Gila Gamliel et plusieurs élus exposent leur vues sur les droits des animaux
Rechercher

Gila Gamliel et plusieurs élus exposent leur vues sur les droits des animaux

Lors d'une conférence organisée par des groupes de défense des droits des animaux, des députés de 7 partis et une candidate ont appelé à la fin des expéditions d'animaux vivants

Des veaux dans un transport d'animaux vivants venant d'Australie à Eilat pour l'engraissement avant l'abattage, au mois de décembre 2019. (Israel Against Live Shipments)
Des veaux dans un transport d'animaux vivants venant d'Australie à Eilat pour l'engraissement avant l'abattage, au mois de décembre 2019. (Israel Against Live Shipments)

Des législateurs de sept partis politiques et un candidat pour un huitième ont affronté dimanche un public en ligne de plus de 600 personnes pour exposer leurs points de vue sur la protection des animaux, à l’approche des élections du 23 mars.

La ministre de la Protection de l’environnement, Gila Gamliel (Likud), présidait la liste des orateurs invités par les associations à but non lucratif Animals Now et Let the Animals Live.

Gila Gamliel a déclaré qu’elle attendait que le ministère de la Justice termine le travail sur le projet de loi publié par son ministère en octobre, qui vise à interdire le commerce des animaux sauvages pour l’industrie de la mode.

Elle a également demandé que la responsabilité du bien-être des animaux soit transférée du ministère de l’Agriculture à son ministère. Les défenseurs des droits des animaux soutiennent en effet depuis longtemps que ce dernier ne peut pas protéger à la fois les intérêts des agriculteurs et le bien-être des animaux.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, et la ministre de la Protection de l’environnement Gila Gamliel sur une plage d’Ashdod après la marée noire qui a entraîné des dégâts sur la côte méditerranéenne, le 21 février 2021. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Sharren Haskel, du parti Tikva Hadasha a cité un amendement à la loi sur la rage qu’elle a mis en œuvre avec la députée Miki Haimovich (Kakhol lavan), qui permet aux chiens et aux chats vaccinés contre la maladie qui ont mordu quelqu’un de passer leur temps de quarantaine à la maison plutôt que dans une fourrière.

La députée du Likud Sharren Haskel annonce sa démission de la Knesset et du parti du Likud dans une conférence de presse, le 23 décembre 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

De nombreux députés présents ont parlé de la nécessité de mettre fin à la mise en cage des poulets et de faire avancer d’urgence la législation visant à stopper les expéditions d’animaux vivants vers Israël pour l’engraissement et l’abattage.

Six projets de loi visant à mettre fin à ces expéditions ont été présentés au cours de la session actuelle de la Knesset, avec un large soutien de tous les partis, mais n’ont pas pu être présentés en séance plénière.

Le député de la Liste arabe unie Ofer Cassif a décrit sa visite à Freedom Farm, un sanctuaire pour le bétail dans le centre d’Israël qui sensibilise le public aux réalités des industries de la viande et des produits laitiers.

Le co-dirigeant hadash Ofer Cassif lors d’une audience à la Cour Suprême à Jérusalem sur son interdiction de se présenter aux élections, le 13 mars 2019.
(Yonatan Sindel/Flash90)

« J’ai appris à regarder dans les yeux les animaux utilisés par les industries exploitantes, meurtrières et violentes », a-t-il déclaré. Cassif a déclaré qu’il fallait mettre un terme aux expéditions de bétail vivant et au broyage des poussins mâles vivants dont l’industrie des œufs ne voulait pas.

Les autres législateurs présents étaient Yaakov Margi (Shas), Eli Avidar (Yisrael Beytenu), Tamar Zandberg (Meretz) et Yorai Lahav-Hertzano (Yesh Atid). Une autre participante, Emilie Moatti, espère être élue pour le parti travailliste.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...