Rechercher

À Boutcha, un groupe juif distribue des fournitures qui font cruellement défaut

Alors que les dons privés se tarissent, le soutien de la Fédération des communautés juives d'Ukraine à 37 000 foyers juifs coûte quelque 3 millions de dollars par mois

La maison de Zhanetta Butenko a été partiellement détruite lorsqu'une roquette s'est écrasée sur son toit début mars, à Hostemel, en Ukraine. (Crédit : Jacob Judah/JTA)
La maison de Zhanetta Butenko a été partiellement détruite lorsqu'une roquette s'est écrasée sur son toit début mars, à Hostemel, en Ukraine. (Crédit : Jacob Judah/JTA)

HOSTOMEL, Ukraine (JTA) – Zhanetta Butenko, anxieuse, s’est excusée pour le désordre dans sa maison – une roquette l’avait partiellement détruite début mars.

« Que diable allez-vous penser de votre hôte ? », a-t-elle dit en passant devant des murs marqués par des tirs de mitraillette. Elle a ramassé un cadre photo abîmé dans ce qui se trouvait autrefois sa chambre.

« Ils tiraient au-dessus de la maison, par les fenêtres, ils ont tout détruit », dit-elle avec un soupir, « mais c’est la vie ». Les maisons de ses voisins ont été rasées, et une voiture calcinée se trouve encore au bord de la route.

Quelques heures après que l’Ukraine a été assaillie par des tirs de missiles lors de la première vague de l’invasion russe, le 24 février, des parachutistes russes ont fait une tentative pour s’emparer d’un aéroport voisin dans la banlieue ouest de Kiev, à Hostomel. Dans un premier temps les Russes ont été repoussés, mais ils ont fini par occuper la ville au début du mois de mars.

Butenko est l’une des quelque 100 personnes de confession juive qui vivaient à Hostomel et dans les villes voisines d’Irpin et de Boutcha, toutes deux le théâtre de combats acharnés lorsque les troupes russes ont tenté de se frayer un chemin depuis la Biélorussie vers la capitale ukrainienne.

« Il y a eu tellement d’explosions, je ne peux même pas commencer à les décrire », a déclaré Butenko, qui a 83 ans.

Le long de la route principale menant à Kiev, qui était au départ la cible privilégiée du plan russe trop ambitieux, un char ukrainien détruit, dont la tourelle a été arrachée, apparaît dans une ruelle, symbole de la férocité des combats qui ont fait rage autour de la maison de plain-pied de Butenko.

« Je suis déjà inquiète rien qu’en y pensant », dit-elle, en portant sa main à sa joue.

Un char russe détruit à l’extérieur de Dmytrivka, Ukraine, 22 juillet 2022 (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)

La Fédération des communautés juives d’Ukraine, un groupe lié au mouvement Habad-Loubavitch qui est le plus grand réseau d’encadrement juif d’Ukraine, a soutenu les Juifs autour de Kiev avec des livraisons mensuelles de nourriture et de fournitures depuis que les Russes, humiliés, se sont retirés du nord de l’Ukraine en avril.

Pendant que Butenko parlait, deux hommes de la Fédération des communautés juives ont apporté quatre grandes boîtes de fournitures dans son salon. Chaque boîte contenait des fournitures d’une valeur de 150 dollars et le lot de quatre peut faire vivre une petite famille pendant un mois. La fédération affirme qu’elle soutient quelque 37 000 foyers juifs en Ukraine grâce à ces colis, à un coût d’environ 3 millions de dollars par mois.

La Fédération, et son réseau de rabbins majoritairement Habad à travers l’Ukraine, a joué un rôle important dans le soutien apporté aux Ukrainiens juifs à travers le pays depuis le début de la guerre. Elle a également aidé à organiser des bus pour l’évacuation des Juifs à l’étranger et à faciliter l’hébergement temporaire des réfugiés dans des zones sûres de l’Ukraine.

À l’approche de l’hiver, de nombreux ménages juifs – en particulier les juifs âgés soutenus par la Fédération – sont de plus en plus inquiets quant à leur capacité à couvrir les coûts de base, alors que les prix et l’énergie augmentent dans toute l’Ukraine. Butenko n’a toujours pas de chauffage et s’affaire à rassembler les documents qui lui permettraient de demander une aide au gouvernement ukrainien avant l’arrivée du gel.

