Israël en guerre - Jour 196

Rechercher

Abir Kara, ex-député Yamina, mis en examen pour double vote

Abir Kara est soupçonné de falsification aggravée, fraude et abus de confiance pour avoir voté deux fois à la Knesset en plénière, en 2021. Il s'agit pour lui d'une simple erreur

Abir Kara (Crédit : Facebook)
Abir Kara (Crédit : Facebook)

Les procureurs ont annoncé, mercredi, leur intention d’inculper l’ex-député Abir Kara pour avoir voté deux fois sur un projet de loi à la Knesset.

Il est reproché à Kara d’avoir voté à deux reprises, en juillet 2021, sur un projet de loi relatif aux allocations chômage.

Le double vote est une infraction pénale en Israël.

Alors vice-ministre dans le cabinet du Premier ministre, Kara avait soutenu que ce double vote était une erreur et qu’il avait accidentellement voté à partir de l’ordinateur d’un collègue député de Yamina, le parti politique dirigé par le Premier ministre de l’époque, Naftali Bennett, aujourd’hui dissous.

L’enquête policière menée par l’unité anti-corruption Lahav 433 s’est achevée l’an dernier, ce qui a permis au procureur de l’État d’examiner l’affaire et de la marche à suivre.

Dans un communiqué, les procureurs ont déclaré que Kara serait inculpé de falsification aggravée, fraude et abus de confiance et qu’une une audience préalable à l’inculpation aurait prochainement lieu. Ils ont ajouté que la décision d’informer Kara de leur intention de l’inculper avait été prise par la procureure générale Gali Baharav-Miara, sur recommandation du procureur de l’État, Amit Aisman.

Critique virulent de l’actuel gouvernement, Kara a redit qu’il n’avait pas intentionnellement voté à deux reprises, ajoutant que l’affaire serait, selon lui, classée sans suites.

« Je vais naturellement coopérer avec les forces de l’ordre. Je n’ai aucun doute sur le fait que cela ne se débouchera sur rien », a-t-il écrit sur Twitter.

« Lorsque les élus se rendent compte qu’ils ont commis une erreur, ils doivent en assumer l’entière responsabilité la corriger, comme je l’ai fait moi-même en plénière. »

Le député Yamina Abir Kara (au centre) lors d’un débat sur une loi concernant les allocations chômage, à la Knesset, le 1er juillet 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Kara n’a pas réussi à revenir à la Knesset suite aux élections de novembre : son parti de la liberté économique, formé après suite à son départ de Yamina, n’a recueilli qu’une fraction des voix nécessaires pour franchir le seuil électoral.

L’ex-ministre Ayelet Shaked, qui a pris la tête de Yamina lorsque Bennett a décidé de quitter la politique après l’effondrement de sa coalition et n’a pas non plus recueilli suffisamment de voix pour être élue à la Knesset, a dénoncé la décision « scandaleuse » du procureur général et des procureurs.

« Il s’agit d’une erreur humaine qui s’explique par la pression ressentie par un tout nouveau membre de la Knesset, en séance plénière, et qui de surcroît a admis son erreur », a tweeté Shaked.

« On s’acharne sur un honnête homme. »

L’ex-député Likud Yehiel Hazan, père de l’ex-député Likud Oren Hazan, avait lui aussi voté deux fois à la Knesset en 2003, ce qui lui avait valu une condamnation à quatre mois de travaux d’intérêt général et six mois de prison avec sursis.

Contrairement au cas de Kara, Hazan avait refusé de reconnaitre les faits, en dépit des enregistrements vidéo, et avait par la suite tenté de falsifier les preuves. Il était resté à la Knesset pendant la durée nominale de son mandat mais n’avait pas été réélu en 2006.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.