Israël en guerre - Jour 285

Rechercher

Emmanuel Macron accuse l’extrême gauche d’antisémitisme et d’antiparlementarisme

LR/RN et Front populaire sont des "bricolages d'appareils", des "alliances contre-nature" qui ne sont "en aucun cas des majorités pour gouverner", selon le président français

Le président français Emmanuel Macron s'exprimant lors d'une conférence de presse, au Pavillon Cambon Capucines, à Paris, le 12 juin 2024. (Crédit : Stephane de Sakutin/AFP)
Le président français Emmanuel Macron s'exprimant lors d'une conférence de presse, au Pavillon Cambon Capucines, à Paris, le 12 juin 2024. (Crédit : Stephane de Sakutin/AFP)

Emmanuel Macron a exposé mercredi sa volonté de faire gagner ceux qui disent « non aux extrêmes », autour du bloc central, lançant un appel au « rassemblement » à 18 jours de législatives anticipées décrites comme une « bataille des valeurs ».

Après sa décision dimanche de dissoudre l’Assemblée nationale qui a surpris tout le monde y compris dans son propre camp, le président de la République a justifié, lors d’une conférence de presse, le seul choix qui « permet la clarification des choses ».

« Je ne veux pas donner les clés du pouvoir à l’extrême droite en 2027 », a affirmé Macron. « Le sursaut, c’est pour maintenant », a-t-il ajouté, estimant qu’il fallait interrompre un processus en train de « se faire sourdement », celui de l’accession au pouvoir du Rassemblement national (RN).

Il a également réaffirmé qu’il ne démissionnerait pas quel que soit le résultat du scrutin. Il a ajouté qu’il ne souhaitait pas débattre, avant ces législatives, avec Marine Le Pen, après l’avoir pourtant proposé lors de la campagne des européennes.

Le président français Emmanuel Macron s’exprimant lors d’une conférence de presse, au Pavillon Cambon Capucines, à Paris, le 12 juin 2024. (Crédit : Stephane de Sakutin/AFP)

Quelques jours après des résultats catastrophiques aux européennes, où l’extrême droite a engrangé près de 40 % des voix, il n’a retenu ses coups ni contre le RN ni contre le mouvement d’extrême-gauche radicale anti-Israël, La France Insoumise (LFI), « deux blocs », « deux extrêmes », a-t-il répété dans son propos liminaire.

Il a accusé LFI « d’antisémitisme » et « d’antiparlementarisme », fustigeant le mouvement de Jean-Luc Mélenchon pour avoir « créé un désordre parfois constant » et « inquiétant » à l’Assemblée nationale. Et le RN d’ambiguïté à l’égard de la Russie, d’une volonté de « sortir de l’OTAN » et d’un discours contradictoire sur les retraites.

« Les masques tombent », a-t-il dénoncé, en évoquant le ralliement du patron des Républicains (LR) Eric Ciotti au Rassemblement national et l’entente à gauche entre PS, PCF, Écologistes et LFI, dans un « front populaire ».

« Bricolages d’appareils », « alliances contre-nature », ce ne sont selon lui « en aucun cas des majorités pour gouverner ».

De gauche à droite : Le Premier ministre français Gabriel Attal, le maire de Pau François Bayrou et le ministre français des Affaires étrangères et européennes Stéphane Séjourné et d’autres lors de la conférence d’Emmanuel Macron au Pavillon Cambon Capucines, à Paris, le 12 juin 2024. (Crédit : Stephane de Sakutin/AFP)

Macron a ainsi estimé que l’alliance « Front populaire » en cours de constitution « n’est même pas baroque » mais « indécente », disant avoir « une pensée ces 24 dernières heures pour Léon Blum ».

« S’il y en a un qui doit se retourner dans sa tombe aujourd’hui, c’est Léon Blum, en pensant qu’on a appelé ‘Front populaire’ une alliance électorale qui permettra de donner 300 circonscriptions à LFI, et donc à des gens qui ont assumé très clairement de ne pas condamner l’antisémitisme : c’est pas ça, le Front populaire, ça a un sens dans notre histoire, ça a un rôle, ça a une dignité », a ajouté le chef de l’État.

Le président, qui a annoncé notamment « un grand débat sur la laïcité » et le maintien de l’indexation des pensions de retraites sur l’inflation s’exprimait en présence de son gouvernement et des chefs de la majorité, à l’exception d’Édouard Philippe qui a estimé mardi « pas complètement sain » que le président s’implique trop dans la campagne.

De fait, au sein de la majorité, les voix sont très nombreuses qui souhaiteraient voir le chef de l’État qui cristallise toutes les critiques, se mettre en retrait de la campagne, lui préférant Gabriel Attal pour mener la bataille.

Exclusion ?

Dans l’après-midi, LR doit statuer sur l’appel de son leader, Ciotti, à s’allier au RN pour les législatives.

Une manifestation contre l’extrême droite, après son succès aux élections européennes, place de la République, à Paris, le 11 juin 2024. (Crédit : Zakaria Abdelkafi/AFP)

Un bureau exécutif exceptionnel, suivi d’une conférence de presse est organisé à 15h. Ciotti, qui compte rester président du parti, ne s’y présentera pas. L’ensemble des dirigeants LR souhaitent son exclusion.

« S’il le faut, nous le sortirons du bureau des héritiers du général de Gaulle », a prévenu mercredi le député Aurélien Pradié (LR). Ciotti « ne sera plus président des Républicains à 15h […] il va être destitué », a asséné mercredi matin sur BFMTV la sénatrice de Paris Agnès Evren (LR).

En attendant, la question est posée de l’étiquette sous laquelle se présenteront dimanche les candidats de la droite républicaine qui refusent toute alliance avec le RN. « C’est de la cuisine », a balayé le chef des députés LR Olivier Marleix mercredi.

Ravie de sa prise de guerre, Le Pen a salué « le choix courageux » et « le sens des responsabilités » du député des Alpes-Maritimes et espéré « qu’un nombre conséquent de cadres LR le suivent ».

Comme le président du RN Jordan Bardella, qui deviendra Premier ministre si son parti rafle la mise au soir du deuxième tour le 7 juillet, elle entend bien surfer sur la victoire historique dimanche avec 31,37 % des voix pour réussir l’union des droites.

Côté alliance, il n’y en aura pas finalement entre Reconquête d’Éric Zemmour et le RN, qui « refuse le principe même d’un accord » pour ne pas être « associé » à l’ancien éditorialiste d’extrême droite, a déploré Marion Maréchal, par ailleurs nièce de Le Pen.

Les quatre principaux partis de gauche (LFI, PS, Écologistes, PCF), ainsi que le mouvement Place publique de Raphaël Glucksmann et Générations, appellent eux à « des candidatures uniques dès le premier tour ». Les contours d’un programme commun sont en cours d’élaboration.

Mais le choix d’un chef de file reste en suspens. Le cas Mélenchon, accusé notamment d’ambiguïtés sur la question de l’antisémitisme, crispe une partie de la gauche.

Une manifestation contre l’extrême droite, place de la République, à Paris, le 10 juin 2024. (Crédit : Geoffroy Van Der Hasselt/AFP)

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.