Des familles juives reçoivent des courriers de menace à Champigny
Rechercher

Des familles juives reçoivent des courriers de menace à Champigny

Si le courrier représentant une valise et un cercueil ne contenait pas d'écrits antisémites, il n'a cependant été envoyé qu'à des familles juives de la ville

Localisation de la ville de Champigny, dans le département de la Marne à proximité de Paris, où 4 familles juives ont reçu un courrier de menace (Crédit: capture d'écran Google Map)
Localisation de la ville de Champigny, dans le département de la Marne à proximité de Paris, où 4 familles juives ont reçu un courrier de menace (Crédit: capture d'écran Google Map)

Il n’y avait aucun texte sur la feuille reçue fin janvier par cette famille juive habitant Champigny : seulement une valise et un cercueil, rapporte Le Parisien.

La fille du couple qui a ouvert le courrier « a d’abord pensé à une mauvaise blague », explique le quotidien, jusqu’à ce qu’en discutant à la synagogue, la famille ne s’aperçoive qu’au moins quatre lettres similaires avaient été envoyées.

« Au moins quatre autres personnes de confession juive avaient reçu un courrier semblable », selon le journal. « La plupart domiciliées quai Galliéni, à Champigny-sur-Marne ».

« Ça signifie qu’il y a eu une vraie recherche [sur la religion des habitants du quartier] », analyse la fille du couple. « L’antisémitisme se manifeste désormais au plus près du domicile. C’est effroyable. Ça veut quand même dire ‘Faites vos valises ou mourrez’. »

Au moins deux des victimes ont déposé plainte au commissariat.

Cependant, selon Nicolas Lebourg, un spécialiste d’extrême-droite interrogé par Le Parisien, la formule « la valise ou le cercueil » est d’ordinaire rattachée à « l’imaginaire pied-noir » plus qu’à l’antisémitisme : « Elle renvoie à la pression exercée pour chasser les Français d’Algérie censés devoir choisir entre l’un ou l’autre. »

Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) rappelle que « dans cette même commune, des faits à caractère antisémite se sont produits le 4 février 2012 à l’intérieur de la salle de Cinéma 66. Au cours de la projection du film La Vérité si je mens 3, des individus ont crié et répété ‘à Mort Les Juifs’ perturbant la séance, obligeant la direction à suspendre la projection du film ».

Le BNVCA appelle toutes les victimes à porter plainte.

La réception de ces courriers prend place dans un contexte où, selon des chiffres dévoilés en novembre dernier par le Premier ministre Edouard Philippe (mais dont la version finale incluant la fin du mois de novembre et le mois de décembre n’a pas encore été publiée), les actes antisémites étaient en hausse de 69 % par rapport à l’année 2017

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...