Un témoin dans le procès Netanyahu et sa femme tués dans un accident d’avion
Rechercher

Un témoin dans le procès Netanyahu et sa femme tués dans un accident d’avion

L’avion a apparemment rencontré un problème technique avant de s’écraser au large de Samos, en Grèce ; Haim Geron était un ancien directeur adjoint au ministère de la Communication

Haim Geron à côté d'un avion léger. (Crédit : Facebook)
Haim Geron à côté d'un avion léger. (Crédit : Facebook)

Un avion privé transportant deux Israéliens s’est écrasé lundi en Grèce, les tuant tous les deux sur le coup, a indiqué à l’AFP une source de la marine grecque. Les deux personnes décédées sont Haim Geron, témoin dans le procès pour corruption de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, et sa femme, Esti.

Les noms du couple Geron, les deux seules victimes de l’accident, ont été autorisés à la publication mardi.

Geron était un ancien directeur général adjoint pour l’ingénierie et les licences au ministère israélien des Communications.

Les médias locaux ont rapporté que le couple volait à bord d’un avion monomoteur léger lorsque celui-ci s’est écrasé au large de l’île de Samos, à proximité de la Turquie.

Un responsable des garde-côtes a déclaré à l’agence Reuters que les deux corps avaient été récupérés sur les lieux de l’accident.

La cause de celui-ci reste indéterminée, mais les médias grecs ont rapporté que l’avion Cessna 172 semblait avoir rencontré un problème technique avant de disparaitre des radars.

En mai 2020, Geron, avocat de formation, avait été interviewé par la Radio 103FM au sujet de son témoignage dans le procès contre Netanyahu.

Il a ainsi déclaré que son témoignage concernait le développement de l’infrastructure de la fibre optique dans le pays, l’industrie des communications et les services téléphoniques. Alors qu’il lui avait été demandé s’il avait déjà été témoin d’activités criminelles au ministère, Geron a répondu que « le tribunal est le seul à pouvoir déterminer si quelque chose est criminel ou non ».

Il a souligné qu’il n’avait pas été interrogé sur l’accord Bezeq-Yes, qui est un élément clé du procès. Cet accord, conclu en 2015, représentait des centaines de millions de dollars de gains pour Shaul Elovitch, l’actionnaire majoritaire de la société de télécommunications Bezeq, selon le ministère public. L’intervention présumée de Netanyahu pour l’approuver en tant que ministre des Communications aurait fait partie d’un accord illicite de contrepartie avec Elovitch, qui aurait accepté d’apporter à Netanyahu et à ses proches une couverture médiatique positive sur le site d’information Walla, qui appartient à Elovitch.

Netanyahu est jugé pour trois affaires de corruption connues sous le nom d’affaires 1000, 2000 et 4000 – celle dans laquelle Geron était interrogé.

Le procès contre Netanyahu a repris lundi.

Dans l’affaire 1000, Netanyahu est accusé d’avoir reçu des cadeaux illicites de milliardaires bienfaiteurs. Dans l’affaire 2000, il aurait conclu un accord présumé avec l’éditeur du journal Yedioth Ahronoth, Arnon Mozes, pour bénéficier d’une couverture médiatique positive en échange d’une législation affaiblissant un journal rival.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...