Critiquant « l’incitateur » Trump, le chef de Yesha est soulagé de le voir partir
Rechercher

Critiquant « l’incitateur » Trump, le chef de Yesha est soulagé de le voir partir

"Il est plus facile de tenir tête à quelqu'un considéré comme un ennemi qu'à quelqu'un considéré comme un ami", a dit David Elhayani, citant le plan Trump pour un État palestinien

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le président du Conseil Yesha, David Elhayani, devant le bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 21 juin 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)
Le président du Conseil Yesha, David Elhayani, devant le bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 21 juin 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Un haut responsable des implantations s’oppose à l’affirmation selon laquelle son mouvement a reçu un grand coup de pouce pendant les quatre années de Donald Trump à la Maison Blanche, en faisant valoir que le président américain sortant a attisé les flammes du racisme tout en proposant de simples mesures symboliques qui n’ont pas concrètement contribué à consolider la présence juive au-delà de la Ligne verte.

Dans un entretien accordé dimanche au Times of Israel, le président du conseil des maires des implantations de Yesha, David Elhayani, s’est montré méprisant à l’égard d’une série de mesures prises par l’administration Trump pour normaliser la présence d’Israël au-delà de la Ligne verte.

Il s’agit notamment d’un renversement de la politique qui jugeait les implantations « illégales », d’une directive visant à étiqueter toutes les exportations américaines en provenance des implantations comme étant « fabriquées en Israël », de l’extension de la coopération scientifique bilatérale aux implantations et d’un plan de paix qui envisage l’annexion par Israël de chacune de ses implantations en Cisjordanie.

« Ils ont donc déclaré que les implantations sont légales. En quoi cela aide-t-il le mouvement des implantations ? Cela a-t-il changé notre statut ? Y a-t-il une souveraineté [israélienne] ici ? Il n’y a rien ici. Ces déclarations sont des kalaam fadi« , a déclaré Elhayani au franc-parler, en utilisant le mot arabe pour désigner des foutaises.

Le président américain Donald Trump sourit au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, (à droite), après avoir signé la proclamation formelle reconnaissant la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan, dans la salle de réception diplomatique de la Maison Blanche à Washington, le 25 mars 2019. (AP Photo/Susan Walsh)

Le chef des implantations a soutenu que c’était la perception de Trump aux yeux de beaucoup en Israël comme un « ami » qui le rendait plus dangereux pour l’État juif et le mouvement des implantations en particulier. En fait, Elhayani s’est dit soulagé de la défaite de Trump face au président élu Joe Biden, malgré l’opposition de longue date du démocrate aux implantations.

« Il est plus facile de tenir tête à quelqu’un qui est considéré comme un ennemi, par opposition à quelqu’un qui est considéré comme un ami », a-t-il fait valoir.

L’héritage de Trump en Cisjordanie

M. Elhayani a déclaré que bien que M. Trump soit largement lié aux événements de ces dernières semaines – son refus d’accepter sa défaite électorale, la prise d’assaut du Capitole, l’échec d’un transfert pacifique du pouvoir et sa seconde destitution par la Chambre, pour la plupart des Israéliens, on se souviendra de lui comme d’un bon président.

« Mais pas pour moi », a-t-il précisé.

Le plus gros problème du leader des implantations avec le président américain concerne le plan de paix qu’il a présenté en janvier 2020. Tout en donnant le feu vert à la future annexion par Israël de vastes étendues de la Cisjordanie, le plan crée également des frontières pour un État palestinien sur les quelque 70 % des terres semi-contiguës qui restent au-delà de la Ligne verte, en plus de plusieurs autres petites zones adjacentes à la Cisjordanie et à la bande de Gaza.

Cet État est toutefois subordonné au respect par l’Autorité palestinienne d’une longue liste de conditions, notamment la démilitarisation du Hamas, l’acceptation d’une Jérusalem non divisée comme capitale d’Israël, l’acceptation du maintien du contrôle sécuritaire global par Israël sur les terres situées entre le Jourdain et la mer Méditerranée, et l’interdiction pour les réfugiés palestiniens de retourner dans l’État juif.

