Israël en guerre - Jour 190

Rechercher

Des progrès dans la recherche sur la schizophrénie infantile – étude en Israël

L'étude révèle que certains jeunes patients sont porteurs de mutations génétiques que l'on retrouve chez les personnes souffrant de problèmes de développement, cognitifs et sociaux

Des enfants sous un coucher de soleil. (Crédit : Vitold Muratov, via Wikimedia Commons)
Des enfants sous un coucher de soleil. (Crédit : Vitold Muratov, via Wikimedia Commons)

La plupart des personnes atteintes de schizophrénie sont diagnostiquées à la fin de l’adolescence ou au début de la vingtaine. Un adulte sur 222 dans le monde souffre de cette maladie mentale.

Il existe cependant une forme plus rare et plus grave de la maladie, qui touche un enfant de moins de 13 ans sur 40 000. Il s’agit de la schizophrénie infantile – ou COS – dont on connaît mal les causes.

Une étude menée pendant dix ans par des chercheurs de l’université hébraïque de Jérusalem et de plusieurs hôpitaux israéliens, en collaboration avec des collègues de l’université Columbia de New York, a permis d’identifier une possible base génétique de la COS. Les résultats publiés le mois dernier pourraient permettre d’améliorer le diagnostic, d’offrir un conseil génétique précoce et de mettre au point de nouveaux traitements médicamenteux.

L’étude a examiné l’ADN de 33 personnes atteintes de COS et de leurs familles en Israël. Chez 20 % des enfants, l’étude a identifié des mutations génétiques qui n’avaient jamais été associées à la schizophrénie. L’une d’entre elles est connue pour être impliquée dans le développement du système nerveux central et peut se manifester par des troubles du comportement et du langage. L’autre est connue pour provoquer des maladies mitochondriales entraînant une faiblesse musculaire, des problèmes de développement et des difficultés d’apprentissage.

Le Pr. Yoav Kohn, directeur du service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à l’hôpital psychiatrique Eitanim et ancien président du Département de psychiatrie de la faculté de médecine de l’université hébraïque Hadassah.

« Hormis l’âge d’apparition de la COS – qui est en moyenne de 10 ans, mais peut être aussi précoce que trois ans – les critères de diagnostic sont les mêmes que pour la schizophrénie de l’adulte. Il s’agit notamment d’idées délirantes, d’hallucinations, d’un discours et d’un comportement désorganisés, et d’une détérioration des fonctions », a déclaré le Pr. Kohn au Times of Israel.

Le Pr; Yoav Kohn. (Autorisation)

« Chez les enfants, avant que les symptômes psychotiques ne se manifestent, on observe souvent des problèmes de développement, cognitifs et sociaux. Les patients peuvent également souffrir de TDAH [Trouble Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité], de TOC [troubles obsessionnels compulsifs], d’anxiété ou de dépression », a-t-il ajouté.

Il est difficile de poser le diagnostic de la COS car les jeunes enfants – en particulier pendant ou après des situations stressantes – peuvent avoir une imagination débordante et une vie fantaisiste. Il est également parfois difficile de différencier la COS de l’autisme et des troubles anxieux chez les jeunes enfants.

On savait déjà que l’étiologie de la schizophrénie est hautement génétique.

« Elle est de l’ordre de 80 %. Nous le savons grâce à la différence entre les jumeaux monozygotes (identiques) et les jumeaux dizygotes (ou faux jumeaux). Chez les vrais jumeaux, si l’un est atteint de schizophrénie, l’autre a 50 % de risques de l’être. Chez les faux jumeaux, si l’un est atteint de schizophrénie, l’autre a 10 % de risques de développer la maladie », a expliqué Kohn.

« Mais en même temps, nous savons que la génétique de la schizophrénie est très complexe. Il ne s’agit pas d’une maladie monogénétique comme la maladie de Tay Sachs, la mucoviscidose ou la maladie de Huntington, qui sont causées par la mutation d’un seul gène ou d’une seule mutation génétique », a-t-il ajouté.

Don et Mimi Galvin et leurs 12 enfants, dont six de leurs fils Galvin ont été diagnostiqués schizophrènes, sont le sujet du livre « Hidden Valley Road » de Robert Kolker. (Crédit : La famille Galvin)

Les chercheurs savent également que la schizophrénie est déclenchée par une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux. L’un de ces facteurs environnementaux ou comportementaux est la consommation de cannabis.

« C’est pourquoi nous recommandons aux jeunes de ne pas consommer de cannabis, surtout s’ils sont déjà atteints d’une maladie mentale ou s’ils y sont génétiquement prédisposés », a déclaré Kohn.

L’étude, publiée en février dans Schizophrenia Research, s’appuie sur les recherches menées depuis l’achèvement du projet du génome humain en 2003. Une fois le génome cartographié, les scientifiques ont voulu voir s’ils pouvaient trouver des différences entre les gènes des personnes atteintes de schizophrénie et ceux des personnes qui n’en sont pas atteintes.

