Israël en guerre - Jour 144

Rechercher

France : L’animateur Arthur sous protection policière renforcée depuis le 8 octobre

Les insultes antisémites contre l’animateur sont telles "que le groupe Meta est obligé de mettre en place un système de mots-clés pour qu’il y ait moins de messages qui arrivent"

L'animateur Arthur. (Crédit : Facebook/Arthur)
L'animateur Arthur. (Crédit : Facebook/Arthur)

Invité de la matinale de France Inter jeudi 23 novembre, l’animateur français Arthur a indiqué que lui et sa famille se trouvaient sous protection policière renforcée depuis le début du conflit entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre, suite à de nombreuses menaces antisémites à son égard sur les réseaux sociaux.

« J’étais jusqu’à présent protégé mais ça a été renforcé », a-t-il déclaré.

« On est en France, on est en 2023, j’habite Paris, et j’ai des agents qui protègent ma famille et moi-même parce que je suis Juif (…) C’est lunaire non ? C’est complètement lunaire. On marche sur la tête. Comment j’explique ça à mes enfants ? », a-t-il dit.

« Il y a plein de formes de racismes dont l’antisémitisme qui était latent. Il était là, mais depuis le 7 octobre, il s’exprime en roue libre et au grand jour. Avec des mouvements politiques qui l’encouragent », a-t-il ajouté.

Les insultes antisémites contre l’animateur sont telles « que le groupe Meta [maison mère d’Instagram et Facebook] est obligé de mettre en place un système de mots-clés sur mes comptes pour qu’il y ait moins de messages qui arrivent », a-t-il expliqué. « Ils [les modérateurs de Meta] ont mis en place un système d’une quarantaine de mots-clés, avec tous ceux que je recevais. Ce qui fait qu’aujourd’hui, il faut être hypercréatif pour que le message arrive jusqu’à moi. »

Début novembre, Arthur et l’animateur Cyril Hanouna ont déposé plainte suite à des menaces de mort à caractère antisémite via le réseau Instagram émises par un même individu.

Arthur s’est exprimé publiquement à plusieurs reprises depuis le début de la guerre.

Après les attaques du 7 octobre, il avait notamment déploré que ses « amis du métier soient très silencieux. Très discrets. Je ne comprends pas pourquoi ».

« On est là quand il s’agit de toutes les causes. Et celle-ci, c’est comme le Bataclan. Je suis sidéré par le silence de mes camarades. » Il avait aussi écrit en story Instagram : « Regardez bien ces visages. Ceux d’une famille entière. Massacrée par ces terroristes barbares (…) ll est temps de montrer votre humanité et votre soutien. Votre silence les tue une seconde fois. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.