Israël en guerre - Jour 283

Rechercher
Reportage

Comment Tsahal et l’AP maintiennent le calme en Cisjordanie depuis le 7 octobre ?

La violence a considérablement diminué autour de Naplouse et de Huwara après que la brigade régionale de Samarie a pris une position plus agressive

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Les troupes de l’armée israélienne de la brigade régionale de Samarie opèrant près de Naplouse, en mai 2023 (Crédit : Porte-parole de l'armée israélienne)
Les troupes de l’armée israélienne de la brigade régionale de Samarie opèrant près de Naplouse, en mai 2023 (Crédit : Porte-parole de l'armée israélienne)

Au cours de sa première année en tant que commandant de la brigade régionale de Samarie de l’armée israélienne, le colonel Shimon Siso a été confronté à l’une des zones les plus actives et les plus complexes de Cisjordanie.

Avec treize implantations juives comptant environ 30 000 habitants et
300 000 Palestiniens concentrés autour de la ville de Naplouse, contrôlée par l’Autorité palestinienne (AP), le cœur du nord de la Cisjordanie était le théâtre de nombreuses frictions.

Ces frictions ont donné lieu à toute une série de menaces. Des attentats ont été perpétrés sur la Route 60, l’artère nord-sud de la Cisjordanie qui relie à la fois les villes palestiniennes et les implantations israéliennes. Cette route traverse la ville palestinienne de Huwara, théâtre d’attaques répétées contre des civils et des soldats israéliens, dont l’assassinat de deux jeunes frères israéliens au début de l’année 2023.

Il y a également eu des cas répétés de violence israélienne visant les Palestiniens, y compris un déchaînement meurtrier qui s’est déroulé quelques heures après la fusillade mortelle de Huwara. Des résidents d’implantations se sont déchaînés dans la ville, incendiant des maisons et des voitures palestiniennes. Un Palestinien a perdu la vie au cours des émeutes dans des circonstances floues.

Des résidents d’implantation regardant des voitures et des habitations brûler à Huwara, une ville de Cisjordanie, le 26 février 2023. (Crédit : Autorisation)

Les responsables militaires ont par la suite reconnu avoir échoué à empêcher cette attaque contre les Palestiniens, qui a suscité un choc et des condamnations en Israël et dans le monde entier.

« Cela nous a surpris », a expliqué un officier supérieur de Tsahal. « Il a fallu beaucoup de temps pour que les forces arrivent. Il nous a fallu beaucoup de temps pour maîtriser l’incident. »

La brigade de Siso a également dû faire face à l’émergence du groupe terroriste de la Fosse aux Lions, une émanation du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien qui s’est formée en 2022 à Naplouse.

Le groupe terroriste, une confédération informelle de terroristes armés basés à Naplouse qui a gagné une grande popularité dans la rue palestinienne grâce à des attaques répétées et effrontées contre des postes militaires, des soldats opérant le long de la barrière de sécurité en Cisjordanie, des implantations israéliennes et des civils sur les routes, a fait l’objet d’une série de raids de l’armée israélienne qui l’ont peu à peu réduit à néant.

Des terroristes armés aux funérailles des personnes tuées lors des affrontements déclenchés par un raid israélien de nuit contre le groupe terroriste de la Fosse aux Lions, dans la ville de Naplouse, en Cisjordanie, le 25 octobre 2022. (Crédit : Ronaldo Schemidt/AFP)

En février 2023, un raid de Tsahal contre la Fosse aux Lions à Naplouse a tué onze Palestiniens, l’opération la plus meurtrière menée par Israël en Cisjordanie depuis près de vingt ans.

D’autres petits groupes terroristes, comme la Brigade Balata, sont apparus au cours de la même période.

Malgré les efforts intensifs d’Israël, les attaques se poursuivent. En août 2023, un terroriste s’est approché à pied d’une station de lavage de voitures à Huwara et a ouvert le feu sur deux Israéliens, avant de s’enfuir. Un père et son fils ont été tués dans l’attaque.

