Rechercher

Covid: un politique néerlandais en justice pour ses comparaisons avec la Shoah

Les plaignants réclament l'interdiction pour Thierry Baudet d'utiliser des images de la Shoah dans le cadre du débat sur les mesures contre le coronavirus

Thierry Baudet, leader néerlandais du parti Forum pour la démocratie (FVD ; droite), s'adresse à la presse, au Sénat néerlandais, le 5 février 2020, à La Haye. (SEM VAN DER WAL / ANP / AFP via Getty Images)
Thierry Baudet, leader néerlandais du parti Forum pour la démocratie (FVD ; droite), s'adresse à la presse, au Sénat néerlandais, le 5 février 2020, à La Haye. (SEM VAN DER WAL / ANP / AFP via Getty Images)

Une organisation contre l’antisémitisme a déclaré mardi avoir lancé une procédure civile contre Thierry Baudet, dirigeant du parti néerlandais populiste Forum pour la Démocratie (FvD), pour ses propos comparant les restrictions sanitaires contre le coronavirus à la Shoah.

La procédure en référé a été initiée par quatre juifs survivants de la Seconde Guerre mondiale, le CJO, qui regroupe les organisations juives aux Pays-Bas, et le Centre d’information et de documentation d’Israël (CIDI), qui surveille l’antisémitisme dans le pays.

Ils pointent plusieurs publications du populiste Thierry Baudet sur Twitter, notamment celle dans laquelle il a affirmé que « les non vaccinés sont les nouveaux Juifs, ceux qui détournent le regard des exclusions sont les nouveaux nazis ».

Baudet avait également publié côte-à-côte la photo d’un enfant qui n’avait pas été autorisé à aller à la fête de Saint-Nicolas (souvent source de joie pour les plus jeunes Néerlandais), et celle d’un garçon du ghetto de Lodz (Pologne) portant une étoile de David avant sa déportation.

Les plaignants critiquent également le partage par le populiste d’une photo du camp de concentration de Buchenwald, assortie du commentaire : « Comment est-il POSSIBLE de ne pas encore voir comment l’histoire se répète ».

« Avec ces déclarations, Baudet met les horreurs de la Shoah (cinq à six millions de juifs exterminés par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale) au même niveau que les mesures contre le coronavirus. Ce faisant, il minimise l’importance de l’Holocauste », a souligné le CIDI dans un communiqué.

Faire ces comparaisons est « complètement erroné sur le plan historique et substantiel et est particulièrement blessant pour les victimes survivantes de l’Holocauste et leurs proches », a ajouté le centre.

Les plaignants demandent la suppression de ces déclarations et l’interdiction pour M. Baudet d’utiliser des images de la Shoah dans le cadre du débat sur les mesures contre le coronavirus, « tout cela avec une pénalité de 25 000 euros par jour, s’il y fait défaut », a précisé le CIDI.

En mars 2021, à une semaine des élections législatives, le populiste, connu pour ses positions contre les vaccins anti-Covid et les mesures sanitaires, avait déjà reçu un avertissement de Twitter.

La procédure en référé aura lieu le 15 décembre à Amsterdam. Thierry Baudet n’avait pas réagi dans l’immédiat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...