabilité

L’armée a déclaré avoir également lancé une attaque dimanche contre un dépôt d’armes du groupe terroriste chiite libanais à Mays al-Jabal, dans le sud du Liban.

L’attaque a été menée après qu’un élément du Hezbollah a été repéré en train de pénétrer dans le site. Peu de temps après, un avion de chasse a frappé le bâtiment, a indiqué Tsahal.

L’armée a déclaré que des explosions secondaires ont été observées après la frappe, indiquant que le site était utilisé pour stocker des munitions.

Depuis le 8 octobre, le Hezbollah attaque quotidiennement les communautés israéliennes et les postes militaires le long de la frontière avec des roquettes, des drones, des missiles antichars et d’autres moyens, affirmant qu’il le fait pour soutenir Gaza dans le cadre de la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas qui s’y déroule.

Jusqu’à présent, les affrontements à la frontière ont causé la mort de dix civils du côté israélien, ainsi que celle de quatorze soldats et réservistes de Tsahal. Plusieurs attaques ont également été lancées depuis la Syrie, sans faire de blessés.

Le Hezbollah a signalé que 326 de ses terroristes ont été tués par Israël depuis le 8 octobre, principalement au Liban, mais aussi en Syrie. Au Liban, 71 membres d’autres groupes terroristes, un soldat libanais et au moins 60 civils, dont trois journalistes, ont été tués.

Israël s’est dit ouvert à une solution diplomatique au conflit, mais a menacé d’entrer en guerre contre le groupe terroriste chiite libanais pour rétablir la sécurité dans le nord d’Israël, où des dizaines de milliers de civils sont actuellement déplacés.

Dimanche, Tsahal a annoncé avoir achevé un exercice de simulation de guerre au cours de la semaine dernière, dans le cadre des préparatifs en vue d’une escalade dans le nord d’Israël sur fond d’attaques quotidiennes du Hezbollah depuis le Liban.

L’exercice, mené par le Commandement du Nord et d’autres directorats et escadres de l’état-major général, comprenait « de nombreux scénarii simulant l’expansion de la guerre dans l’arène nord, ainsi que des scénarii de guerre sur plusieurs fronts », a déclaré l’armée.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.