Deuxième grand enterrement d’un rabbin ultra-orthodoxe, malgré le confinement
Rechercher

Deuxième grand enterrement d’un rabbin ultra-orthodoxe, malgré le confinement

La télévision estime que 8 000 personnes ont participé aux funérailles du rabbin Yitzchok Scheiner, après celui du rabbin Soloveitchik, tous deux morts de la COVID-19

Funérailles de feu le rabbin Yitzchok Sheiner, le 31 janvier 2021, à Jérusalem. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Funérailles de feu le rabbin Yitzchok Sheiner, le 31 janvier 2021, à Jérusalem. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Des milliers de personnes se sont réunies dimanche soir pour les funérailles d’un éminent rabbin ultra-orthodoxe de Jérusalem qui a succombé au coronavirus, malgré les mesures de confinement, et quelques heures après un autre enterrement qui a réuni des milliers de personnes.

Bien que les autorités aient déclaré plus tôt qu’une foule moins large était attendue aux funérailles du rabbin Yitzhok Scheiner qu’à celles de Meshulam Dovid Soloveitchik, autre grand rabbin ultra-orthodoxe, plus tôt dans la journée, des images en provenance de Jérusalem ont également montré des milliers de personnes réunies pour le second enterrement.

Selon la Treizième chaîne, près de 8 000 personnes ont afflué vers le quartier Bukharim à Jérusalem, où Schneiner, 98 ans, dirigeait la yeshiva de Kamenitz.

Ce deuxième enterrement de masse s’est déroulé alors que Scheiner lui-même avait découragé les grands rassemblements et demandé l’adhésion aux mesures ordonnées par le gouvernement pour enrayer l’épidémie de coronavirus dans le pays, notamment dans un récent éditorial.

Le rabbin Meshulam Dovid Soloveitchik était lui à la tête de la prestigieuse yeshiva de Brisk et descendant de la dynastie rabbinique Soloveitchik. Il est décédé dimanche matin à l’âge de 99 ans.

Scheiner et Soloveitchik ont tous deux succombé à la COVID-19.

Le rabbin Yitzchok Scheiner à Jérusalem, le 13 juin 2019. (Crédit : Shlomi Cohen/Flash90)

L’application du confinement dans les communautés ultra-orthodoxes a régulièrement fait les gros titres alors que l’on constate des violations flagrantes, peu de répression et des manifestations violentes contre la police chargée de faire respecter le confinement.

Les funérailles de Soloveitchik, et l’absence de toute tentative d’intervention de la police, ont attiré les critiques du public sur l’application sélective des règlements sanitaires par le gouvernement.

Ofer Shumer, un officier haut-gradé de la police de Jérusalem, a défendu la décision de ne pas appliquer le confinement et de ne pas empêcher une participation massive aux funérailles de Soloveitchik, en déclarant à la Douzième chaîne qu’il « y aurait certainement eu une effusion de sang » si la police avait essayé de disperser les foules.

« Oui, l’enterrement était important, mais gardez à l’esprit que les gens ont leur part de responsabilité. Les dirigeants ont leur part de responsabilité », a déclaré Shumer.

« En fin de compte, la police ne peut pas gérer chaque personne qui enfreint les restrictions. »

« J’ai personnellement vu un millier d’enfants entre 10 et 14 ans. Les ultra-orthodoxes ne sont pas nos ennemis. Ils sont des citoyens d’Israël », a affirmé Shumer. « Je ne verserai pas de sang pour faire respecter le confinement. Nous ne verserons pas de sang. La police ne le fera pas. »

Des milliers d’hommes ultra-orthodoxes assistent aux funérailles de feu le rabbin Meshulam Dovid Soloveitchik à Jérusalem, le 31 janvier 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La police a eu recours aux canons à eau pour disperser les manifestants anti-corruption réunis devant la résidence du Premier ministre Benjamin Netanyahu samedi soir et une personne a dû être hospitalisée.  Interrogé sur cette apparente incohérence, Shumer a expliqué que « chaque secteur de la population à ses propres caractéristiques… Ce n’est pas un travail simple. »

Commerçants et auto-entrepreneurs ont également fulminé après ces funérailles. Ce troisième confinement, qui s’est traduit par une fermeture de la quasi-totalité des commerces, a porté un coup à l’activité économique du pays, et les entrepreneurs en ont payé le prix fort.

Des politiciens, dont certains alliés de Netanyahu à droite, ont également critiqué les funérailles. Netanyahu est étroitement allié avec les partis ultra-orthodoxes, qui ont constamment fait pression contre les mesures de confinement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...