Rechercher

Désaccord de Shaked et Kahana sur le soutien à un possible gouvernement Netanyahu

Le député Yamina qui a rejoint le parti de Gantz aurait également souhaité que Shaked s’oppose à ce que Netanyahu soit premier dans un accord de rotation, ce qu’elle a refusé

La dirigeante de Yamina et ministre de l'Intérieur Ayelet Shaked (à droite) rencontre le vice-ministre des Affaires religieuses Matan Kahana dimanche pour discuter de l'avenir du parti. (Crédit : Autorisation du Bureau de Matan Kahana)
La dirigeante de Yamina et ministre de l'Intérieur Ayelet Shaked (à droite) rencontre le vice-ministre des Affaires religieuses Matan Kahana dimanche pour discuter de l'avenir du parti. (Crédit : Autorisation du Bureau de Matan Kahana)

Avant de quitter Yamina et rejoindre le nouveau parti Unité nationale dirigé par Benny Gantz, Gideon Saar et Gadi Eisenkot, le député Matan Kahana a tenté de trouver un terrain d’entente avec la dirigeante du parti, Ayelet Shaked, sans succès, selon une information publiée dimanche.

Le site d’information Walla a déclaré que Shaked avait refusé de s’engager auprès de Kahana à ne pas soutenir un gouvernement de droite dirigé par Benjamin Netanyahu, du parti du Likud, à l’issue des élections de novembre. Elle n’aurait pas davantage souhaité s’engager à s’opposer à ce que Netanyahu soit Premier ministre, si les élections amenaient un nouveau gouvernement de coalition avec alternance programmée au poste de Premier ministre.

Shaked dirige maintenant une alliance des partis Yamina et Derech Eretz, de Yoaz Hendel, sous le nom d’Esprit sioniste. Les analystes estiment que le départ de Kahana, figure populaire parmi les modérés du camp religieux national, pourrait porter un coup fatal à Esprit sioniste, toujours sur le seuil d’entrée à la Knesset, selon les sondages d’opinion. Trois sondages publiés dimanche soir ont montré que le parti se ferait exclure si les élections se tenaient aujourd’hui.

Shaked et Kahana étaient tous deux de proches alliés politiques de l’ex-Premier ministre Naftali Bennett, qui a cédé le contrôle du parti de droite Yamina à Shaked, après sa démission en juin suite à l’effondrement de son gouvernement.

Kahana, ministre des Affaires religieuses dans le gouvernement sortant, a conduit plusieurs réformes importantes pour limiter le pouvoir du Grand rabbinat, ce qui l’a rendu très impopulaire chez les Haredim.

Dimanche, il a annoncé rejoindre l’ex-chef de Tsahal Gadi Eisenkot dans la nouvelle alliance Unité nationale, aux côtés des partis Kakhol lavan et Tikva Hadasha. Il devrait être 9e sur la liste.

Selon Walla, Shaked, la ministre de l’Intérieur, aurait évoqué plusieurs scénarios avec Kahana, dont un dans lequel Esprit Sioniste aurait apporté à Netanyahu les derniers sièges nécessaires pour former un gouvernement de droite. Elle aurait refusé d’exclure un tel scénario.

Matan Kahana à la Knesset aux côtés de ses collègues de Yamina, Naftali Bennett et Ayelet Shaked. (Crédit : Danny Shem-Tov)

Dans une déclaration en réponse à cette information, Esprit Sioniste a reconnu que Shaked et Kahana avaient eu « de nombreux entretiens ces dernières semaines », assurant que ce qui avait été évoqué « resterait entre eux ».

Esprit sioniste a réitéré son engagement à lutter pour un gouvernement de coalition. « Nous n’avons pas l’intention de promettre aujourd’hui aux électeurs qui sera premier et qui sera second dans un possible accord de rotation », a-t-il déclaré. « Nous laissons cela aux négociations entre les parties, au lendemain des élections. »

Shaked s’en est pris à Kahana dimanche matin pour avoir rejoint Unité nationale, affirmant que le mouvement était de gauche.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...