Coronavirus : les niveaux de pollution en Chine chutent suite aux quarantaines
Rechercher

Coronavirus : les niveaux de pollution en Chine chutent suite aux quarantaines

L'imagerie satellite montre une baisse des gaz nocifs dans les régions centrales et orientales du pays, alors que le gouvernement impose la fermeture des usines et des transports

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Les images satellites montrent une baisse de la pollution de l'air au-dessus de la Chine centrale et orientale suite à une mise en quarantaine imposée par le gouvernement en raison d'une épidémie de coronavirus. (Crédit : NASA Earth Observatory/Joshua Stevens)
Les images satellites montrent une baisse de la pollution de l'air au-dessus de la Chine centrale et orientale suite à une mise en quarantaine imposée par le gouvernement en raison d'une épidémie de coronavirus. (Crédit : NASA Earth Observatory/Joshua Stevens)

La Chine a enregistré une baisse drastique de la pollution depuis l’apparition de l’épidémie de coronavirus en décembre, selon les images satellites de la NASA et de l’Agence spatiale européenne.

Les cartes publiées dimanche par ces agences montrent les niveaux de dioxyde d’azote dans l’air au-dessus de la Chine orientale avant et après l’imposition par le gouvernement d’une mise en quarantaine sur de vastes zones du pays fin janvier.

Le dioxyde d’azote est un gaz nocif produit par les véhicules, les centrales électriques et l’industrie. Il peut causer ou aggraver des problèmes respiratoires, notamment l’asthme.

Les niveaux de gaz ont considérablement diminué après le début des confinements, à commencer par Wuhan, où le virus est apparu en premier, avant de se répandre, selon les scientifiques de la NASA.

Wuhan, qui compte 11 millions d’habitants, a été mise en quarantaine, et les transports à l’intérieur et en direction la ville ont été interrompus. La province du Hubei, qui compte quelque 40 millions d’habitants, a également été largement isolée du reste du monde. Les usines et autres lieux de travail de la région industrielle ont été temporairement fermés.

« C’est la première fois que je vois une chute aussi spectaculaire sur une zone aussi étendue pour un événement spécifique », a commenté Fei Liu, chercheur sur la qualité de l’air au Goddard Space Flight Center de la NASA.

Les niveaux de pollution de l’air diminuent généralement pendant les congés du Nouvel An lunaire, car les entreprises et les usines ferment fin janvier et début février, mais la quantité de dioxyde d’azote dans l’air enregistrée cette année était beaucoup plus faible que les années précédentes.

Comparaison d’images satellites sur la pollution au-dessus de Wuhan, en Chine, pendant les mêmes périodes en 2019 et 2020. (Crédit NASA Earth Observatory/Joshua Stevens)

Les chercheurs ont déclaré avoir constaté une baisse de la pollution pendant la crise économique de 2008, mais cette baisse a été plus lente.

Depuis le début de l’année 2020, y compris avant les mises en quarantaine, les niveaux de dioxyde d’azote étaient de 10 à 30 % inférieurs à ceux des années précédentes dans l’est et le centre de la Chine.

Les images ont été produites à partir des données recueillies par les instruments de surveillance du satellite Sentinel-5 de l’Agence spatiale européenne et du satellite Aura de la NASA.

Le nouveau coronavirus a infecté quelque 89 000 personnes dans le monde et en a tué 3 000 dans plus de 60 pays, la grande majorité des cas se situant en Chine continentale. Israël a confirmé 12 cas et aucun décès.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...