Rechercher
LAPID : "ATTAQUER DES SOLDATS EST UNE HONTE NATIONALE"

Des Israéliens affrontent des soldats et des Palestiniens à Hébron

Un soldat et deux Palestiniens ont été blessés lors d'un pèlerinage annuel ; le chef d’état-major a condamné ce qu'il a qualifié de "comportement criminel, honteux et déshonorant"

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Les forces de sécurité israéliennes déployant des moyens de dispersion des émeutes au milieu d’altercations entre Israéliens et Palestiniens, alors qu’ils se rendent sur la tombe d’Othniel dans la ville de Hébron, en Cisjordanie, le 19 novembre 2022. (Crédit : Hazem Bader/AFP)
Les forces de sécurité israéliennes déployant des moyens de dispersion des émeutes au milieu d’altercations entre Israéliens et Palestiniens, alors qu’ils se rendent sur la tombe d’Othniel dans la ville de Hébron, en Cisjordanie, le 19 novembre 2022. (Crédit : Hazem Bader/AFP)

Des Israéliens ont affronté des Palestiniens et les forces de sécurité dans la ville de Hébron, en Cisjordanie, samedi, faisant au moins trois blessés, selon l’armée.

Les affrontements ont eu lieu alors que des milliers d’Israéliens juifs passaient le week-end à Hébron à l’occasion d’un pèlerinage annuel traditionnel.

Selon Tsahal, des fidèles juifs – qui étaient escortés par l’armée jusqu’à la tombe d’Othniel Ben Kenaz – ont attaqué des Palestiniens avec des pierres, qui ont répondu à l’identique.

Ben Kenaz était le premier juge biblique après Josué ; sa tombe se trouverait dans la zone H1 de Hébron, contrôlée par les Palestiniens.

« Les soldats qui sécurisaient la zone ont agi pour séparer les deux parties et ont utilisé des moyens de dispersion des émeutes », a déclaré Tsahal.

L’armée a déclaré qu’un Israélien avait agressé une soldate avec un bâton, la blessant légèrement. Plusieurs suspects – qui ont été arrêtés – ont également agressé des soldats, avant d’être remis à la police, a déclaré Tsahal.

Dans un autre épisode de violence à Hébron, l’armée a déclaré que deux Palestiniens ont été blessés par des pierres lancées par des Israéliens.

Tsahal a indiqué que les soldats ont administré les premiers soins aux deux personnes sur les lieux, avant qu’elles ne soient prises en charge par le service d’urgence du Croissant-Rouge palestinien pour des soins supplémentaires.

Des vidéos publiées par des médias palestiniens montrent des Israéliens et des Palestiniens se lançant des pierres dans les rues de Hébron.

Une autre vidéo montre un Israélien giflant un adolescent palestinien dans la rue, avant que des soldats n’arrivent pour disperser les Palestiniens, et non les agresseurs israéliens.

L’armée a déclaré dans un communiqué que « la violence sous toutes ses formes, en particulier contre les forces de sécurité, est un acte criminel intolérable qui requiert une attention immédiate et exige une justice stricte ».

Le chef d’état-major, Aviv Kohavi, a, de son coté, également publié une déclaration, qualifiant les attaques d' »inacceptables » et de « comportement criminel, honteux et déshonorant ».

« Nous travaillerons pour une justice rapide et stricte », a déclaré Kohavi.

Le Premier ministre Yair Lapid a déclaré qu’attaquer des soldats était une « honte nationale ».

« Cela nuit à la sécurité d’Israël, cela porte atteinte aux valeurs de Tsahal et à ceux qui protègent nos vies, et c’est une infraction criminelle grave. Ce soir, je souhaite de la force à tous les soldats de Tsahal qui gardent notre pays. Justice sera rendue », a déclaré Lapid sur Twitter.

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a également déclaré qu’il « condamnait fermement » la violence.

« Je condamne fermement l’attaque contre les forces de sécurité et les résidents palestiniens par des extrémistes à Hébron », a déclaré Gantz sur Twitter.

« Je suis sûr que nous inculperons les émeutiers, qui ne sont pas représentatifs du reste des implantations, et dont la conduite nuit à la capacité de l’armée de remplir les tâches sécuritaires dans la région », a ajouté Gantz.

Vendredi soir, l’un des gardes du corps du député Itamar Ben Gvir – qui vit dans l’implantation de Kiryat Arba, à la périphérie de Hébron – a été blessé lors d’une altercation avec des résidents d’implantations à Hébron.

Dans un autre incident survenu à Hébron vendredi soir, un groupe important de résidents d’implantations masqués a jeté des pierres sur une maison palestinienne près de la communauté juive de la ville, brisant les fenêtres d’une maison et le pare-brise d’une voiture.

Les affrontements ont eu lieu lors des événements traditionnels marquant la lecture annuelle de la Torah sur l’achat par Abraham du site de Hébron, le Tombeau des Patriarches, pour enterrer sa femme, la matriarche Sarah.

Chaque année, des dizaines de milliers de fidèles juifs se rendent dans la ville – sous contrôle conjoint israélo-palestinien – lors du pèlerinage annuel traditionnel, ce qui donne souvent lieu à de violents affrontements avec les Palestiniens locaux.

Vendredi matin, avant les événements du Shabbat, un adolescent palestinien a été interpellé armé d’un couteau près de Hébron.

Les forces de sécurité israéliennes déployant des moyens de dispersion des émeutes au milieu d’altercations entre Israéliens et Palestiniens, alors qu’ils se rendent sur la tombe d’Othniel dans la ville de Hébron, en Cisjordanie, le 19 novembre 2022. (Crédit : Hazem Bader/AFP)

La Cisjordanie a été un haut lieu de tension au cours de l’année écoulée. Au printemps, Tsahal avait lancé une vaste offensive antiterroriste principalement axée sur le nord de la Cisjordanie pour faire face à une série d’attaques palestiniennes qui ont fait 19 morts en Israël et en Cisjordanie depuis le début de l’année. Hébron se trouve dans la partie sud de cette région.

L’opération a permis de procéder à plus de 2 000 arrestations lors de raids quasi quotidiens, mais a également fait plus de 130 morts parmi les Palestiniens, essentiellement lors d’attaques ou d’affrontements avec les forces de sécurité.

Par ailleurs, on a constaté une augmentation des attaques de résidents d’implantations contre les Palestiniens et les forces de sécurité.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...