Israël en guerre - Jour 254

Rechercher

Israël tente de protéger les civils « comme même les États-Unis ne le font pas » – Kirby

Le porte-parole du Conseiller à la sécurité nationale américain a semblé adoucir les critiques proférées par les États-Unis après la dénonciation, par Biden, des "bombardements indiscriminés" à Gaza

John Kirby porte un collier avec une plaque 'Bring Them Home-Now'  réclamant la libération des otages en hébreu et en anglais lors d'un point-presse à la Maison Blanche, à Washington, le 13 décembre 2023. (Crédit : Chip Somodevilla/Getty Images/AFP)
John Kirby porte un collier avec une plaque 'Bring Them Home-Now' réclamant la libération des otages en hébreu et en anglais lors d'un point-presse à la Maison Blanche, à Washington, le 13 décembre 2023. (Crédit : Chip Somodevilla/Getty Images/AFP)

WASHINGTON — Le porte-parole du Conseiller à la sécurité nationale à la Maison Blanche, John Kirby, a laissé entendre que certaines initiatives qui ont pu être prises par l’armée israélienne pour éviter de gonfler le nombre de victimes civiles, à Gaza, allaient plus loin que ce qu’auraient pu faire les États-Unis dans le même cas de figure.

Des propos qui semblent être venus adoucir les critiques faites, vingt-quatre heures auparavant, par le président Joe Biden qui avait déclaré que l’État juif perdait le soutien international dans sa guerre contre le Hamas en raison de « bombardements indiscriminés » de l’armée israélienne au sein de l’enclave côtière.

Kirby a rappelé la carte qui a été publiée par Tsahal, au début du mois, qui avertit les civils des quartiers qui vont être attaqués de manière à ce que les Gazaouis puissent anticiper leur départ des zones à risque.

« Ce qui revient à dire où vous allez porter vos coups. Il y a très peu d’armées modernes dans le monde qui feraient ça. Je ne sais pas si nous le ferions nous-mêmes », a dit Kirby dans un point-presse.

Kirby a également fait remarquer qu’Israël avait réduit ses frappes aériennes dans le sud de Gaza, s’appuyant davantage sur ses forces terrestres que cela n’avait été le cas dans le nord.

« Les militaires sont entrés dans le sud, sur le terrain, de manière beaucoup plus modeste que ce que qu’ils avaient prévu de faire », a ajouté Kirby. « Nous pensons que c’est le résultat de certains avis, de certains conseils que nous avons pu donner en matière de guérilla urbaine. »

Une carte interactive de la bande de Gaza diffusée par l’armée israélienne, qui divise l’enclave palestinienne en zones à évacuer lors des combats contre le Hamas. (Crédit : Capture d’écran)

Le porte-parole de la Maison Blanche a été l’un des responsables de l’administration Biden – ils ont été plusieurs – à tenter d’essayer de revenir sur le message qui a été transmis mardi par le président.

Israël essuie des critiques croissantes face au nombre de Gazaouis qui ont été tués dans le cadre de son offensive, avec un nombre de victimes qui ne cesse de grimper trois mois après le début de la guerre contre le Hamas – une guerre venue en guise de réponse à l’assaut meurtrier commis par le groupe terroriste, le 7 octobre, quand des milliers d’hommes armés avaient semé la désolation dans les communautés du sud d’Israël, massacrant 1 200 personnes, des civils en particulier, et prenant environ 240 personnes en otage. L’État juif s’est engagé à détruire le Hamas dans la bande de Gaza, qu’il dirige d’une main de fer depuis 2007.

Le ministère de la Santé dirigé par le Hamas à Gaza a affirmé que depuis le début des hostilités, plus de 18 600 personnes ont été tuées, des civils en majorité. Ces chiffres ne peuvent être vérifiés de manière indépendante et incluent à la fois des civils et des membres du Hamas tués à Gaza, y compris à la suite de tirs de roquettes ratés par le groupe terroriste lui-même. Le Hamas n’a jamais précisé combien de ses membres avaient été tués. De plus, 1 000 terroristes auraient perdu la vie en Israël pendant l’attaque du 7 octobre.

Biden, qui a offert un soutien sans précédent à Israël depuis le début du conflit, s’en est pris à Netanyahu et aux membres de sa coalition d’extrême-droite, dans la semaine, en raison de leur opposition à une solution à deux États, tout en avertissant que l’État juif était en train de perdre l’appui apporté par les pays du monde entier et que le Premier ministre « doit changer ».

