Israël en guerre - Jour 282

Rechercher

France : Le « Collectif Golem », engagé contre l’extrême droite

Né à l'occasion de la grande marche contre l'antisémitisme à Paris le 12 novembre, le groupe compte désormais poursuivre son militantisme

Le "Collectif Golem" à la grande marche contre l’antisémitisme, à Paris, le 12 novembre 2023. (Crédit : Geoffroy Van der Hasselt/AFP)
Le "Collectif Golem" à la grande marche contre l’antisémitisme, à Paris, le 12 novembre 2023. (Crédit : Geoffroy Van der Hasselt/AFP)

Le week-end dernier, un nouveau mouvement de jeunes « juifs et juives de gauche » est né, afin de dénoncer la présence du Rassemblement national (RN) à la grande marche contre l’antisémitisme à Paris, qui a rassemblé plus de 180 000 personnes.

Au total, entre 80 et 90 militants se sont réunis pour « bloquer le RN », selon Jonas Cardoso, l’un des instigateurs du collectif.

« On voulait leur dire de partir », a expliqué au Parisien Fabienne Messica, membre du groupe. « C’est une insulte à l’histoire juive que des partis d’extrême droite antisémites manifestent contre l’antisémitisme. »

« Des manifestants nous ont rejoints, nous ont remerciés, car ils étaient gênés par la présence de l’extrême droite », a-t-elle ajouté. « Mais d’autres nous ont traités d’idiots utiles et nous ont agressés verbalement. »

L’avocat Arié Alimi, connu pour son engagement contre les violences policières, qui a notamment défendu le militant d’extrême gauche Taha Bouhafs, aux positions islamistes, avant de décider de ne plus le défendre, est l’un des membres fondateurs du mouvement. Celui-ci a été impulsé par un appel de Jonas Pardo, formateur à la lutte contre l’antisémitisme.

Ce nouveau groupe n’a rien à voir avec des collectifs anti-Israël tels l’Union juive française pour la paix ou Tsedek, proches de l’extrême gauche, surmédiatisés depuis ces derniers jours alors qu’ils ne représentent qu’une poignée de personnes.

Dans la mystique et la mythologie juive, le Golem est ce géant d’argile censé défendre la communauté juive des pogroms à Prague.

Après la marche à Paris, le groupe compte poursuivre son militantisme et « s’organise actuellement pour répondre aux nombreuses questions », a-t-il indiqué sur X le 17 novembre. « Une grande réunion publique est aussi en cours d’organisation », a-t-il été précisé.

« Le but, c’est que Golem devienne un refuge pour celles et ceux qui ne se retrouvent pas dans la lutte contre l’antisémitisme, qui veulent lutter sincèrement, là où l’extrême droite l’utilise uniquement pour faire de l’islamophobie et de la xénophobie », a expliqué Jonas Cardoso.

Sur la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, le Golem compte « amener les gens à avoir une vision plus rationnelle et orienter vers une issue ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.