Israël en guerre - Jour 197

Rechercher

Des Israéliens saccagent Huwara après un attentat meurtrier ; un Palestinien tué

Des voitures et des maisons ont été incendiées là où 2 Israéliens ont été tués par un Palestinien ; Netanyahu et Herzog exhortent les Israéliens à ne pas faire justice eux-mêmes

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Une foule de résidents d’implantations regardant les voitures et les maisons qu'ils ont incendiées dans la ville de Huwara, en Cisjordanie, le 26 février 2023. (Autorisation)
Une foule de résidents d’implantations regardant les voitures et les maisons qu'ils ont incendiées dans la ville de Huwara, en Cisjordanie, le 26 février 2023. (Autorisation)

Des dizaines d’Israéliens ont participé à des émeutes dans la ville de Huwara, en Cisjordanie, dimanche soir, et auraient mis le feu à des propriétés palestiniennes, quelques heures après que deux jeunes frères israéliens ont été abattus dans une attaque terroriste.

Le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne (AP) a déclaré qu’un homme avait été tué par des tirs israéliens au cours des émeutes dans la ville de Zatara, au sud de Huwara et près de l’implantation de Kfar Tapuach. Selon le service de secours du Croissant-Rouge palestinien, deux autres personnes ont été blessées par balle, une troisième a été poignardée et une quatrième a été frappée avec une barre de fer. Quelque 95 autres personnes ont été prises en charge pour avoir inhalé des gaz lacrymogènes.

Une source militaire a déclaré que les troupes israéliennes n’étaient pas impliquées dans la fusillade qui a tué Sameh Aqtash, 37 ans. Les responsables de la police des frontières n’ont pas fait de commentaire immédiat, et on ne sait toujours pas s’il a été abattu par des Israéliens.

Les médias palestiniens ont publié des images de maisons et de voitures en feu qui avaient été incendiées par des résidents d’implantations déchaînés après le meurtre de Hallel et Yagel Yaniv dans une attaque terroriste palestinienne plus tôt dans la journée. Le tireur de cette attaque est toujours recherché.

Selon les médias palestiniens, une trentaine de maisons et de voitures ont été incendiées. Les photos et les vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrent de vastes incendies dans toute la ville de Huwara – une ville située juste au sud de Naplouse.

Le Croissant-Rouge palestinien a déclaré que ses équipes médicales avaient soigné 390 personnes blessées lors des affrontements avec les résidents d’implantations, et que trois ambulances avaient été attaquées.

Des agents de la police des frontières auraient tenté de disperser les Israéliens à l’aide de gaz lacrymogènes. Les médias israéliens ont indiqué après minuit que les émeutes avaient été largement réprimées et que les résidents d’implantations s’étaient dispersés après plusieurs heures. Six personnes auraient été arrêtées.

L’armée israélienne a déclaré que « les violentes émeutes qui ont éclaté en plusieurs endroits » en Cisjordanie étaient « gérées » par les troupes et les policiers, sans mentionner l’identité des personnes impliquées.

Le service de secours du Magen David Adom a déclaré que ses personnels soignaient deux jeunes de 16 ans souffrant d’inhalation de gaz lacrymogène à la jonction d’Yitzhar, située à proximité.

Les manifestants ont déclaré qu’ils exigeaient que les forces de sécurité israéliennes s’occupent des « nids de terroristes » dans la région.

Ce saccage a suscité la colère de l’AP, de l’Union européenne (UE), des États-Unis et de nombreux Israéliens.

Plus tôt dimanche, peu après la fusillade meurtrière, au moins trois maisons de la ville ont été incendiées par des Israéliens, et un Palestinien a été poignardé, selon le groupe de défense des droits Yesh Din.

Le chef adjoint du conseil régional de Samarie, Davidi Ben Zion, a appelé à ce que Huwara, une ville de quelque 7 000 habitants dans le nord de la Cisjordanie, soit « anéantie » en riposte à l’attaque.

« Ici, à Huwara, le sang de nos enfants a coulé sur la route… Huwara doit être anéantie aujourd’hui. Assez parlé de la construction et du renforcement des implantations. La dissuasion qui a été perdue doit revenir maintenant, il n’y a pas de place pour la pitié », a-t-il déclaré dans un message sur Twitter.