Kohn a noté que depuis lors, un consortium de scientifiques de dizaines de pays a collaboré à la recherche de l’étiologie génétique de la schizophrénie. Ces études ont porté sur des centaines de milliers de personnes atteintes de la maladie et sur des personnes non atteintes, qui ont servi de témoins.

« Plus d’une centaine de mutations génétiques ont été découvertes, mais ces informations n’étaient pas suffisantes pour être utiles, car un grand nombre de ces mêmes mutations ont été trouvées chez des personnes ne souffrant pas de schizophrénie. Ces résultats n’ont pas été très utiles pour mettre au point de nouveaux traitements, car ils ne nous ont pas permis de savoir ce qui n’allait pas dans le développement du cerveau des personnes atteintes de cette maladie », a expliqué Kohn.

La COS est plus rare et plus grave que la schizophrénie de l’adulte : les jeunes patients réagissent moins bien aux médicaments et ont un pronostic plus sombre. Parallèlement, la génétique semble jouer un rôle encore plus important dans la COS. Alors qu’une personne ayant un parent au premier degré atteint de schizophrénie a 10 % de risques de développer elle-même la maladie, une personne ayant un parent au premier degré atteint de COS a 25 % de risques de développer la schizophrénie.

Selon Kohn, un groupe de l’Institut national de la santé mentale aux États-Unis a recruté entre 100 et 120 enfants nord-américains atteints de COS, mais n’a trouvé que quelques mutations génétiques au cours d’une étude qui a duré 20 ans.

Kohn et son équipe ont poursuivi leurs travaux en examinant les séquences codantes de l’ADN.

Illustration : ADN. (Crédit : iStock via Getty Images)

« Si vous trouvez une mutation dans la séquence codante de l’ADN, en particulier si vous pouvez montrer que ce changement entraînera une modification majeure de la fonction ou de la quantité de production de la protéine codée par le gène, vous avez alors une meilleure raison de supposer qu’il s’agit d’un variant qui provoque une pathologie. C’est particulièrement vrai s’il s’agit d’un gène qui s’exprime dans le cerveau humain ou qui a été associé à d’autres troubles neurologiques ou neuropsychiatriques », a-t-il déclaré.

Le Dr. Steven Kushner, professeur de psychiatrie au centre hospitalier Irving de l’université Columbia et à l’institut psychiatrique de l’État de New York (qui n’a pas participé à l’étude), a déclaré au Times of Israel que ce lien génétique apparent entre la COS et ces autres troubles était important.

« D’un point de vue étiologique, les résultats [de l’étude] démontrent que l’architecture génétique de la COS est enrichie par des mutations rares à forte pénétration, en particulier celles qui confèrent un risque élevé de troubles neurodéveloppementaux, par rapport aux individus présentant un début de schizophrénie plus typique à la fin de l’adolescence ou au début de l’âge adulte », a déclaré Kushner.

L’étude a trouvé ces variants chez sept des enfants israéliens atteints de COS, mais ils n’avaient pas tous les mêmes. En outre, dans certains cas, les mutations génétiques étaient spontanées (elles se sont produites pendant la formation de l’ovule ou du spermatozoïde qui a donné naissance à l’enfant), et dans d’autres cas, ils ont été hérités de parents affectés ou non affectés.

Le Pr. Kushner a salué l’étude menée par les Israéliens comme « une nouvelle étape importante vers l’optimisation de la mise en œuvre de la génétique clinique dans la norme de soins psychiatriques ».

Ses résultats sont porteurs d’espoir pour les parents d’enfants atteints de COS qui envisagent d’avoir d’autres enfants (et pour les frères et sœurs qui voudront peut-être avoir des enfants un jour), car ils fournissent des informations précieuses aux conseillers en génétique qui travaillent avec ces familles.

Illustration : Un nouveau né. (Crédit : iStock via Getty Images)

Kohn pense que les découvertes de l’étude peuvent aider à identifier des cibles pour de nouvelles thérapies pharmacologiques pour la COS. Les médicaments actuels contre ce trouble bloquent les récepteurs de la dopamine dans le cerveau et ne sont pas nécessairement efficaces.

« Ces médicaments ne sont pas efficaces pour tous les patients, ne traitent pas tous les symptômes et ont des effets secondaires », a déclaré Kohn.

Le résultat le plus satisfaisant de l’étude est peut-être que Kohn et ses collègues peuvent assurer aux parents et aux familles de leurs patients atteints de COS qu’il existe une raison génétique à la maladie.

« Les sentiments de culpabilité sont quelque chose que les gens ressentent quoi qu’il arrive lorsque leurs enfants ont des problèmes », a déclaré Kohn.

« Mais le fait de nous entendre dire que la COS de leur enfant n’est pas le résultat de quelque chose qu’ils ont fait ou n’ont pas fait peut être très utile. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.