Israël en guerre - Jour 197

Rechercher

France : Les présidents d’université ont recensé « 67 actes antisémites » depuis le 7 octobre

Ce chiffre est à mettre au regard du nombre de faits antisémites répertoriés durant l'année 2022-2023, soit "33 actes", a précisé Guillaume Gellé

Des étudiants anti-Israël bloquant Sciences Po Paris, le 12 mars 2024. (Crédit : X)
Des étudiants anti-Israël bloquant Sciences Po Paris, le 12 mars 2024. (Crédit : X)

Les dirigeants des universités et des grandes écoles françaises ont recensé « 67 actes antisémites » au sein de leurs établissements depuis le 7 octobre dernier, selon l’association France Universités, lundi.

« Il y a eu 67 (actes antisémites) depuis le 7 octobre dernier », a déclaré Guillaume Gellé, président de l’université Reims-Champagne-Ardennes et à la tête de France Universités, évoquant le résultat d’une enquête auprès de 82 établissements d’enseignement supérieur et de recherche, représentant 1,4 million d’étudiants.

Au total, France Universités compte 116 membres, dont 74 universités, totalisant deux millions d’étudiants.

Ce chiffre est à mettre au regard du nombre de faits antisémites répertoriés durant l’année 2022-2023, soit « 33 actes », a précisé M. Gellé lors d’une table-ronde consacrée à l’antisémitisme dans l’enseignement supérieur à l’Assemblée nationale.

Depuis l’attaque du Hamas en Israël le 7 octobre, des associations dont le Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) mais aussi des politiques alertent régulièrement sur la montée d’un « antisémitisme d’atmosphère » dans les universités alimenté par le conflit dans la bande de Gaza.

Après qu’une militante de l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) a déclaré avoir été empêchée, parce que « sioniste », de pénétrer dans un amphithéâtre à Sciences Po Paris où se tenait un rassemblement pro-palestinien, ce que les étudiants pro-Gaza démentent, le Crif a demandé la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire sur l’antisémitisme dans l’enseignement supérieur.

Selon le bilan donné par M. Gellé, « un grand nombre de remontées sont en cours d’instruction ».

« Nous pouvons cependant dire que pour l’année 2022-2023, il y a eu onze saisines de commission disciplinaire pour des faits d’antisémitisme », a-t-il dit, précisant que depuis le 7 octobre dernier, « il y en a déjà eu six ».

« Il y a eu également quatre signalements par les établissements au procureur de la République au titre de l’article 40 en 2022/2023, contre quatorze depuis le 7 octobre », selon M. Gellé.

Enfin, « cinq plaintes ont été déposées par des établissements pour des faits d’antisémitisme en 2022-2023, contre huit depuis le 7 octobre dernier ».

« Les présidentes et présidents d’université ne sont ni dans la dénégation ni dans le déni face aux expressions de haine », a assuré Guillaume Gellé.

« Nous n’avons jamais la main qui tremble. Il est donc déplacé et totalement faux de parler de complaisance et a fortiori de lâcheté », s’est défendu M. Gellé, affirmant « qu’il n’y a pas de séparatisme organisé par l’institution universitaire, ni d’autonomie vis-à-vis des valeurs de la République ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.