L’implantation de Maale Efraim en Cisjordanie sur les collines de la vallée du Jourdain, le 18 février 2020. (AP/Ariel Schalit, File)

Elhayani, cependant, a rejeté les mises en garde et ceux qui prétendent prouver qu’un tel État ne verra jamais le jour.

« Si c’était vraiment le cas, alors quel est l’intérêt du plan de paix ? » a-t-il demandé de manière rhétorique.

« Les Américains ne sont pas prêts à nous donner un centimètre de souveraineté avant qu’il n’y ait un Etat palestinien », a insisté Elhayani, qualifiant une telle entité de « danger existentiel pour Israël ».

Les torchons et les serviettes

Il a comparé le bilan de Trump concernant les implantations à celui de son prédécesseur Barack Obama. En comparant le deuxième mandat de ce dernier au seul mandat du premier, les chiffres du Bureau central des statistiques montrent que sous Trump, les mises en chantier en Cisjordanie ont chuté de 35 % et la croissance de la population israélienne dans la région est passée d’environ 4,5 % à 3,5 %.

Cependant, Hagit Ofran de l’observatoire des implantations du mouvement de gauche « La Paix maintenant » a déclaré qu’Elhayani « jouait avec les chiffres ».

Elle a souligné qu’en plus du fait que les données de la CBS n’ont pas encore été mises à jour pour inclure le dernier trimestre de 2020, Elhayani avait commodément choisi de se concentrer sur le second mandat d’Obama plutôt que sur le premier, alors que les mises en chantier durant ce dernier étaient de 26 % inférieures à ce qu’elles étaient durant le mandat de Trump.

Travaux d’extension d’une route vers les implantations israéliennes en Cisjordanie, près de la ville de Bethléem, le 7 mars 2019. (AP Photo/Majdi Mohammed, File)

Ofran a fait valoir que les autorisations de planification, la construction de routes et d’infrastructures pour desservir les implantations et l’établissement d’avant-postes sont tous de meilleurs indicateurs de la croissance du mouvement des implantations, et que ces trois domaines ont connu des augmentations importantes sous Trump.

Mais l’opposition d’Elhayani au président républicain revêt un caractère plus fondamental.

« J’aimerais mieux que nous construisions et que les Américains condamnent plutôt que nous ne construisions pas et que les Américains ne condamnent pas », a-t-il déclaré, en faisant valoir que la construction avait été insuffisante au cours des quatre dernières années, même si l’administration Trump ne s’y est jamais opposée.

Ce n’est pas la première fois qu’Elhayani critique sévèrement Trump. Le président de Yesha a fait les gros titres l’année dernière après le dévoilement du plan de paix, lorsqu’il a déclaré que Trump n’était « pas un ami d’Israël ».

Ce qui a rendu ses commentaires de dimanche si frappants, c’est sa critique du président américain sur des questions sans rapport avec Israël et sa volonté de désigner Biden, un critique profondément enraciné du mouvement des implantations, comme son candidat préféré à la Maison Blanche.

(De gauche à droite) Le président du Conseil régional de la vallée du Jourdain, David Elhayani, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le secrétaire de cabinet Tzachi Braverman applaudissent après que le gouvernement a autorisé la légalisation de l’avant-poste Mevoot Yericho lors de la réunion hebdomadaire du cabinet au Conseil régional de la vallée du Jourdain, le 15 septembre 2019. (Haim Tzach/GPO)

Reconnaissant qu’il représente une voix unique parmi ses collègues du Conseil Yesha, Elhayani a déclaré : « Quand tout le monde dit que Trump est un ami, il est difficile de trouver la personne qui a le cran de venir dire : « Mes amis, ce n’est pas un ami ».

Pour sa part, le président du conseil régional de Gush Etzion, Shlomo Neeman, a catégoriquement désapprouvé l’analyse du président de Yesha, déclarant que la reconnaissance par le plan Trump du droit du peuple juif à la terre biblique au-delà de la Ligne verte connue sous le nom de Judée et Samarie n’est pas quelque chose que l’on peut facilement ignorer.