Les rabbins Raphael Rotman, à gauche, et Meir Stambler, tous deux de la Fédération des communautés juives d’Ukraine, livrent des boîtes à une vieille femme ukrainienne non juive à Bucha qui reçoit leur aide depuis des mois. (Crédit : Jacob Judah/JTA)

La vague initiale de dons privés a également commencé à s’essouffler, et la Fédération s’inquiète de plus en plus des besoins financiers à long terme.

« Il nous manque déjà environ 20 millions de dollars », a déclaré le rabbin Meir Stambler, qui dirige le groupe, soutenu par l’Union européenne (UE) et l’organisation américaine UJA.

Lorsque les Ukrainiens ont libéré Hostomel et les villes voisines de Boutcha et Irpin, ils ont trouvé des corps jonchant les rues, les bâtiments et les sous-sols. Beaucoup portaient des traces d’exécution ou avaient été tués sans discernement.

À Boutcha, une ville dont l’ampleur des massacres a gravé le nom à jamais dans les récits de la guerre, Sergei Soloviev serre sa kippa en se rappelant les semaines que la ville a passées sous l’occupation russe.

Il a montré du doigt un groupe de maisons anéanties par une frappe de missile qui a fait sauter sa porte et ses fenêtres. Puis il a fait un geste vers le bas de la route. « Trois maisons plus bas, un de mes voisins est sorti en courant dans la rue, et les Russes lui ont tiré dans la tête ».

Nadiya Trubchaninova, 70 ans, pleure en tenant le cercueil de son fils Vadym, 48 ans, tué par des soldats russes le 30 mars dernier à Bucha, lors de ses funérailles au cimetière de Mykulychi, dans la banlieue de Kiev, en Ukraine, le 16 avril 2022. (Crédit : Rodrigo Abd/AP)

Le corps est resté étendu au milieu de la rue, un quartier tranquille de la classe moyenne, pendant des jours jusqu’à ce que la famille de l’homme puisse récupérer son corps et l’enterrer dans la cour de devant. Sergei, 48 ans, se tortille, mal à l’aise. « Il y avait des chiens », se souvient-il.

Ces histoires ne sont pas rares, mais le fait que même la minuscule population juive ait ses histoires d’horreur montre à quel point les crimes commis dans les dizaines de villes et villages du nord de l’Ukraine étaient répandus au début de la guerre.

Plus de 1 300 corps ont déjà été retrouvés dans les villes libérées par les soldats ukrainiens dans la seule région de Kiev. Des personnalités de la Fédération des communautés juives ont déclaré qu’il était presque certain que des Juifs figuraient parmi les civils tués, mais qu’elles n’avaient pas encore fait un décompte complet.

« C’est la guerre », a déclaré le rabbin Raphael Rotman, un rabbin d’origine britannique qui se trouve en Ukraine depuis les années 1990, en haussant les épaules. « Ce n’est pas quelque chose de lointain, c’est réel, ce sont des gens avec lesquels nous avons travaillé ».

Se relevant péniblement de son canapé, Sveta Azarkh, 85 ans, essuie ses larmes en décrivant comment des hélicoptères ont tiré du ciel au-dessus de la maison où elle vivait avec son mari malade Yuri.

« Quand les Russes ont commencé à aller de maison en maison, ils étaient si agressifs », se souvient-elle. Lorsque son fils a ouvert le portail à une escouade venue fouiller leur maison, « ils lui ont mis une mitraillette dans le dos et l’ont fait rentrer à l’intérieur. Ils l’ont forcé à se déshabiller complètement pour vérifier qu’il n’avait pas de tatouages ou de bleus dus au port d’armes. »

Des dizaines de corps attendent d’être enterrés dans un cimetière à Bucha, dans la banlieue de Kiev, en Ukraine, le 5 avril 2022. (Crédit : Felipe Dana/AP)

Alors que les combats à Kiev ont commencé à durer plus longtemps que ce que les Russes avaient prévu et que la résistance ukrainienne a pris de la vitesse, les soldats russes sont devenus de plus en plus paranoïaques à l’idée que les civils locaux puissent partager leurs emplacements avec les militaires ukrainiens.

