Iran: Deuxième appel des conseillers à la sécurité nationale israéliens et US
Rechercher

Iran: Deuxième appel des conseillers à la sécurité nationale israéliens et US

Netanyahu a demandé à Meir Ben-Shabbat de diriger les discussions avec Washington sur l'Iran, sur fond d'inquiétudes quant au retour des USA dans l'accord du nucléaire

Collage : Meir Ben-Shabbat, président du Conseil de la sécurité nationale israélienne (à droite), et Jake Sullivan, conseiller à la sécurité nationale américaine. (Flash90, AP)
Collage : Meir Ben-Shabbat, président du Conseil de la sécurité nationale israélienne (à droite), et Jake Sullivan, conseiller à la sécurité nationale américaine. (Flash90, AP)

Les conseillers à la sécurité nationale israélien et américain se sont entretenus au téléphone pour la deuxième fois ces dernières semaines, a confirmé vendredi la Maison Blanche, alors que les pays intensifient leurs discussions sur l’Iran – une question sur laquelle ils ne sont pas d’accord.

L’appel téléphonique entre Meir Ben-Shabbat et Jake Sullivan a eu lieu sur une ligne sécurisée jeudi et a également inclus d’autres hauts responsables de la sécurité nationale des deux pays, a rapporté Axios.

Cela s’est passé seulement 16 jours après leur première conversation, au cours de laquelle ils ont également discuté de l’Iran, mais la discussion de jeudi a été considérablement plus longue, selon les responsables israéliens.

Cet appel est intervenu peu après que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a décidé de nommer Ben-Shabbat comme principal interlocuteur d’Israël pour les discussions sur l’Iran avec les Etats-Unis et d’autres grandes puissances, ont déclaré de hauts fonctionnaires à Axios.

Ben-Shabbat devrait réunir une équipe dans les prochains jours afin de déterminer la stratégie d’Israël pour les pourparlers avec l’administration Biden concernant le retour prévu des États-Unis au Plan d’action global conjoint.

Netanyahu devrait organiser une réunion sur le même sujet dans les prochaines semaines avec le ministre de la Défense Benny Gantz, le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi et d’autres responsables de la sécurité.

Le chef du Mossad Yossi Cohen s’exprime lors d’une cyberconférence à l’université de Tel Aviv, le 24 juin 2019. (Flash90)

Selon le site Walla, le chef du Mossad, Yossi Cohen, a cherché à prendre position sur la question et a fait savoir à plusieurs médias israéliens que cette position était la sienne et qu’il serait le premier responsable israélien à rencontrer le président américain Joe Biden, probablement au cours de la première semaine de son mandat.

Les fonctionnaires de Washington ont en revanche déclaré à l’époque qu’ils n’avaient pas connaissance de ces informations.

Netanyahu a finalement décidé de partir avec son chef de la NSC à la place. Ben Shabbat n’est pas considéré comme quelqu’un ayant des ambitions politiques particulières, alors que Cohen a été désigné par les analystes comme le successeur possible du chef du Likud.

M. Biden a déclaré qu’il avait l’intention de réintégrer le Plan d’action global conjoint (JCPOA) de 2015 avec l’Iran, ce qui le mettrait, lui et Netanyahu, sur une trajectoire de collision potentielle. Netanyahu s’est fortement opposé à l’accord lorsqu’il a été conclu, et a salué la décision de l’ancien président Donald Trump de le quitter en 2018.

Le président américain a déclaré en début de semaine que son administration n’accepterait pas de lever les sanctions contre l’Iran avant qu’il ne mette fin à son enrichissement d’uranium, en précisant que la République islamique devra d’abord se conformer à nouveau pleinement à l’accord nucléaire. L’Iran a demandé à Washington de revenir d’abord à l’accord et de lever les sanctions.

La Haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères Federica Mogherini, (à gauche), et le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, (au centre), participent à une réunion ministérielle du Plan d’action global (JCPOA) sur l’accord nucléaire iranien le 6 juillet 2018, à Vienne, en Autriche. (AFP/APA/Hans Punz)

M. Biden a également déclaré vouloir s’attaquer au programme de missiles balistiques de l’Iran et à l’hégémonie régionale, mais que la priorité est d’abord d’amener l’Iran à se conformer au JCPOA. Israël maintient que ces questions ne peuvent pas attendre et que les Etats-Unis perdront leur influence sur l’Iran s’il revient à l’accord nucléaire sans exiger davantage en retour.

La perspective d’un réengagement des États-Unis avec Téhéran a suscité des avertissements et des inquiétudes de la part de Netanyahu et de ses alliés.

M. Netanyahu, qui a publiquement fait pression contre l’accord de 2015, a averti M. Biden que ce serait une « erreur » et une « folie » que les États-Unis réintègrent le JCPOA.

La conversation de jeudi a également eu lieu sur fond de consternation croissante en Israël du fait que Biden n’a pas encore appelé Netanyahu depuis son entrée en fonctions.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...