Les ministres approuvent le plan de Gamzu contre le virus, sauf pour les écoles
Rechercher

Les ministres approuvent le plan de Gamzu contre le virus, sauf pour les écoles

La proposition définit l'étendue des restrictions sur le taux d'infection dans chaque localité, mais les responsables de l'éducation affirment que les écoles ouvriront partout

Des élèves de CP et leurs parents avant l'ouverture de l'année scolaire dans une école de l'implantation d'Efrat en Cisjordanie, le 30 août 2020. (Gershon Elinson/Flash90)
Des élèves de CP et leurs parents avant l'ouverture de l'année scolaire dans une école de l'implantation d'Efrat en Cisjordanie, le 30 août 2020. (Gershon Elinson/Flash90)

Les ministres du gouvernement ont approuvé à l’unanimité le plan du responsable Ronni Gamzu pour faire face à la pandémie de COVID-19 en traitant les villes en fonction de leur taux de morbidité dimanche soir, après que plusieurs tentatives précédentes pour approuver le plan ont échoué.

Le plan, connu sous le nom de « feu de signalisation », vise à différencier les localités en fonction de leurs taux respectifs d’infection par le coronavirus, les localités « rouges » étant soumises aux restrictions les plus strictes, suivies des localités « orange », « jaune » et « verte », ces dernières bénéficiant des règles les plus souples concernant les foules dans les espaces extérieurs et intérieurs.

Le plan n’entrera en vigueur que le 6 septembre et non au début du mois comme l’espérait Gamzu, selon une déclaration conjointe du ministre de la Santé et du bureau du Premier ministre.

Alors que Gamzu, selon la Douzième chaîne de télévision, avait fait pression pour que les écoles soient incluses dans le plan, les établissements situés dans des localités à fort taux d’infection étant contraints de fermer (ou de retarder l’ouverture), les ministres ont immédiatement rejeté l’idée, signe de tensions persistantes entre Gamzu et le gouvernement.

« Les données concernant les villes rouges ne sont pas pertinentes pour les écoles. Elles sont une île de stabilité », a déclaré le ministre de l’Education Yoav Gallant à Gamzu lors de la réunion du cabinet du coronavirus, selon les informations de la Douzième chaîne de télévision.

Yaakov Litzman, alors vice-ministre de la Santé, (à gauche), serre la main de Ronni Gamzu lors d’une conférence de presse au ministère de la Santé à Jérusalem le 3 janvier 2019. (Crédit : Noam Revkin Fenton / Flash90)

M. Gamzu a répondu en disant que si les ministres voulaient vraiment se creuser la tête sur cette question, ils devraient en assumer la responsabilité si cela devait se retourner contre eux.

« Ma position n’a pas changé. L’ouverture des écoles dans les villes ‘rouges’ entraînera une hausse des infections dans ces villes et dans d’autres », aurait déclaré M. Gamzu aux ministres. « Je continuerai à lutter contre ce danger ».

Les responsables ont exprimé certaines craintes quant à l’ouverture imminente des écoles le 1er septembre, y voyant un vecteur potentiel d’infection majeure. La réouverture rapide des écoles en Israël en mai a été considérée comme un facteur majeur dans la résurgence marquée de la maladie après que le pays l’avait presque éradiquée grâce à un confinement strict au cours des mois précédents.

Des responsables du ministère de l’Education ont déclaré au site d’information Walla que toutes les écoles ouvriraient mardi pour la rentrée scolaire, y compris celles des villes rouges.

Selon le plan des feux de circulation, publié pour la première fois par le ministère de la Santé dimanche soir, chaque localité recevra une note entre 0 et 10, toutes les deux semaines.

Ce nombre sera calculé en fonction de plusieurs facteurs, notamment le nombre de nouveaux cas pour 10 000 habitants, le taux de tests positifs dans chaque ville par semaine et le taux d’augmentation du nombre de nouveaux patients dans chaque ville par semaine.

Les villes qui obtiendront un score moyen de 7,5 ou plus seront définies comme « rouges » ; les villes qui obtiendront un score entre 6 et 7,5 seront désignées comme « orange » ; les villes qui obtiendront un score entre 5 et 6 seront désignées comme « jaunes » ; et les villes en dessous d’un score de 4,5 seront désignées comme « vertes ».

