« Flottille de la liberté » : Une Française détenue par Israël libérée aujourd’hui
Rechercher

« Flottille de la liberté » : Une Française détenue par Israël libérée aujourd’hui

L'autorité des prisons annonce la libération prochaine de Sarah Katz, une activiste de l'UJFP détenue à Givon pour avoir tenté de briser le blocus de Gaza

Un bateau appartenant à la flottille « de la liberté 2018 » a été intercepté par la marine israélienne le 29 juillet, alors qu’il se dirigeait vers la Bande de Gaza pour briser le blocus imposé par Israël, afin de limiter le trafic d’armes à destination d’une zone contrôlée par le groupe terroriste palestinien du Hamas.

L’Union juive française pour la paix (UJFP), une association pro-palestinienne regroupant des activistes juifs, a participé à l’organisation du voyage de « l’Al Awda, bateau de la flottille de la liberté » passé par Palerme en Sicile il y a deux semaines.

A son bord, se trouvaient plusieurs personnes aujourd’hui incarcérées dans la prison de Givon en Israël, une information confirmée au Times of Israel par l’autorité des prisons israéliennes et le ministère des Affaires étrangères français.

La porte-parole de l’autorité des prisons affirme qu’il reste actuellement sept personnes issues du Al Awda dans la prison de Givon, dont une Française, Sarah Katz.

« Tous seront libérés aujourd’hui »,  le 1er juillet, explique-t-elle.

Dans une interview, Sarah Katz expliquait avoir « vécu deux années à Gaza ».

Les forces armées israéliennes arrêtant la flottille de Gaza, partie de Turquie, en 2010. (Crédit photo : Moti Milrod/Pool/Flash90)

Du côté de l’ambassade de France en Israël on refuse de commenter « les circonstances de l’arrestation de Mme Katz ». L’ambassade explique cependant être « naturellement en contact avec les autorités israéliennes ainsi qu’avec l’intéressée au titre de la protection consulaire auquel elle a droit ».

De source diplomatique, on précise qu’une « visite consulaire lui a (…) été rendue le lundi 30 juillet » et que « l’ambassade et le consulat général de France à Tel Aviv sont mobilisés pour lui porter assistance, dans le cadre de la protection consulaire ».

Dans un communiqué paru sur un blog du site Mediapart, Pierre Stambul le compagnon de Sarah Katz, et coprésident de l’UJFP, précise qu’elle est la « fille de celui qui était le ‘Docteur Laffitte’ dans la Résistance, juif communiste né en Roumanie où une bonne partie de sa famille a disparu » et accuse le gouvernement français de ne pas avoir réagi à l’arraisonnement du Al Awda, alors qu’il aurait eu lieu dans « les eaux internationales par la marine israélienne à cinquante milles nautiques de Gaza ».

L’autorité des prisons précise que si l’âge et l’état de santé d’un prisonnier sont pris en compte et peuvent modifier ses conditions d’incarcération, en aucun cas « son passé familial » ne pourrait lui servir de passe-droit.

Illustration : la flotille Zaytouna-Oliva, tentant de rompre le blocus (capture d’écran de Youtube)

Contacté, le bureau du Premier ministre israélien n’a pas souhaité répondre à nos questions sur la durée d’incarcération des personnes tentant de forcer le blocus militaire de Gaza, ou sur cette initiative à laquelle participe une association juive française.

Depuis l’interception très critiquée du MV Mavi Marmara le 30 mai 2010 par la marine israélienne, une opération ayant causé plusieurs morts et d’intenses tensions diplomatiques entre Israël et la Turquie, les interceptions des bateaux à destination de Gaza se sont déroulées sans problème majeur malgré un nombre régulier d’arrivées au large de l’enclave palestinienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...