Quelques jours après l’assaut barbare et sadique du 7 octobre, le Hamas a appelé les Palestiniens de Cisjordanie à se joindre à lui pour attaquer les Israéliens. À la surprise initiale des officiers de la Brigade Samaria, cela ne s’est pas produit.

Les troupes de l’armée israélienne de la brigade régionale de Samarie opérant près de Naplouse, en mai 2023 (Crédit : Porte-parole de l’armée israélienne)

Au cours des huit mois qui ont suivi les massacres du 7 octobre contre des civils et des soldats israéliens le long de la frontière de Gaza, le secteur de Siso a été étonnamment calme.

Cela ne signifie pas que les terroristes ne peuvent pas frapper. Deux soldats de la Brigade Kfir ont été tués dans un attentat à la voiture-bélier à l’une des entrées de Naplouse.

Mais le nombre d’attaques a indéniablement diminué depuis octobre. L’année précédant l’assaut du Hamas a été marquée par 77 fusillades dans le secteur de la Brigade Samaria. Au cours des huit mois qui ont suivi, il y a eu cinq incidents de ce type, et tous les terroristes ont été arrêtés ou tués.

Il y avait environ 50 attaques aux pierres par mois avant le 7 octobre, et moins de cinq par mois depuis.

Un officier de l’armée israélienne regardant Naplouse depuis le mont Gerizim, le 24 mai 2024 (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)

L’officier supérieur a déclaré que la principale raison pour laquelle les groupes terroristes locaux n’ont pas été en mesure d’alimenter cette vague de violences est que les opérations de l’armée israélienne ont été considérablement élargies depuis le début de la guerre contre le Hamas à Gaza.

« Nous sommes sur le terrain. Nous sommes dans les villages. Nous sommes dans les camps de réfugiés. Nous sommes dans les casbahs. C’est la grande différence entre nous et Gaza », a-t-il déclaré, faisant référence à la période comprise entre 2005 et le 7 octobre 2023, au cours de laquelle Tsahal a été largement absent de la bande de Gaza.

Ne pas laisser le monstre grandir

Lorsque la nouvelle et les images des massacres du 7 octobre ont commencé à leur parvenir, les officiers de la Brigade Samaria étaient certains que des tentatives similaires seraient faites en Cisjordanie. Un bataillon de réserve est arrivé en début d’après-midi et, un jour plus tard, deux autres ont été déployés.

Des soldats israéliens à Balata, un camp de réfugiés palestiniens de Naplouse, en Cisjordanie, le 23 novembre 2023. (Crédit : Majdi Mohammed/AP)

La Brigade Samaria est passée d’environ 2 000 soldats à 4 500, ce qui, selon eux, a permis d’éviter une flambée de violence.

« Il y a eu une ou deux manifestations qui se sont terminées très rapidement », a déclaré un officier, « parce qu’ils ont vu le nombre de soldats ».

En peu de temps, chaque village a été protégé par une compagnie du Corps d’Infanterie.

Puis la Brigade Samaria est passée à l’offensive. De 50 opérations par mois, les troupes ont mené une moyenne mensuelle de 250 raids.

La ville palestinienne de Huwara, le 24 mai 2024. (Crédit : Lazar Berman/Times of Israel)

« Nous sommes allés dans les villages », explique un officier. « Nous avons mis en place une défense des routes très solide. »

Huwara, théâtre d’attaques très médiatisées dans le mois qui a précédé la guerre, était calme, presque abandonnée, un vendredi de la fin du mois de mai. La Route 60 contourne désormais la ville, ne laissant que des résidents d’implantations purs et durs traverser Huwara pour montrer qu’ils n’ont pas peur.

Les habitants de cette ville ne sont pas à l’origine des attaques, a déclaré un officier. Les terroristes sont venus à Huwara parce qu’il est facile d’accéder à la route principale par les ruelles et parce que les Israéliens vulnérables sont coincés dans les embouteillages aux heures de pointe.

« C’est devenu un symbole », a souligné un officier.

Alors qu’une compagnie entière avait sécurisé la route principale après les attaques de 2023, une jeep solitaire de Tsahal se trouve désormais près de l’intersection principale.

