Israël en guerre - Jour 262

Rechercher

François Civil, Pomme, Angèle, Roman Frayssinet, Renaud, Leïla Bekhti, Reda Kateb parlent d’un « génocide en temps réel » à Gaza

Plus de 200 personnes ont signé une tribune appelant notamment Paris à reconnaître l'État palestinien

Des manifestants portent des drapeaux palestiniens dans le centre de Paris le 28 mai 2024. (Crédit : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP)
Des manifestants portent des drapeaux palestiniens dans le centre de Paris le 28 mai 2024. (Crédit : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP)

Plus de 230 artistes et influenceurs dont Léna Situations, François Civil, Pomme, Roman Frayssinet, Renaud, DJ Snake, Leïla Bekhti, Reda Kateb ou Angèle signent une tribune mardi dans Libération dans laquelle ils interpellent le président de la République sur la reconnaissance d’un Etat palestinien qu’ils souhaitent.

« L’Espagne, l’Irlande et la Norvège, ont pris le chemin de la dignité humaine en reconnaissant officiellement l’Etat de Palestine, rejoignant les 143 pays qui reconnaissent officiellement l’existence d’un Etat palestinien. Mais la France, pays des droits de l’homme, pays des Lumières, ne se prononce toujours pas », écrivent-ils dans leur texte qui qualifie les massacres barbares et sadiques sans précédent du Hamas, sans le qualifier de groupe terroriste de « terrible attaque du 7 octobre ». La riposte d’Israël, notamment à Rafah, est elle qualifiée à deux reprises de « massacres », accompagnée d’un bilan humain visiblement rapporté par le Hamas lui-même et donc invérifiable.

« Nous, artistes, créateurs de contenu, personnalités publiques et citoyens, avec nos différences mais aussi ces liens qui nous unissent, nous joignons nos voix pour dire au monde que nous reconnaissons l’existence de l’Etat de Palestine, non seulement en réponse au massacre actuel, mais au nom du droit de ce peuple à exister », ajoutent-ils.

« Aujourd’hui, nous faisons appel au président de la République pour lui demander cette reconnaissance. Ne soyons pas à rebours de l’Histoire. Ne soyons pas dans le camp de la honte, » espérant qu’une 148e reconnaissance pouvait créer un État palestinien.

D’après la liste fournie par l’Autorité palestinienne et les dernières annonces de gouvernements dans le monde, 146 pays sur les 193 Etats membres de l’ONU ont désormais fait part de leur reconnaissance de l’Etat palestinien.

Avant la Slovénie, trois autres pays européens (Espagne, Irlande et Norvège) et quatre pays des Caraïbes (Jamaïque, Trinité-et-Tobago, Barbade et Bahamas) avaient rejoint cette liste, dont sont absents la plupart des pays d’Europe occidentale et d’Amérique du Nord, l’Australie, le Japon ou encore la Corée du Sud.

La Suède devient en 2014 le premier pays de l’UE à reconnaître l’Etat de Palestine, la République tchèque, la Hongrie, la Pologne, la Bulgarie, la Roumanie et Chypre l’ayant fait avant de rejoindre l’Union européenne (UE).

À LIRE : Dans le dossier pour génocide contre Israël à la CPI, la « plausibilité » n’était pas ce qu’elle semblait être

« Vive la justice, vive la paix, vive la Palestine libre, » conclut le texte sans préciser à quoi la « paix » ou « la Palestine libre » faisaient concrètement référence.

Macron s’est lui dit « prêt à reconnaître » un tel État mais « à un moment utile », pas sous le coup de « l’émotion ». Son ministre des Affaires étrangères a lui qualifié la reconnaissance par les pays européens de
« positionnement politique » en vue des élections européennes qui commencent le 6 juin.

Au cours d’un appel téléphonique le 29 mai dernier, le président français
« a marqué l’engagement de la France à travailler à bâtir avec ses partenaires européens et arabes une vision commune de paix qui offre des garanties de sécurité pour les Palestiniens et les Israéliens » et à « inscrire la perspective de reconnaissance de l’État de Palestine dans une dynamique utile ».

« Dans cette perspective », le président français « a rappelé le soutien de la France à une Autorité palestinienne réformée et renforcée, en capacité d’exercer ses responsabilités sur l’ensemble des Territoires palestiniens, y compris dans la bande de Gaza, au bénéfice des Palestiniens ».

La guerre à Gaza a éclaté lorsque le Hamas a envoyé 3 000 terroristes armés en Israël, le 7 octobre, pour mener une attaque brutale au cours de laquelle ils ont assassiné près de 1 200 personnes. Les terroristes ont également pris en otage 251 personnes, pour la plupart des civils, et les ont emmenées à Gaza. Israël a réagi en lançant une campagne militaire dont l’objectif vise à détruire le Hamas, à l’écarter du pouvoir à Gaza et à libérer les otages.

Le ministère de la Santé de Gaza, contrôlé par le Hamas, affirme que plus de 36 000 personnes ont été tuées ou sont présumées mortes dans les combats jusqu’à présent, bien que seuls quelque 24 000 décès aient été identifiés dans les hôpitaux.

Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables de manière indépendante, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza. L’armée israélienne affirme avoir tué plus de 13 000 membres du groupe terroriste à Gaza, en plus d’un millier de terroristes à l’intérieur d’Israël le 7 octobre et dans les jours qui ont suivi l’assaut.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.