Rechercher

Après sa rupture avec HaRouah HaTzionit, Hendel et Hauser se retirent de la course

Le parti éphémère s'est effondré sous le poids de mauvais sondages et de désaccords sur l'alignement avec le Likud

Carrie Keller-Lynn est la correspondante politique et juridique du Times of Israël.

Le ministre des Communications Yoaz Hendel à Modi'in, le 5 décembre 2021. (Crédit: Tomer Neuberg/Flash90)
Le ministre des Communications Yoaz Hendel à Modi'in, le 5 décembre 2021. (Crédit: Tomer Neuberg/Flash90)

Le ministre des Communications Yoaz Hendel s’est retiré de la course à la Knesset mardi, trois jours seulement après avoir mis fin à son éphémère partenariat avec la dirigeante de Yamina Ayelet Shaked.

Hendel, qui dirige le petit parti Derech Eretz, a déclaré qu’il préférait payer « un prix politique » plutôt que d’apporter son soutien à un gouvernement étroit dirigé par le chef du Likud Benjamin Netanyahu, ce que Shaked fera selon lui.

« Lorsque j’ai réalisé que ce partenariat conduirait finalement à un gouvernement étroit, j’ai préféré me désolidariser et en payer le prix politique », a déclaré Hendel pour expliquer son départ de la politique mardi.

Shaked et Hendel ont lancé leur parti aujourd’hui dissous pour s’adresser aux électeurs de la droite idéologique réfractaires aux éléments extrémistes du bloc de droite-religieux dirigé par le Likud. Ils ont promis de faire pression pour la formation d’un gouvernement d’unité large, mais leur vision n’a pas réussi à obtenir le soutien de l’électorat et le parti a constamment obtenu des résultats inférieurs au seuil électoral nécessaire pour entrer à la Knesset en novembre.

Lundi, Shaked a déclaré qu’elle recommanderait probablement Netanyahu comme prochain Premier ministre après les élections. Des sources du parti ont déclaré qu’elle s’était engagée à ne pas contribuer à former un gouvernement étroit de seulement 61 des 120 sièges de la Knesset, mais qu’elle envisagerait un gouvernement étroit avec seulement deux ou trois sièges supplémentaires derrière elle.

Hendel – qui se range idéologiquement à droite – a déclaré qu’il pensait qu’un gouvernement étroit, uniquement de droite, n’était pas la solution aux divisions internes actuelles d’Israël.

Ayelet Shaked tenant une conférence de presse avec Yoaz Hendel pour annoncer le lancement de leur parti Esprit sioniste, à Kfar Maccabiah, à Ramat Gan, le 27 juillet 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

« Je voulais vraiment être l’échelle qui mène à la mise en place d’un gouvernement d’unité. J’ai compris que l’exclusion de la moitié des gens, peu importe de quel côté de l’échiquier politique, ne fait qu’augmenter le sentiment de polarisation et sape la résilience de la société », a déclaré Hendel.

« La division interne, la haine bon marché, le tribalisme – tout cela génère un danger clair et immédiat » pour Israël, a-t-il ajouté, ajoutant que l’instabilité politique actuelle d’Israël, à la veille de sa cinquième élection depuis 2019, constituait une « menace stratégique. »

Depuis qu’il a rejoint la politique en 2019, l’ancien conseiller du Likud est passé par Kakhol lavan à la formation de son propre parti Derech Eretz, à l’alignement avec Tikva Hadasha, pour finalement rejoindre l’expérience ratée de HaRouah HaTzionit avec Shaked.

En se retirant de la course, Hendel a revendiqué la responsabilité de ses décisions et a reconnu qu’il avait fait des « erreurs politiques ».

« Mais j’espère et je crois que je n’ai pas fait d’erreurs morales », a déclaré Hendel.

Shaked a annoncé mardi qu’elle envisageait de se présenter à la tête d’une liste unifiée avec son ancien parti, HaBayit HaYehudi, sous le nom de HaBayit HaYehudi. La décision attend l’approbation finale de la direction du parti.

Le partenaire politique de Hendel au sein du parti Derech Eretz, le député Zvi Hauser, se retire également de la course.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...