Israël en guerre - Jour 144

Rechercher

Polémique autour de l’allumage de Hanoukka avec Emmanuel Macron à l’Elysée

Si certaines personnalités et internautes ont dénoncé un clientélisme et un manquement aux règles de laïcité, Gérald Darmanin estime qu'il n'y a eu "aucune violation de la laïcité"

L’allumage des bougies de Hanoukka à l’Elysée, en présence du grand rabbin de France, Haïm Korsia, du président Emmanuel Macron, et du président de la Conférence des rabbins européens, Pinchas Goldschmidt, le 7 décembre 2023. (Crédit : Capture d’écran X / Mendel Samama)
L’allumage des bougies de Hanoukka à l’Elysée, en présence du grand rabbin de France, Haïm Korsia, du président Emmanuel Macron, et du président de la Conférence des rabbins européens, Pinchas Goldschmidt, le 7 décembre 2023. (Crédit : Capture d’écran X / Mendel Samama)

A deux jours de la date anniversaire du 9 décembre de la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et l’Etat, le chef de l’Etat a créé la polémique, y compris jusque dans une partie de la communauté juive, en laissant le grand rabbin de France Haïm Korsia allumer, dans la salle des fêtes de l’Elysée, la première bougie du candélabre pour Hanouka, la fête des Lumières.

La cérémonie s’est tenue jeudi soir à l’Elysée, à Paris, lors de laquelle le président Emmanuel Macron s’est vu remettre le prix annuel de la Conférence des rabbins européens (CER) qui récompense la lutte contre l’antisémitisme et la sauvegarde des libertés religieuses. Il a également affirmé qu’une date d’hommage aux victimes du 7 octobre en Israël serait fixée « dans les semaines à venir ».

Lors de l’évènement, il a aussi, pour la première fois à l’Elysée, allumé la première bougie de Hanoukka, en mémoire des victimes des massacres du 7 octobre en Israël et en compagnie du grand rabbin de France, Haïm Korsia, et du président de la CER, Pinchas Goldschmidt.

Son geste a fait l’objet dans la foulée de critiques d’internautes sur les réseaux sociaux, qui ont dénoncé un clientélisme et un manquement aux règles de laïcité.

Des internautes ont également craint que le geste ne se retourne contre la communauté juive de France.

Le président du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France), Yonathan Arfi, a jugé vendredi que cette allumage était « une erreur ».

« Effectivement ce n’est pas la place au sein de l’Elysée d’allumer une bougie de Hanoukka parce que l’ADN républicain c’est de se tenir loin de tout ce qui est religieux », a estimé Yonathan Arfi au micro de Sud Radio, au lendemain d’un début de polémique qui pointe la remise en cause des principes de laïcité.

De son côté, le ministre de l’Intérieur et des cultes Gérald Darmanin a estimé que cet allumage ne contrevenait aucunement aux principes de laïcité.

« Le président de la République est un défenseur des religions (…) Il les respecte toutes. En tant que chef de l’Etat, il n’y a nulle violation de la laïcité », a estimé vendredi M. Darmanin sur Franceinfo.

« Pendant cette fête juive importante, au moment où nos compatriotes juifs connaissent des actes antisémites, où les rabbins sont attaqués, où les synagogues sont attaquées, où on agresse des gens qui ont des signes extérieurs de la religion dans la rue, je trouve ça tout à fait normal que le président de la République se mette à côté de nos compatriotes juifs », a-t-il ajouté.

« Que le président de la République reçoive des religieux c’est normal », a-t-il insisté.

« Il n’y a aucun problème sur le fait que les maires puissent aller recevoir dans les mairies des personnes religieuses », a renchéri M. Darmanin qui trouve par ailleurs « un peu absurde » les décisions de justice interdisant les crèches en mairie « parce que ça fait partie de notre vie culturelle ».

La Première ministre Elisabeth Borne a également rejeté toute polémique sur une entorse à la laïcité et a dit voir en cette allumage un « signal » de « soutien » envoyé à la « communauté juive » face à la « montée de l’antisémitisme ».

« Vous savez que la laïcité, c’est aussi de permettre à la fois de croire et de ne pas croire et c’est protéger les cultes », a notamment argué la Première ministre en marge d’un déplacement à Mayotte. « Il y a différentes façons d’envoyer un signal à la communauté juive (…), et le message du président de la République, dans cette période, c’est qu’on protège, qu’on soutient tous ceux qui veulent pratiquer leur religion et notamment la communauté juive », a-t-elle insisté.

Emmanuel Macron a affirmé vendredi ne pas regretter « du tout » la célébration à l’Elysée du début de la fête juive de Hanouka, assurant que cela avait été effectué « dans un esprit qui est celui de la République et de la concorde ».

Le président de la République a assuré qu’il ne s’était pas prêté à « un geste cultuel » et a plaidé, dans un contexte de montée de l’antisémitisme, pour « donner de la confiance » à « nos compatriotes de confession juive ».

« Franchement, compte tenu du contexte, il faut leur donner de la confiance. De la même manière, on a des compatriotes de confession musulmane qui ont le sentiment d’être attaqués. Il faut leur redonner de la confiance », a-t-il jugé, en appelant « au bon sens » et à « la bienveillance ».

« La laïcité, ça n’est pas effacer les religions ou s’ingérer dans la religion, mais se demander, quelle que soit la religion de chacun, que les citoyens respectent absolument les lois de la République,  c’est ça ni plus ni moins », a-t-il insisté.

L’allumage des bougies de Hanoukka se fait chaque année à la Maison Blanche, à Washington.

Hanouka commémore l’une des grandes victoires de l’histoire juive quand, au IIe siècle avant notre ère, un petit groupe de Juifs reprit le Temple profané de Jérusalem. La minuscule fiole qu’ils trouvèrent alors pour rallumer le candélabre, qui devait tenir un jour, en dura en fait huit.

Pendant huit jours donc, à la tombée de la nuit, les fidèles allument une flamme sur un chandelier appelé « hanoukkia », placé dans l’encadrement de la porte ou de la fenêtre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.