Israël en guerre - Jour 285

Rechercher

Aux Etats-Unis, Black Lives Matter rejoint encore plus la cause palestinienne

Depuis le XIXe siècle, des penseurs nationalistes noirs se sont pourtant inspirés de la cause sioniste, y voyant une analogie avec leur propre vision d'une mère patrie

Illustration : Un homme portant une kippa tient une pancarte "Jews for Black Lives" lors de la manifestation hebdomadaire de Black Lives Matter "Jackie Lacey Must Go !" devant le Hall of Justice à Los Angeles, Californie, le 9 septembre 2020. (VALERIE MACON / AFP)
Illustration : Un homme portant une kippa tient une pancarte "Jews for Black Lives" lors de la manifestation hebdomadaire de Black Lives Matter "Jackie Lacey Must Go !" devant le Hall of Justice à Los Angeles, Californie, le 9 septembre 2020. (VALERIE MACON / AFP)

En 2020, AnnEliza Canning-Skinner, 28 ans, manifestait pour le mouvement de soutien aux Noirs américains Black Lives Matter, « une expérience de solidarité ». Trois ans plus tard, elle descend dans la rue pour soutenir le peuple palestinien, illustrant une convergence de plus en plus visible des deux causes aux Etats-Unis.

Lors d’une marche il y a quelques jours à New York, la jeune femme noire se trouvait entourée de pancartes proclamant « Black Lives pour la Palestine », ou « Le silence blanc est une violence », slogan populaire dans le mouvement anti-raciste américain.

« Tout est lié », estime-t-elle, établissant des ponts entre les deux causes, à l’instar de nombreux autres manifestants.

Jo Behanzin, 25 ans, met en avant le soutien international au mouvement Black Lives Matter en 2020, quand une immense vague de manifestations a secoué les Etats-Unis après la mort de l’Afro-Américain George Floyd, tué par un policier blanc. « Je veux rendre la pareille, comme la poursuite d’un mouvement contre la suprématie blanche et le colonialisme », explique-t-il lors d’une autre marche à New York.

Une femme portant un masque de protection passe devant un tag dans le Mauer Park de Berlin représentant George Floyd, un homme noir mort à Minneapolis après qu’un policier blanc se soit agenouillé sur son cou pendant plusieurs minutes. (Photo de Odd ANDERSEN / AFP)

Pour les experts de ces mouvements, ces solidarités ont des racines anciennes, mais elles ont progressé ces dernières années.

« Black Lives Matter a joué un rôle extrêmement important en termes de travail idéologique pour que les gens se préoccupent de la question palestinienne », explique Derek Ide, historien à l’université du Michigan.

« Il y a plus de gens dans les rues et c’est certainement une conséquence du type d’organisation que les militants noirs ont mis en place aux côtés des groupes et des organisations pro-palestiniens », ajoute-t-il.

Depuis le XIXe siècle, des penseurs nationalistes noirs se sont pourtant inspirés de la cause sioniste, y voyant une analogie avec leur propre vision d’une mère patrie.

Illustration : Le rabbin Brant Rosen, fondateur de la synagogue non sioniste Tzedek de Chicago, prend la parole lors d’un rassemblement sur la question de la vie des Noirs. (Crédit : IIRON)

Mais avec l’émergence, au milieu du XXe siècle, du Black Power et des mouvements anti-guerre, « il est devenu beaucoup plus courant, dans les milieux militants afro-américains, de considérer les Palestiniens comme un peuple opprimé », explique Sam Klug, historien spécialiste des études afro-américaines et de la décolonisation.

« Condition commune »

La guerre des Six jours de 1967 a marqué un tournant important, selon lui. Il relève que le Comité de coordination non-violent des étudiants, l’une des principales forces organisatrices du mouvement des droits civiques aux États-Unis, avait publié un document qui « adopte une position pro-palestinienne très forte ».

Il « décrivait une sorte de condition commune d’oppression et d’occupation entre les Afro-Américains, les Palestiniens, et une sorte de communauté coloniale mondiale », explique l’historien.

Des décennies plus tard, la mort de Michael Brown, 18 ans, tué par la police en août 2014 à Ferguson (Missouri), déclenchait des manifestations de masse aux Etats-Unis, au moment où le mouvement Black Lives Matter commençait à émerger.

Le même été, Israël lançait Bordure protectrice une opération militaire de sept semaines contre le Hamas. « Le fait de voir ces deux événements se produire simultanément a renforcé l’idée qu’il s’agissait de luttes communes pour de nombreux militants », explique Derek Ide.

Des soldats du corps d’artillerie de l’armée israélienne manœuvrent un obusier à la frontière avec Gaza, pendant l’opération « Bordure protectrice » de l’été 2014. L’armée a tiré environ 34 000 obus d’artillerie sur Gaza pendant les 50 jours de l’opération. (Armée israélienne)

« Nous avons assisté à une sorte d’explosion d’actions et de dialogues entre les manifestants de Ferguson et les Palestiniens de Gaza partageant des tactiques, des stratégies, des récits de répression et de résistance à l’oppression », ajoute-t-il.

« Langage visuel »

Un dialogue qui s’est poursuivi après la mort de George Floyd.

Si bien que d’après Sam Klug, Black Lives Matter a fait grossir les rangs des manifestations qui dénoncent aujourd’hui les bombardements d’Israël sur la bande de Gaza et exigent un cessez-le-feu, après les attaques sanglantes du mouvement islamiste Hamas le 7 octobre en Israël.

« Ce n’est certainement pas le seul facteur, mais c’est un facteur important », estime-t-il.

Plusieurs manifestants interrogés par l’AFP établissent aussi des liens entre les méthodes des forces de l’ordre en Israël et aux Etats-Unis.

Une fille tient une pancarte pendant le rassemblement Black Lives Matter à Parliament Square à Londres le samedi 6 juin 2020, alors que des manifestants protestent contre le meurtre de George Floyd par des officiers de police à Minneapolis, aux Etats-Unis. (AP Photo/Alberto Pezzali)

Pour Sam Klug, il y a « un langage visuel clair et partagé que les gens peuvent voir lorsque les services de sécurité israéliens brutalisent des civils palestiniens, et auquel les Américains sont devenus très familiers en voyant des policiers blancs commettre des actes de violence à l’encontre de civils afro-américains ».

Ces facteurs peuvent expliquer en partie pourquoi la cause palestinienne gagne du soutien dans l’opinion américaine, en particulier chez les jeunes, dans un pays où l’appui du gouvernement à Israël est inébranlable.

D’après Sam Klug, le soulèvement qui a suivi le meurtre de George Floyd a fait évoluer les discussions sur la Palestine pour de nombreux militants noirs, mais aussi plus largement « parmi les jeunes Américains » de toutes les communautés. Il souligne l’activisme croissant à gauche de groupes juifs anti-Israël tels que Jewish Voice for Peace et If Not Now, très visibles ces dernières semaines.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.