« Ceci par rapport aux démocrates et à Biden qui ne disent rien du tout sur le droit du peuple d’Israël à Naplouse et à Hébron. Les démocrates pensent que deux peuples ont droit à la même terre. C’est une énorme différence », a déclaré M. Neeman, en précisant qu’il préférerait de loin un républicain à la Maison Blanche.

Le vice-président américain Joe Biden s’adresse à la 4e Conférence nationale de J Street au Washington Convention Center à Washington, DC, le 30 septembre 2013. (Ron Sachs/J Street)

Néanmoins, Elhayani s’est moqué de la série de mesures que les plus grands partisans de Trump soulignent en vantant ses qualités de pro-Israël.

« Qu’est-ce que la relocalisation de l’ambassade a donné au mouvement des implantations ? Qu’est-ce que la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan a donné au mouvement des implantations ? », a-t-il demandé.

« Les accords d’Abraham étaient complètement contre le mouvement des implantations parce que nous avons perdu notre souveraineté à cause d’eux », a-t-il ajouté, faisant référence à la décision du Premier ministre Benjamin Netanyahu de mettre en suspens ses plans controversés d’annexion de la Cisjordanie en échange d’une normalisation avec les Émirats arabes unis.

« Alors, qu’avons-nous obtenu de Trump ? Y a-t-il de la souveraineté ici ? Y a-t-il plus de résidents ici ? Y a-t-il plus de mises en chantier ? Montrez-moi quelque chose de réel qui a changé. Pas des mots. En pratique, rien n’a changé. »

Mardi, Elhayani a annoncé qu’il soutiendrait le rival de Netanyahu, Gideon Saar, lors des élections de mars.

Il n’y a pas de fumée sans feu

Mais ce n’est pas seulement la politique de Trump sur Israël qu’Elhayani a trouvé insatisfaisante, mais aussi ce qu’il a considéré comme étant le soutien du président à des groupes marginaux et antisémites aux Etats-Unis, qui a culminé avec l’émeute meurtrière de ce mois au Capitole américain.

A la question de savoir si Trump était responsable de l’assaut de ses partisans qui a fait cinq morts, Elhayani a répondu : « Il n’y a pas de fumée sans feu ».

Développant l’utilisation de la métaphore, le leader des implantations a déclaré que ceux qui sont descendus sur Washington dans l’illusion que l’élection leur avait été volée « avaient juste besoin de l’allumette pour les allumer et cette allumette a apparemment fini par être les paroles du président des États-Unis ».

Des manifestants, fidèles au président Donald Trump, prennent d’assaut le Capitole, à Washington, le 6 janvier 2021. (Crédit : AP Photo/John Minchillo)

« Nous nous battons comme des diables, et si vous ne vous battez pas comme des diables, vous n’aurez plus de pays », a déclaré M. Trump dans un discours prononcé devant des milliers de partisans avant que beaucoup d’entre eux n’entrent au Capitole. « Vous ne reprendrez jamais notre pays avec de la faiblesse. Vous devez faire preuve de force et vous devez être forts ».

Pour Elhayani, qui est le premier dirigeant des implantations à s’exprimer de façon aussi négative sur le président américain et son rôle dans les événements de Washington, le président avait été assez clair. « Parfois, il n’est pas nécessaire de dire quelque chose de manière explicite pour que votre message passe. »

« Il a encouragé l’incitation et le racisme tout au long de son mandat et pas seulement ce jour-là », a déclaré M. Elhayani, ajoutant que M. Trump avait longtemps hésité à dénoncer l’antisémitisme et le racisme.

Si le président a effectivement condamné cette discrimination, le chef des implantations a déclaré que M. Trump ne l’avait pas fait assez rapidement. « Quand on est surpris avec un pantalon baissé, on ne peut pas se contenter de dire : ‘Oups, je vais le remonter au plus vite’ « .

Le président américain Donald Trump s’exprime lors d’un rassemblement à Washington, le 6 janvier 2021. (Crédit : AP/Jacquelyn Martin)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...