Une équipe interministérielle pourra accorder une classification unique pour un quartier particulier, sur la base de données de morbidité précises, si cette zone spécifique est notamment unique par rapport à son environnement en termes de données de morbidité.

Dans les villes rouges, les rassemblements en plein air seront limités à 20 personnes, tandis que les rassemblements à l’intérieur seront limités à 10.

Une technicienne effectue un test de diagnostic pour le coronavirus dans un laboratoire de l’hôpital Ichilov, à Tel Aviv, le 3 août 2020. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Dans les zones oranges, les rassemblements en plein air seront autorisés jusqu’à 50 personnes et 25 personnes pourront se rassembler à l’intérieur. Dans les espaces ouverts appartenant à une entreprise publique ou privée, les rassemblements pourront occuper 40 % de l’espace, tandis que les rassemblements intérieurs seront limités à 20 % de l’espace.

Dans les villes jaunes, les rassemblements en plein air seront limités à 100 personnes, avec des espaces extérieurs appartenant au public ou aux entreprises, les rassemblements pourront remplir 60 % de ces espaces. Les rassemblements en intérieur seront limités à 50 personnes et les bâtiments intérieurs appartenant au public ou à une entreprise privée ne pourront pas être remplis au-delà de 40 % de leur capacité.

Dans les zones vertes, des rassemblements jusqu’à 250 personnes seront autorisés à l’extérieur et 100 à l’intérieur. Dans les espaces ouverts appartenant au public ou à une entreprise privée, les rassemblements seront autorisés à occuper 80 % de l’espace, tandis que les rassemblements en intérieur seront limités à 60 % de l’espace.

Des règles spéciales pour les synagogues pendant la période des grandes fêtes permettront à un maximum de 1 000 personnes d’entrer à l’intérieur, soit une personne pour quatre mètres carrés dans les zones marquées en vert. Dans les villes rouges, 10 personnes seront autorisées dans un bâtiment de 240 mètres carrés ou plus. Si le bâtiment a deux entrées, 20 personnes pourront être admises à l’intérieur.

Les scores de chaque municipalité seront rendus publics et intégreront toutes les données utilisées pour atteindre les chiffres respectifs.

Selon la Douzième chaîne de télévision, M. Gamzu a déclaré dimanche aux ministres que son plan est destiné à inciter les autorités locales à maintenir leur taux d’infection aussi bas que possible. Le responsable de la lutte contre le virus prévoit de mettre en place des restrictions distinctes pour les organismes de protection sociale, le système éducatif, les transports publics, les parcs nationaux, les événements culturels, les musées, les magasins et les restaurants dans les semaines à venir.

Le ministère de la Santé a relevé le nombre de décès dus au coronavirus dans le pays à 919 dimanche soir, enregistrant 13 nouveaux décès au cours des 24 heures précédentes.

Des Israéliens portent des masques de protection à Tel Aviv, le 25 août 2020. (Miriam Alster/Flash90)

Le nombre total de cas de coronavirus depuis le début de la pandémie est passé à 114 020, bien que ce chiffre ait probablement été réduit par une grève en cours des techniciens des laboratoires financés par l’État qui effectuent des tests de dépistage du coronavirus.

Sur les 20 305 cas actifs, 444 personnes étaient dans un état grave, dont 127 sous respirateur. 190 autres personnes sont dans un état grave et les autres n’avaient que des symptômes légers ou aucun symptôme.

Par ailleurs, dimanche, les ministres ont convenu de prolonger l’état d’urgence actuellement en vigueur en raison de la pandémie de coronavirus, Israël continuant à avoir l’un des taux les plus élevés de nouvelles infections dans le monde.

Une déclaration commune du bureau du Premier ministre a indiqué que les ministres allaient maintenant demander à la commission de la Constitution, des lois et de la justice de la Knesset d’approuver définitivement la prolongation de l’état d’urgence jusqu’au 7 novembre. L’état d’urgence devait expirer le 6 septembre.

Les ministres ont également voté pour augmenter le nombre de pays que l’on peut visiter sans avoir à se mettre en quarantaine lors du retour, en ajoutant les EAU, l’Australie, Taiwan, la Thaïlande et d’autres.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...