« Ils fouillaient chaque porte, chaque placard », explique Sveta. D’autres ménages de Boutcha et d’Irpin ont déclaré à la Jewish Telegraphic Agency que les soldats russes avaient fouillé leurs maisons à la recherche de téléphones portables, d’armes et de tout ce qui pourrait associer les résidents aux forces de sécurité ukrainiennes. Chez Azarkh, les Russes ont volé tout ce qui semblait avoir de la valeur, comme des montres.

Alors que l’artillerie ukrainienne et russe échangeait des tirs au-dessus de leurs têtes, le mari âgé d’Azarkh a commencé à dépérir. « Yuri s’est tourné vers moi et m’a dit qu’il était en train de mourir », a-t-elle dit. « Je l’ai
supplié : ‘Ne meurs pas, Yura’. Je lui ai dit que je devrais l’enterrer dans l’allée. »

Yuri a été enterré dans un carré de terre sous un arbre fruitier dans le jardin avant d’Azarkh, jusqu’à ce que les Russes se retirent et qu’il puisse être inhumé dans le cimetière local.

Deux hommes de la Fédération des communautés juives apportent d’autres paquets de fournitures dans la maison d’Azarkh. Lorsque la Fédération envoie sa camionnette blanche remplie de colis alimentaires à travers l’Ukraine, où qu’elle aille, ses bénévoles et ses employés demandent si les gens connaissent des amis ou des voisins – juifs ou non – qui auraient aussi besoin d’aide.

Evgenia Yakolevna, à droite, avec son amie non-juive de longue date, Masha. Elles reçoivent chacune une aide de la Fédération des communautés juives d’Ukraine à la demande de Yakolevna. (Crédit : Jacob Judah/JTA)

Lorsqu’on lui a posé la question à son domicile à Irpin, Evgenia Yakolevna, alerte à 84 ans, a commencé à passer des appels téléphoniques frénétiques à ses voisins. « Êtes-vous chez vous ? », a-t-elle crié au téléphone. « La communauté juive est arrivée. Nous arrivons. »

Pendant qu’elle attendait des réponses à ses appels téléphoniques, l’un des rabbins de la Fédération a indiqué une Torah posée sur sa table d’appoint en faisant un signe de tête appréciateur. « Je la lis dès que j’en ai l’occasion », dit-elle en souriant.

Yakolevna monte et descend les escaliers en béton de son complexe d’appartements datant de l’ère soviétique avec une grande confiance, frappant aux portes et ordonnant au chauffeur ukrainien de la camionnette d’apporter d’autres cartons du camion en bas. L’immeuble abrite des familles qui ont connu des moments difficiles et des couples âgés dont la valeur des pensions a diminué en raison de la crise de la guerre.

Un voisin réconforte Natalya, dont le mari et le neveu ont été tués par les forces russes, alors qu’elle pleure dans son jardin à Bucha, en Ukraine, le 4 avril 2022. (Crédit : Vadim Ghirda/AP)

Dans un appartement faiblement éclairé, une vieille femme malade qui peut à peine bouger se met à pleurer dans son lit lorsque Yakolevna déclare fièrement que les « Juifs sont arrivés. » Le mari de la femme alitée se tient prudemment dans un couloir. « Merci, les gars », dit-il, en essayant de baisser la musique d’un drame policier ukrainien.

« Nous demandons toujours aux gens s’ils ont des voisins ou des amis qui ont besoin de soutien », a déclaré Rotman. « C’est un moyen d’aider à protéger nos frères et sœurs juifs, car quels que soient leurs amis ou voisins, ils seront les premiers à les aider lorsqu’ils seront malades ou auront besoin de protection. »

Plus tard, Yakolevna fait du stop jusqu’à la maison d’une amie, qui émerge en utilisant comme canne  de marche les restes d’une roquette russe qui s’est écrasée sur sa maison. Elle a passé deux mois à courir jusqu’à sa minuscule cave pour s’abriter des bombardements. D’autres cartons sont transportés de la camionnette dans la cour.

« Si cela l’aide à se sentir mieux et lui donne plus de protection comme seule juive du quartier, ou de la région, » dit Rotman, « alors nous sommes heureux. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...