Israël en guerre - Jour 193

Rechercher

France : Un ancien professeur poursuivi pour incitation à la haine après des tags anti-Israël

Le mis en cause, Jean-François Daniau, 66 ans, n’a pas nié les faits, expliquant n'avoir "rien à cacher ou dissimuler" et arguant que son "combat est juste"

La mairie et la cathédrale de Sens (Yonne). (Crédit : François Goglins / CC BY-SA 3.0)
La mairie et la cathédrale de Sens (Yonne). (Crédit : François Goglins / CC BY-SA 3.0)

« Israël assassin, France complice » : ce tag a été retrouvé sur un mur de la ville de Sens (Yonne) en octobre dernier. Pour celui-ci et plusieurs autres du même acabit, vivement anti-Israël et réalisés entre le 16 octobre et le 18 janvier, un homme de 66 ans, Jean-François Daniau, ancien professeur en arts plastiques à la retraite, a été placé en garde à vue en janvier et renvoyé devant le tribunal correctionnel de Sens, où il sera jugé le 5 septembre prochain. Il conteste une partie des faits, a rapporté le journal local L’Yonne républicaine.

Les enquêteurs ont pu identifier le suspect grâce à la vidéosurveillance et en repérant son véhicule à proximité des lieux des faits. Son domicile a été perquisitionné.

« On lui reproche d’avoir tagué des inscriptions telles ‘Israël assassin’, ou ‘Gaza génocide' », a indiqué Julie Colin, procureure de la République de Sens. La Ville de Sens avait déposé plainte pour dégradation de bien public « au vu du caractère politique et du contexte inquiétant dans lequel le tag s’inscrivait », a expliqué le cabinet du maire (LR) Paul-Antoine de Carville.

Mis en cause, Jean-François Daniau n’a pas nié les faits, expliquant à L’Yonne républicaine : « Je n’ai rien à cacher ou dissimuler, mon combat est juste » et dénonçant « une horreur qui se déroule encore à l’heure où j’écris ces lignes, sans qu’aucune condamnation ne soit retenue ».

S’il a reconnu la dégradation de bien public, il rejette la qualification pénale d’incitation à la haine : « Ma seule faute est de m’être exprimé dans un lieu non autorisé. Je l’ai reconnu. Que veut-on de plus ? J’ai découvert, sidéré, ma convocation au tribunal de Sens. Son contenu est encore plus axé sur ces griefs et chefs d’accusation tout à fait disproportionnés, idéologiques, infidèles à ma déposition. »

S’il a écrit une lettre d’excuse au maire de la ville « en proposant de rembourser les frais engendrés » suite à la dégradation de bien public, la municipalité n’a pas souhaité retirer sa plainte.

Les tags antisémites et anti-Israël n’ont cessé de proliférer dans toute la France durant les premiers mois de la guerre entre Israël et les terroristes palestiniens du Hamas, déclenchée le 7 octobre. D’autres pays ont aussi été touchés par une semblable hausse de tels graffitis.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.