Rechercher

Deux employés juifs de Google veulent faire annuler un contrat avec Israël

Ariel Koren et Gabriel Schubiner affirment que l'accord visant à fournir des centres de stockage contribuera à la surveillance des Palestiniens et à l'expansion des implantations

Le siège de Googleplex à Mountain View, en Californie. (Crédit : Wikimedia Commons via JTA)
Le siège de Googleplex à Mountain View, en Californie. (Crédit : Wikimedia Commons via JTA)

J. The Jewish News of Northern California via JTA – Deux employés juifs de Google ont joué un rôle-clé dans la mise en place d’une pétition d’employés demandant à Google et Amazon d’annuler un contrat conjoint de construction de centres de données basés sur le cloud pour le compte du gouvernement israélien.

Ce contrat de 1,2 milliard de dollars, baptisé Projet Nimbus, a été signé en mai et constitue l’une des plus grandes entreprises d’infrastructure technologique d’Israël. Google et Amazon transféreront les données d’Israël dans six centres de stockage au cours des prochaines années.

La lettre ouverte indique que l’accord viole les « valeurs fondamentales » des signataires en favorisant prétendument la surveillance des Palestiniens et en encourageant l’expansion des implantations juives.

« Pour moi, en tant qu’employé juif de Google, je ressens un sentiment profond de responsabilité morale intense », a déclaré Ariel Koren, qui vit à San Francisco et travaille au sein du département de l’Éducation chez Google. « Lorsque vous travaillez dans une entreprise, vous avez le droit de demander des comptes et vous êtes responsable de la façon dont votre travail est réellement utilisé. »

Koren, ainsi que Gabriel Schubiner, un ingénieur logiciel de Google basé à New York, ont participé à la rédaction de la lettre ouverte appelant les deux géants à mettre fin au contrat du projet Nimbus. Cette lettre a été publiée dans la section « Opinion » du site d’information britannique The Guardian le 12 octobre, en affirmant qu’elle avait été signée par 390 employés de Google et d’Amazon.

« En tant que travailleurs qui font fonctionner ces entreprises, nous sommes moralement obligés de nous élever contre les violations de ces valeurs fondamentales », peut-on lire dans la déclaration. « Cette technologie permet de poursuivre la surveillance et la collecte illégale de données sur les Palestiniens, et facilite l’expansion des implantations illégales d’Israël sur les terres palestiniennes. »

Selon Koren, plus de 1 000 employés ont maintenant signé la pétition, bien qu’ils restent anonymes et que le média J. ne soit pas en mesure de vérifier le nombre de partisans. Koren et Schubiner sont deux des trois signataires qui ont choisi de s’identifier publiquement.

Les deux employés juifs de Google ont déclaré que leur judéité était essentielle pour s’exprimer au nom de leurs collègues palestiniens qui craignent des représailles.

« En tant que juifs, nous sommes plutôt à l’abri des accusations d’antisémitisme qui surgissent souvent dans ces discussions », a déclaré Schubiner. « Je reconnais le privilège qui découle de mon identité et du fait de parler de cette question sans crainte de représailles. »

Je reconnais le privilège lié à mon identité et au fait de parler de cette question sans crainte de représailles.

La pression pour mettre fin au contrat du Projet Nimbus fait face à une bataille difficile. Le contrat contiendrait une clause de sauvegarde empêchant les géants de la technologie de se retirer sous la pression d’un boycott. Dans une brève déclaration à J., Amazon Web Services a indiqué que la société « s’attache à mettre les avantages de sa technologie de pointe en matière de cloud computing à la disposition de tous ses clients, où qu’ils se trouvent ». Google n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Koren et Schubiner ont souligné les cas précédents où Google a répondu à la pression des employés, mettant fin au renouvellement d’un contrat avec le Pentagone et interrompant le travail sur un moteur de recherche chinois censuré. Schubiner a ajouté que si le contrat avec le gouvernement israélien tient, il espère que la lettre ouverte poussera Google et Amazon à plus de transparence dans leurs contrats commerciaux et à l’adoption de normes éthiques pour les futurs projets de stockage de données.

Matam situé à l’entrée sud de Haïfa, en Israël, est le plus grand et le plus ancien parc HiTech en Israël. Les bâtiments de Matam à l’avant de l’image sont ceux d’Intel et Elbit Systems (Crédit : Zvi Roger/Municipalité de HaÏfa/Creative Commons SA-3.0)

Koren et Schubiner ont déclaré à J. qu’ils s’efforçaient de convaincre les employés juifs de la technologie qui ne sont pas actuellement actifs dans la critique d’Israël de prendre position sur le contrat. « Essayer d’avoir ce genre de conversations, tout en écoutant et en étant respectueux avec les collègues de travail, est difficile », a déclaré Schubiner. « Ce n’est pas une conversation facile. Une conversation que, franchement, Google a essayé d’éviter et a essayé de fermer parce qu’ils pensent que c’est si difficile. »

Le soutien public à l’appel a été largement limité aux critiques antisionistes durs d’Israël, notamment Jewish Voice for Peace et American Muslims for Palestine. Ces groupes soutiennent un boycott complet de l’État. Koren et Schubiner ont tous deux refusé de commenter lorsqu’on leur a demandé s’ils souhaitaient que Google et Amazon se désengagent d’Israël en dehors du projet Nimbus.

Les deux hommes sont également membres de Jewish Diaspora in Tech, une coalition de juifs de gauche qui disent s’être sentis ostracisés des espaces technologiques juifs en raison de leurs positions très critiques sur Israël et le sionisme. Schubiner a déclaré que le meurtre de George Floyd et les manifestations de Black Lives Matter en 2020 l’ont forcé à réévaluer la division entre sa vie personnelle et son travail chez Google.

« J’ai été assez choqué de constater que les conversations sur l’équité que nous avons essayé d’avoir dans cet espace [Google] ont très rapidement déraillé en conversations qui utilisaient l’antisémitisme comme moyen d’éviter de parler d’autres types d’équité raciale », a déclaré Schubiner. Aujourd’hui, il affirme qu’environ 200 personnes ont rejoint le groupe interne de Google sur la diaspora juive dans la technologie.

« Je ne sais pas si la demande d’abandonner Nimbus est entièrement réalisable », a ajouté Schubiner. « C’est aux travailleurs de décider que c’est une question qui nous tient suffisamment à cœur pour que nous mettions vraiment notre peau dans le jeu ».

Cet article a été publié à l’origine dans J. The Jewish News of Northern California, et est reproduit avec autorisation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...