Israël en guerre - Jour 291

Rechercher

Berlin : Habad ouvre le plus grand centre juif d’Allemagne depuis l’avant-guerre

Le campus Pears, dont la construction a coûté 43,7 M de $ et qui s'étend sur plus de 80 000 m2, abritera une école, un gymnase, un cinéma, un studio de musique et une épicerie

Le campus juif Pears lors de la cérémonie d'inauguration, à Berlin, le 25 juin 2023. (Crédit : Toby Axelrod/JTA)
Le campus juif Pears lors de la cérémonie d'inauguration, à Berlin, le 25 juin 2023. (Crédit : Toby Axelrod/JTA)

BERLIN (JTA) – Le plus grand centre juif d’Allemagne depuis la Seconde Guerre mondiale et l’un des plus grands de ce type dans le monde a ouvert ses portes dimanche à Berlin lors d’une cérémonie d’inauguration à laquelle ont participé des diplomates et des dirigeants communautaires du monde entier.

Le campus juif Pears, dont la construction a coûté 43,7 millions de dollars et qui s’étend sur plus de 80 000 mètres carrés, sera géré par la communauté Habad Loubavitch de Berlin. D’ici à la prochaine rentrée scolaire, tous les élèves actuels de la communauté – 550 au total – quitteront les locaux qu’ils occupent actuellement dans la ville pour s’installer dans le nouveau bâtiment.

Le campus dispose également d’un terrain de basket et d’une salle de sport pouvant servir de salle de conférence ou de réception, d’un cinéma, d’un studio de musique et d’une épicerie casher. Le bâtiment de sept étages, qui est entièrement ouvert au public, se distingue comme un saphir situé dans une rue berlinoise typique, avec ses briques bleues sur une façade incurvée.

Le directeur local de Habad, le rabbin Yehuda Teichtal, a déclaré à la Jewish Telegraphic Agency qu’il était reconnaissant de voir enfin le campus ouvert après quatre années de construction qui se sont poursuivies sans interruption pendant la pandémie de coronavirus.

« C’est très beau, c’est un lieu d’échange », a-t-il déclaré. « L’idée est de créer une prise de conscience et une connaissance de ce qu’est la vie juive. Il ne s’agit pas seulement de lutter contre l’antisémitisme. Il faut l’associer à la positivité. »

« Des millions d’Allemands ne savent même pas ce que sont les Juifs », a-t-il expliqué lors de la cérémonie de dimanche. « Il faut une coopération positive, face à face, par le dialogue, par une vie juive partagée, positive, joyeuse, vivante et tournée vers l’avenir. »

Environ 90 000 Juifs d’Allemagne sont membres de congrégations, qu’elles soient réformées, conservatrices ou orthodoxes, sous l’égide du Conseil central des Juifs d’Allemagne ; 100 000 autres Juifs ne sont affiliés à aucune congrégation. Lorsque Teichtal est arrivé dans la capitale allemande avec sa femme, Leah, en 1996, il n’y avait que quelques congrégations Habad en Allemagne. Aujourd’hui, il y a 20 communautés Habad à travers le pays, selon le site web de Habad.

Il y a vingt ans, Teichtal a instauré la tradition d’allumer une grande menorah de Hanoukka à la porte de Brandebourg, site emblématique de la ville, à proximité de l’ambassade des États-Unis. Son mantra a toujours été d’apporter la lumière dans les ténèbres. Dimanche, il a également parlé du nouveau « phare de lumière et de tolérance » qui s’est élevé sur le terrain donnant sur la rue Westfaelsicher.

Depuis longtemps, il s’attache à collecter des fonds pour soutenir les nouvelles écoles juives de la capitale. Les écoles maternelles, élémentaires et secondaires Habad ont fonctionné parallèlement à d’autres offres éducatives juives ici, notamment celles financées par la communauté juive de Berlin et par la fondation Ronald S. Lauder.

Le nouveau site proposera également des programmes pour adultes et pour les personnes de toutes confessions, a indiqué Teichtal. Le bâtiment dispose d’un accès direct, par une cour intérieure, à une synagogue Habad et au centre communautaire Szloma Albam House, qui a ouvert ses portes en 2007 dans un ancien bâtiment de la société berlinoise des services publics, transformé par l’architecte Sergei Tchoban. Ce dernier a également conçu le nouveau bâtiment.

De gauche à droite : le rabbin Yehudah Teichtal, le grand rabbin séfarade d’Israël Yitzhak Yosef et le rabbin Yochanan Gurary de Holon, en Israël, lors de la cérémonie d’inauguration du centre, le 25 juin 2023. (Crédit : Toby Axelrod/JTA)

Le nouveau campus porte le nom de son principal bailleur de fonds, la fondation britannique Pears, mais des contributions ont également été apportées par les gouvernements fédéral et d’État, des entreprises privées, des fondations et d’autres donateurs privés.

S’exprimant à Bruxelles le 23 juin, le rabbin Menachem Margolin, directeur de l’Association juive européenne, a qualifié le nouveau campus de « grand exemple de la renaissance de la vie juive en Europe, en Allemagne et à Berlin en particulier ».

Selon lui, le plus grand danger qui pèse sur cette renaissance vient des menaces politiques qui pèsent sur la liberté religieuse, notamment sur le droit de pratiquer la circoncision rituelle et l’abattage casher. Il a qualifié le campus de Berlin « d’exemple pour toutes les communautés juives d’Europe ».

« S’ils abordent les Juifs de la bonne manière, comme le fait le rabbin Teichtal, ils verront davantage de Juifs revenir au judaïsme », a-t-il déclaré.

Le campus est séparé de la rue par un mur et une clôture en verre. Le mur de protection, décoré de graffitis stylisés, attire l’attention et « envoie un message de bienvenue plutôt que de peur », a déclaré Ron Prosor, ambassadeur d’Israël en Allemagne.

« Les gens qui ont des clichés sur les Juifs orthodoxes seront surpris ici », a déclaré Prosor, dont le père a fui Berlin pour la Palestine sous mandat britannique avec ses parents en 1933.

« Ils seront surpris par le mur de graffitis colorés et par l’entrée impressionnante, mais surtout par l’ouverture avec laquelle ils seront reçus. »

Parmi les intervenants à la cérémonie d’inauguration figuraient le grand rabbin séfarade d’Israël Yitzhak Yosef, le maire de Berlin Kaï Wegner, le président du Conseil central des Juifs d’Allemagne Josef Schuster et Raëd Saleh, membre du Sénat de Berlin.

Saleh, d’origine palestinienne et né en Cisjordanie, a qualifié le nouveau campus de « déclaration – gravée dans le marbre – au nom de la liberté dans notre pays, de la liberté à Berlin, de la liberté de notre peuple ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.