Conflit israélo-palestinien : Fabius au Proche-Orient avant la fin juin
Rechercher

Conflit israélo-palestinien : Fabius au Proche-Orient avant la fin juin

"La justice n'est pas rendue aux Palestiniens il faut être clair", a déclaré le ministre sur France Inter

Laurent Fabius (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Laurent Fabius (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a annoncé jeudi qu’il se rendrait avant fin juin en Egypte, dans les Territoires palestiniens et en Israël, pour tenter de pousser les propositions françaises pour une relance des négociations.

« La France fait des propositions, et nous allons continuer. Je me rendrai avant la fin du mois (de juin) à la fois en Egypte, dans les Territoires palestiniens et en Israël », a déclaré M. Fabius sur la radio France Inter.

« Je discuterai avec les dirigeants de ces pays et territoires, nous voulons qu’on reprenne la négociation entre les deux parties, mais que cette négociation soit encadrée par un accompagnement international », a-t-il poursuivi.

Paris tente de pousser à l’ONU un projet de résolution prévoyant une relance des négociations israélo-palestiniennes, totalement gelées depuis l’échec d’une médiation américaine au printemps dernier, et fixant un calendrier pour aboutir.

Ce projet, encore à l’état de discussion, doit « définir les paramètres et le calendrier de la négociation, et mobiliser la communauté internationale pour aider les deux parties à conclure », avait déjà indiqué M. Fabius lors d’un discours devant des étudiants à Paris le 20 mai dernier.

« Nous sommes pour une solution des deux Etats, parce qu’il faut assurer la sécurité d’Israël mais il n’y a pas de sécurité et de paix sans justice. Or justice n’est pas rendue aux Palestiniens il faut être clair », a déclaré le ministre sur France Inter.

Le chef de la diplomatie française s’est déjà rendu trois fois dans la région depuis sa prise de fonctions en 2012, dont deux fois pendant des guerres entre Israël et le Hamas à Gaza.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...