Le groupe terroriste de la Brigade Balata a été démantelé dans le cadre de l’opération de Tsahal, et les troupes ont commencé à opérer régulièrement à l’intérieur du camp de réfugiés. En novembre, un raid nocturne à l’échelle de la Brigade Samaria a permis de mettre la main sur plusieurs terroristes présumés et de frapper un appartement caché à Balata à l’aide d’un avion de chasse. C’était la première fois qu’un avion frappait Naplouse depuis la Seconde Intifada, vingt ans plus tôt.

L’opération comprenait également des attaques de drones. En novembre, une frappe aurait tué quatre éléments de la Brigade des martyrs d’Al-Aqsa du Fatah.

En janvier, une attaque de drone a tué Abdallah Abu Shalal et plusieurs éléments de la cellule terroriste qu’il dirigeait à Balata. Selon Tsahal et l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet, Abu Shalal avait reçu des fonds et des instructions de l’Iran, ainsi que de groupes terroristes à Gaza et à l’étranger.

Les troupes de l’armée israélienne de la brigade régionale de Samarie opérant près de Naplouse, en mai 2023. (Crédit : Porte-parole de l’armée israélienne)

Des opérations de grande intensité ont également été menées contre ceux qui tentaient de former de petites cellules terroristes.

« Toute force qui tente d’être guidée par le Hamas ou l’Iran, ou qui reçoit de l’argent, nous y allons et la démantelons », a déclaré un officier de la Brigade Samaria. « Nous ne laissons pas un monstre [se développer] de l’autre côté. »

« Toutes les deux semaines, j’y vais et je les démonte », a-t-il ajouté.

Tsahal a une totale liberté d’action dans tout le secteur, selon l’officier. « Avant, nous avions besoin de forces spéciales pour aller à Balata. Aujourd’hui, nous y allons quand nous le voulons. »

Malgré le risque de tension, l’armée continue de coordonner les visites occasionnelles de Juifs au sanctuaire du Tombeau de Joseph, situé à proximité du camp de réfugiés de Balata, sans aucun incident grave.

Les registres de la Brigade Samaria indiquent qu’elle a tué environ 200 terroristes. Elle a également perdu un soldat à cause d’un tir ami.

Le rythme opérationnel élevé et l’intensité ont empêché l’émergence d’une infrastructure terroriste sérieuse au cœur de la Cisjordanie.

« Nous continuerons à tondre l’herbe ici, et nous n’aurons pas besoin d’atteindre le type de combat à Gaza », a noté un officier.

Le sergent-chef Diego Shvisha Harsaj et le sergent-chef Eliya Hilel du bataillon Nahshon de la Brigade Kfir, qui ont été tués dans une attaque à la voiture-bélier, à l’extérieur de la ville de Naplouse, en Cisjordanie, le 29 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Il est à noter que les soldats israéliens ne sont pas les seuls à maintenir la zone relativement calme. Les forces de sécurité de l’AP mènent également des opérations contre les cellules terroristes.

« L’Autorité palestinienne a tout intérêt à ce que le Hamas ne s’établisse pas ici », a déclaré un officier supérieur. « Ils travaillent d’arrache-pied. Arrestations, perturbations, confiscation d’armes. »

Le suspect de l’attentat à la voiture-bélier de la semaine dernière s’est rendu aux forces de sécurité de l’AP après s’être enfui à Naplouse.

Des officiers de Tsahal rencontrent des commandants de l’AP, notamment au quartier général de la Brigade Samaria. Selon les Israéliens, les forces de l’AP discutent des moyens de prévenir une attaque du type de celle du 7 octobre et d’éviter que Naplouse ne devienne comme la ville palestinienne voisine de Jénine au cours des dernières années, qui est devenue une zone interdite pour les forces de l’AP et un bastion terroriste majeur.

« Cela fonctionne bien », a déclaré un officier de Tsahal à propos de la coordination entre Israël et l’AP. « Ils coopèrent. Ils ont intérêt à ce que le Hamas ne leur fasse pas ce qu’il a fait en 2007 », lorsque l’AP avait été évincée de Gaza par un coup d’État sanglant.

