Israël limite les spectacles en salle dans les villes à faible taux d’infection
Rechercher

Israël limite les spectacles en salle dans les villes à faible taux d’infection

Le public doit porter des masques et respecter les distances physiques, et ne pas dépasser les 60 % de la capacité du lieu ; le ministre de la Culture exhorte le public à y aller

Les Israéliens assis sous des parasols sur la place Habima, aux abords du théâtre national de Tel Aviv, le 26 mai 2020 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Les Israéliens assis sous des parasols sur la place Habima, aux abords du théâtre national de Tel Aviv, le 26 mai 2020 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le gouvernement a approuvé l’ouverture de salles de manifestations culturelles pour les spectacles en salle, mais les spectacles ne seront autorisés que dans les villes où le taux d’infection par le coronavirus est faible et doivent respecter des directives strictes en matière d’hygiène et de distanciation sociale avec une fréquentation limitée.

Le « cabinet coronavirus », un forum de ministres chargé de l’épidémie de virus, a approuvé dimanche un plan présenté par le ministre de la Culture et des sports, Chili Tropper, pour la reprise des événements en salle le 6 septembre.

Le secteur des arts et de la culture a été parmi les plus touchés par les restrictions imposées pour freiner la propagation du virus. Les grands rassemblements, en particulier dans des espaces fermés, sont toujours interdits, ce qui contraint les théâtres, les salles de concert et autres lieux à rester fermés et laisse les artistes, les producteurs et le personnel de soutien sans travail. Les artistes et les interprètes ont demandé que les événements en salle soient autorisés afin de sauver leur industrie de la ruine financière.

Selon le plan approuvé, les lieux peuvent ouvrir conformément aux directives gouvernementales « Étiquette violette » pour les pratiques d’hygiène et de distanciation sociale, mais uniquement dans les villes dites « vertes » – celles qui ont un faible taux de mortalité virale.

Le ministre de la Culture et des Sports Chili Tropper, à droite, avec le ministre de la Défense, Benny Gantz, parlent aux médias devant la résidence de Benny Gantz lors d’une manifestation de travailleurs de la culture et des arts à Rosh Ha’ayin, le 9 août 2020. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Le nombre de personnes autorisées à utiliser chaque entrée d’une salle ne dépassera pas 100, et le public devra porter un masque et maintenir une distance sociale à l’intérieur. Le public sera limité à 60 % de la capacité du lieu et à un maximum de 1 000 personnes.

Dans une déclaration, M. Tropper a décrit la décision comme « une nouvelle importante et une étape significative supplémentaire pour redonner vie au monde de la culture ».

« Après que les foules ont afflué vers les spectacles en plein air qui sont déjà revenus, j’espère et je crois que le public israélien reviendra également vers les salles de spectacles », a commenté M. Tropper.

Les événements en plein air ont été approuvés au début du mois, bien que le nombre de spectateurs soit également limité, les participants étant répartis en capsules de 20 personnes maximum, l’adhésion à la distanciation sociale et l’utilisation de masques faciaux.

Aperçu du cinéma flottant programmé dans le parc HaYarkon de Tel Aviv au mois d’août 2020 (Autorisation : Municipalité de Tel Aviv)

Dimanche, les ministres du gouvernement ont approuvé à l’unanimité le plan du responsable de la lutte contre l’épidémie, Ronni Gamzu, lequel classe les villes en fonction de leur taux de mortalité.

Le plan, connu sous le nom de « feux de circulation », différencie les localités en fonction de leur taux d’infection par le coronavirus, les lieux « rouges » étant soumis aux restrictions les plus strictes, suivis des lieux « orange », « jaunes » et « verts », ces derniers bénéficiant des règles les plus souples concernant les foules dans les espaces extérieurs et intérieurs.

Le plan n’entrera en vigueur que le 6 septembre et non au début du mois comme l’espérait Ronni Gamzu, selon une déclaration conjointe du ministère de la Santé et du bureau du Premier ministre.

En plus d’exiger la réouverture des lieux, les artistes et autres travailleurs du secteur culturel ont également organisé des manifestations pour demander au gouvernement de leur apporter une plus grande assistance pendant l’épidémie de virus, puisqu’il leur a interdit de travailler.

Des travailleurs de l’industrie culturelle et artistique manifestent devant la résidence officielle du Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 11 août 2020. (Autorisation : Yonatan Sindel / Flash90)

Israël connaît une épidémie de virus après avoir largement freiné la propagation en avril grâce à des mesures de confinement strictes qui ont pratiquement paralysé l’économie. Un assouplissement des restrictions sur les événements en salle en juin a été annulé en juillet, car les infections virales ont continué à augmenter.

Le nombre total de cas de coronavirus depuis le début de la pandémie est passé à 114 020 dimanche, bien que ce chiffre ait probablement été freiné par une grève en cours des techniciens des laboratoires publics qui effectuent des tests de détection du coronavirus. Sur les 20 305 cas actifs, 444 personnes étaient dans un état grave, dont 127 sous respirateur, 190 patients sont dans un état grave et les autres n’avaient que des symptômes légers ou aucun. Plus de 900 personnes sont décédées de la maladie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...