Le tweet de Ben Zion a été liké par le ministre de la Défense Bezalel Smotrich, qui a ensuite publié un message exhortant les Israéliens à ne pas faire justice eux-mêmes et à « créer une anarchie dangereuse qui pourrait devenir incontrôlable et coûter des vies. »

« La douleur est grande, mais croyez-moi, nous travaillons dur pour apporter une véritable solution au terrorisme. Depuis l’attentat, nous ne nous occupons que de cela. Élaborons la riposte et laissons Tsahal gagner », a ajouté Smotrich.

Selon le groupe de gauche Yesh Din, la municipalité de Huwara a déclaré que les résidents d’implantations avaient effectivement « détruit le village », ajoutant que « c’était d’une violence brutale comme on n’en avait pas vu dans le village depuis des années. Les militaires n’ont rien fait pour empêcher les résidents d’implantations de faire ce qu’ils voulaient. C’est un pogrom parrainé par l’armée et le gouvernement d’Israël. »

Dimanche soir, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a publié une déclaration déplorant la mort des deux frères israéliens, tout en appelant les Israéliens à s’abstenir de toute attaque de vengeance.

« Tsahal et les forces de sécurité sont actuellement à la recherche du meurtrier », a déclaré Netanyahu. « Nous le trouverons, nous l’attraperons et nous le traduirons en justice. »

« Je vous demande, alors que le sang bouillonne et que les vents sont forts – de ne pas faire justice vous-même », a-t-il ajouté. « Je vous demande de laisser l’armée israélienne et les forces de sécurité faire leur travail. »

Le président Isaac Herzog a émis des remarques similaires. « Se faire justice soi-même, faire des émeutes et commettre des violences contre des innocents – ce n’est pas notre façon de faire, et je condamne ceci avec force », a-t-il déclaré dans un communiqué.

« Nous devons permettre à Tsahal, à la police et aux forces de sécurité d’appréhender le méprisable terroriste et de rétablir l’ordre immédiatement », a ajouté Herzog.

Toujours en réponse à l’attaque, des centaines de résidents d’implantations ont fait irruption dans l’avant-poste illégal Evyatar récemment évacué et ont juré de repeupler la zone.

Des résidents d’implantations avaient quitté cette communauté située au sommet d’une colline du nord de la Cisjordanie dans le cadre d’un accord conclu avec le précédent gouvernement en 2021, qui prévoyait une évacuation pacifique. En échange le gouvernement acceptait de laisser en place les maisons illégales qu’ils avaient érigées pendant la réalisation d’une étude du terrain.

« Nous avons un grand vide dans nos cœurs »

Dimanche après-midi, la police a relevé son niveau d’alerte et l’armée a renforcé ses effectifs pour tenter de capturer le tireur qui a perpétré l’attaque sur une artère routière utilisée à la fois par les Israéliens et les Palestiniens et qui traverse Huwara.

Esti Yaniv, la mère de Hallel et Yagel Yaniv, a déclaré que rien ne pourrait combler le vide dans son cœur.

« Nous avons reçu une énorme gifle de la part de Dieu », a déclaré Esti Yaniv lors d’un appel avec les jeunes de l’implantation de Har Bracha, où vivaient les victimes.

Esti et son mari Shalom Yaniv sont les coordinateurs de la jeunesse de l’implantation.

« Nous essayons de faire ressortir les bonnes choses, la gentillesse, le fait que nous avons eu un Shabbat en famille, de bonnes conversations avec les enfants », a-t-elle déclaré.

« Nous avons un trou béant dans nos cœurs », a poursuivi Yaniv. « Rien ne comblera ce trou, ni la construction [d’implantations], ni une manifestation – rien ».

La famille a fait don des cornées des victimes à des fins de transplantation, les frères étant tous deux titulaires d’une carte de donneur d’organes Adi.

Leurs funérailles auront lieu lundi au mont Herzl à Jérusalem.

Les frères Hillel (à gauche) et Yagel Yaniv, qui ont été tués lors d’une attaque terroriste dans la ville de Huwara, en Cisjordanie, le 26 février 2023. (Autorisation)

L’armée israélienne a déclaré que le tireur palestinien avait ouvert le feu à bout portant sur la voiture des Yaniv sur la route 60, puis avait fui les lieux, apparemment à pied.