« Dans l’ensemble, ils font du bon travail. »

Le défi juif

Les soldats israéliens postés autour de Naplouse sont également confrontés au défi permanent des extrémistes juifs, mais la Brigade Samaria développe de nouvelles stratégies pour y faire face.

Des soldats israéliens et des partisans du mouvement pro-implantations, le jour où des extrémistes juifs ont incendié des maisons et des véhicules dans la ville, à l’entrée de Turmus Aya, en Cisjordanie, le 21 juin 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/FLASH90)

« Nous y faisons face de toutes nos forces », explique un officier. « Quiconque jette des pierres sur une voiture, brûle des objets – nous ne pouvons pas laisser passer cela. Les soldats sont très impliqués dans cette affaire. »

Récemment, des extrémistes juifs ont tenté d’incendier une maison dans le village palestinien de Sebastia. Tsahal a arrêté quatre personnes après qu’elles eurent brûlé deux voitures, et les ont empêchées de faire d’autres dégâts.

Selon un officier, les soldats comprennent que la lutte contre la violence juive fait partie de leur mission, même si le fait d’être maudit et de se faire cracher dessus par leurs compatriotes israéliens a de lourdes conséquences psychologiques.

« Ils comprennent que cela fait partie de la sécurité des habitants », explique un officier supérieur. « Au bout du compte, si nous n’arrêtons pas cela, s’ils brûlent une maison une nuit, le lendemain matin [les Palestiniens] endommageront les biens d’un résident. »

Le député d’extrême-droite Zvi Sukkot et d’autres Juifs israéliens priant à Huwara, après avoir installé une soucca dans la ville palestinienne pour protester contre une fusillade, le 5 octobre 2023. (Crédit : X ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Une émeute récente a été organisée par un militant qui a écrit sur les réseaux sociaux qu’un convoi d’aide en provenance de Jordanie traversait la zone pour se rendre à Gaza. Ce n’était pas le cas, mais quelque 200 jeunes manifestants se sont présentés pour bloquer la route. La Brigade Samaria les a repoussés avec une certaine force, en utilisant des gaz lacrymogènes et des grenades incapacitantes.

La Brigade Samaria est devenue bien plus habile pour arrêter les extrémistes juifs que lors des émeutes de Huwara. Elle met en place une cellule de situation commune avec la police israélienne et la police des frontières, fait appel aux réservistes et se déploie en plusieurs cercles autour du site que les émeutiers chercheraient à prendre pour cible.

Malgré les tensions entre l’armée et les extrémistes, ces derniers attendent généralement l’arrivée des soldats dans la zone avant de passer à l’attaque, explique un officier supérieur, afin de garantir leur propre sécurité.

Pour préparer les jeunes soldats aux complexités de la région, qui comprend des contacts étroits avec les Palestiniens et les Juifs, la Brigade Samaria organise un séminaire d’une journée de simulations.

Un vendeur palestinien à son stand de pastèques, dans le camp de Balata, près de Naplouse, en Cisjordanie, le 12 mai 2024. (Crédit : Zain Jaafar/AFP)

La formation a fait ses preuves, selon l’armée.

« J’ai l’impression que nous opérons ici de manière très éthique et correcte », a déclaré un officier.

En mars, un réserviste avait frappé un civil palestinien au visage avec le canon de son arme. Il avait été envoyé en prison militaire pendant cinq jours par le colonel Siso, qui l’a ensuite exclu de la Brigade Samaria. L’affaire est maintenant traitée par la police militaire, a précisé un officier.

Un acte isolé de cette nature risque de rompre l’équilibre délicat qui persiste dans la région de Samarie.

« Tsahal agit avec détermination, sensibilité, dans le respect de l’éthique de la guerre, comme des êtres humains », a déclaré un officier supérieur. « Nous ne sommes pas des animaux. Nous agissons contre le terrorisme, nous mettons fin à la terreur et nous permettons aux Palestiniens de mener une vie normale. »

« La moindre erreur tactique de notre part sur le terrain peut compromettre cette mission », a-t-il averti.

« Il en va de même pour un incident à Gaza. C’est un endroit très explosif, comme un baril de poudre. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.