Attaque au couteau à Adam : Yotam Ovadia, 31 ans, a succombé à ses blessures
Rechercher

Attaque au couteau à Adam : Yotam Ovadia, 31 ans, a succombé à ses blessures

L'armée devrait entrer dans le village natal de Mohammad Tareq Yousef, qui s'est infiltré dans l'implantation d'Adam et a poignardé trois personnes, tuant l'une d'elles

Les forces israéliennes de sécurité sur les lieux d'une attaque au couteau dans l'implantation d'Adam, en Cisjordanie, le 26 juillet 2018 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Les forces israéliennes de sécurité sur les lieux d'une attaque au couteau dans l'implantation d'Adam, en Cisjordanie, le 26 juillet 2018 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

L’un des trois Israéliens poignardés à mort dans un attentat terroriste survenu jeudi soir dans une implantation de Cisjordanie a été identifié vendredi matin. Il s’agit de Yotam Ovadia, un homme âgé de 31 ans.

Ses funérailles auront lieu vendredi à 13 heures au cimetière Givat Shaul de Jérusalem.

Ovadia était père d’un enfant de deux ans et d’un bébé de sept mois. La compagnie de sécurité de la Brinks a annoncé sur sa page Facebook qu’il travaillait pour son entreprise où il occupait un poste de technicien.

Selon les autorités israéliennes, le suspect, Mohammad Tareq Yousef, a franchi la clôture de sécurité de l’implantation de Cisjordanie d’Adam peu avant 21 heures en grimpant. Il est ensuite entré dans l’implantation, il a traversé un terrain de jeu où il a rencontré Ovadia, le poignardant à plusieurs reprises à la poitrine.

Un second habitant, âgé pour sa part de 58 ans, a été poignardé après être arrivé sur les lieux. Il a été évacué vers l’hôpital dans un état grave mais stable. Il se trouve dorénavant dans un état modéré.

Un troisième résident, Assaf Raviv, 41 ans, est sorti pour voir ce qu’il se passait, réalisant qu’une attaque était en cours. Il a ouvert le feu sur le terroriste palestinien à trois reprises, le tuant.

Il a été légèrement blessé par un coup de couteau durant l’incident et, vendredi matin, il est sorti de l’hôpital.

Les autorités de l’implantation ont diffusé vendredi un communiqué qui a salué le courage de Raviv.

« Cet événement est atroce mais il aurait pu s’avérer bien plus coûteux s’il n’y avait pas eu l’héroïsme d’Assaf Raviv qui, malgré ses blessures, est parvenu à avoir le dessus sur le terroriste, à l’éloigner et à lui tirer dessus, mettant ainsi un terme à sa campagne meurtrière », a commenté Babar Vanunu, chef d’un comité de l’implantation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...