Les images de l’attaque montrent la voiture des victimes criblée de balles. Les troupes présentes sur les lieux ont trouvé 12 douilles de neuf millimètres, ce qui indique que l’agresseur a utilisé un pistolet ou une mitraillette de fortune.

Une première enquête sur la fusillade a suggéré que le tireur a profité d’un embouteillage pour perpétrer son attaque.

Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, a ordonné à Tsahal d’intensifier ses opérations en Cisjordanie, « dans le but d’étendre les opérations de défense dans les implantations et sur les routes », a déclaré son bureau dans un communiqué après avoir tenu une évaluation avec les hauts responsables de la défense.

« Gallant a ordonné aux forces de sécurité de concentrer les efforts opérationnels et de renseignement pour capturer les terroristes, tout en prenant toute mesure nécessaire, y compris des actions offensives pour empêcher de nouvelles attaques », ajoute le communiqué.

Après une évaluation ultérieure tenue avec des responsables de la sécurité, Gallant a ordonné de « relever le niveau d’alerte également dans la région de Jérusalem et [la région] entourant Gaza », a déclaré son bureau.

Le chef des armées Herzi Halevi a inspecté les lieux de l’attaque dimanche soir et a ordonné le déploiement de deux bataillons d’infanterie supplémentaires pour renforcer les forces dans la région.

Le 202e bataillon de parachutistes était déjà en cours de déploiement dimanche soir, et le 435e bataillon de la brigade Givati devait être déployé lundi.

« Dans le cadre de l’expansion des activités de sécurité dans la ville de Naplouse, il a été décidé de renforcer les contrôles de sécurité sur les routes menant à l’intérieur et à l’extérieur de la ville », a déclaré l’armée.

Le chef d’état-major de Tsahal, Herzi Halevi, se rend sur les lieux d’une fusillade dans la ville de Huwara, en Cisjordanie, le 25 février 2023. (Crédit : armée israélienne)

Le chef de la police israélienne, Kobi Shabtai, a déclaré que les forces de sécurité travailleraient sans relâche pour capturer le terroriste. « Je fais confiance au Shin Bet et aux services de renseignement de Tsahal, qui sauront comment atteindre le terroriste », a déclaré Shabtai dans un communiqué.

« Nous sommes dans une situation très délicate et cela exige que nous soyons tous en alerte opérationnelle », a-t-il ajouté, précisant que « la police israélienne entre en alerte maximale afin d’être au plus haut niveau de préparation pour l’opération. »

Huwara est depuis longtemps un lieu sensible car c’est l’une des seules villes palestiniennes que les Israéliens traversent régulièrement pour se rendre dans les implantations du nord de la Cisjordanie.

Plusieurs automobilistes israéliens ont été la cible de tirs sur la route 60 à Huwara. Il est prévu de construire une route de contournement pour que les résidents d’implantations n’aient pas à traverser la ville palestinienne, mais les travaux de construction sont au point mort.

Les forces de sécurité israéliennes sécurisent la scène d’une fusillade à Huwara, en Cisjordanie, près de Naplouse, le 26 février 2023. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)

Ces derniers mois, des hommes armés palestiniens ont visé à plusieurs reprises des postes militaires, des troupes opérant le long de la barrière de sécurité en Cisjordanie, des implantations israéliennes et des civils sur les routes.

Les tensions entre Israël et les Palestiniens sont élevées depuis un an, les forces de défense israéliennes menant des raids quasi quotidiens en Cisjordanie dans le cadre d’une offensive anti-terroriste suite à une série d’attentats terroristes palestiniens meurtriers.

Ces dernières semaines, une succession d’attaques terroristes palestiniennes à Jérusalem a fait 11 morts et plusieurs blessés graves.

Plus de 60 Palestiniens ont été tués depuis le début de l’année, la plupart lors d’attaques ou d’affrontements avec les forces de sécurité, mais certains étaient des civils non impliqués et d’autres ont été tués dans des circonstances qui font l’objet d’une enquête.

On a également constaté une augmentation des attaques d’Israéliens contre des Palestiniens en réponse aux récentes attaques terroristes. Samedi, des israéliens ont incendié un certain nombre de voitures appartenant à des Palestiniens dans le village de Burin, près de Naplouse.

L’attaque de dimanche est survenue alors que des responsables israéliens et palestiniens se réunissaient en Jordanie pour tenter de rétablir le calme en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.