Des parents d’Herzliya Pituach s’opposent à la nomination d’un éducateur arabe
Rechercher

Des parents d’Herzliya Pituach s’opposent à la nomination d’un éducateur arabe

Nicol Raidman, dont le fils fréquente l'école de la ville huppée, a qualifié les parents en colère de "racistes"

Illustration : Préparatifs de la nouvelle année scolaire à l'école élémentaire Gamla à Katzrin, dans le nord d'Israël, le 22 août 2021. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)
Illustration : Préparatifs de la nouvelle année scolaire à l'école élémentaire Gamla à Katzrin, dans le nord d'Israël, le 22 août 2021. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)

Certains parents dont les enfants fréquentent une école primaire de Herzliya seraient furieux que l’administration de l’école ait choisi un éducateur arabe pour prendre la tête d’une classe de CE1.

Selon la Douzième chaîne, un groupe de parents a engagé un avocat pour s’opposer formellement à cette nomination. Un parent impliqué, qui a choisi de rester anonyme, a déclaré à la chaîne qu’il était acceptable qu’un instituteur arabe enseigne les mathématiques ou l’anglais, mais qu’un éducateur dans les plus jeunes classes « est censé inculquer aux élèves l’amour d’Israël, de la patrie, des fêtes, des symboles, des journées commémoratives – un instituteur arabe ne peut pas fournir tout cela ».

L’école est située dans le quartier cossu d’Herzliya Pituach, le long de la côte.

Nicol Raidman, une personnalité médiatique bien connue et dont le fils fréquente l’école en question, a condamné les plaintes de certains parents comme étant racistes.

« Un bon éducateur ne devrait pas être jugé sur ses années d’expérience, sa religion, son ethnie ou ses opinions politiques », a écrit Raidman sur Instagram, « mais sur sa capacité à entrer dans le cœur des enfants et à laisser derrière lui un rayon de lumière. »

Raidman, qui est une amie proche de Sara Netanyahu, a écrit qu’elle se considère comme résolument de droite, mais affirme « il n’y a aucun lien entre les opinions politiques et le racisme ! » Elle a fustigé « l’hypocrisie » de ses voisins, « qui votent pour la gauche et arborent le drapeau de l’égalité, mais s’opposent à un éducateur arabe ».

Vue des immeubles de bureaux high-tech de Herzliya Pituah, le 12 décembre 2015. (Crédit : Nati Shohat/Flash 90)

Ziv Omer, chef de la commission de leadership parental de la ville, a défendu la décision de l’école, selon le site d’information Tzomet Hasharon-Herzliya.

« La commission de leadership parental d’Herzliya condamne toute forme de discrimination, y compris sur la base de la religion, de l’ethnie, du sexe ou de l’orientation sexuelle », a écrit Omer.

« Depuis de nombreuses années, les écoles d’Herzliya comptent des enseignants issus de tout l’éventail de la société israélienne, et les parents et les élèves les ont adoptés. Il serait préférable pour nous que nos enfants soient éduqués dans le respect du pluralisme, et que nous laissions ces opinions sombres hors du système éducatif ! »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...