Kirby a noté mercredi que les propos tenus par le président « reflètent la réalité de l’opinion publique mondiale, ce qui compte également. Notre soutien à Israël n’a pas diminué mais nous avons des inquiétudes et nous avons fait part de ces préoccupations sur la poursuite de cette campagne militaire, tout en reconnaissant que c’est le Hamas qui est à l’origine de tout ça et que c’est le Hamas qui fait durer la situation ».

Il a ajouté qu’Israël a agi « avec l’intention de réduire le nombre de victimes civiles de façon positive ».

Selon un rapport du bureau qui coordonne l’ensemble des agences américaines de renseignement (ODNI), environ 40 à 45 % des 29 000 munitions air-sol utilisées par l’armée israélienne depuis le début des frappes à Gaza sont « non guidées », donc moins précises, ce qui accroît le risque pour les civiles, souligne CNN sur la base de trois sources ayant eu accès à ce document confidentiel.

Sans arrêter les frappes à Gaza, Israël doit trouver un moyen de réduire l’intensité des frappes, a suggéré Jake Sullivan, conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche attendu ce jeudi et vendredi à Jérusalem pour des entretiens avec le Premier ministre Netanyahu.

« Cela veut simplement dire qu’il faut se diriger vers une phase différente du type de haute intensité que nous connaissons aujourd’hui », avait-il déclaré cette semaine lors d’un forum organisé par le Wall Street Journal.

A LIRE : Von Der Leyen sur le Hamas, les résidents d’implantations et l’embrasement régional

De son côté, l’Assemblée générale des Nations unies a adopté, mardi, une résolution demandant un cessez-le-feu humanitaire immédiat à Gaza ainsi que la libération immédiate et inconditionnelle de tous les otages, mais sans condamner les atrocités du Hamas, ni même mentionner le Hamas – un texte voté à une majorité écrasante. Les États-Unis et l’Autriche avaient tenté de faire voter des amendements pour inscrire le mot Hamas mais en raison de la règle des deux tiers, ils ne sont pas passés alors qu’ils avaient remporté la majorité simple.

Kirby portait, autour du cou, une plaque où était écrit « Bring Them Now » pendant son point-presse à la Maison Blanche, un symbole qui est devenu incontournable en Israël, ces dernières semaines. Selon les officiels israéliens, il reste environ 135 otages à Gaza, dont environ 20 corps sans vie.

Des camions en transit passent au poste-frontière Karm Abu Salem, ou Kerem Shalom, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 10 septembre 2023. (Crédit : Said Khatib/AFP)

Sullivan devrait également s’entretenir avec le président Isaac Herzog, le ministre de la Défense Yoav Gallant, le ministre Benny Gantz et les autres membres à la tête du cabinet de guerre qui gère le conflit contre le Hamas, selon un communiqué qui a été transmis par le bureau du Premier ministre.

Kirby a indiqué que l’ouverture potentielle du poste-frontière de Kerem Shalom – qui a récemment ouvert pour accueillir les procédures d’inspection des aides – figurera au menu des discussions de Sullivan.

Le porte-parole du Département d’État américain, Matthew Miller, a indiqué mercredi qu’une totale ouverture de Kerem Shalom « allègerait une partie du trafic routier » au poste-frontière égyptien de Rafah, qui est actuellement le seul point de passage permettant aux aides humanitaires de pénétrer dans la bande. Il a ajouté qu’ouvrir Kerem Shalom aurait un impact significatif sur la livraison des aides humanitaires auprès de la population gazaouie.

Miller a salué l’initiative prise d’ouvrir le carrefour pour procéder à l’inspection des camions et il a également fait l’éloge des efforts actuellement livrés pour améliorer la situation humanitaire dans la bande, avec notamment l’établissement « d’itinéraires durables de déconfliction » dans le sud de Gaza qui permettent aux civils de se mettre à l’abri face aux combats et qui facilitent l’accès de l’aide humanitaire auprès de ceux qui en ont besoin, notant également les pauses de quatre heures dans les hostilités qui ont été mises en place dans différentes banlieues de la bande de Gaza.

Alors que les efforts humanitaires se renforcent, la fin de la guerre ne semble pas pour autant pointer à l’horizon. Netanyahu et le ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen, ont ainsi tous les deux affirmé, mercredi, que la campagne contre le Hamas allait continuer, même au risque de perdre le soutien international.

Pendant une visite dans une structure de l’armée, dans le sud d’Israël, le Premier ministre a donc dit aux soldats que « nous continuerons jusqu’à la fin, jusqu’à la victoire, jusqu’à l’élimination du Hamas » – même face aux pressions internationales.

« Rien ne nous arrêtera », a-t-il continué.

En écho aux propos tenus par le Premier ministre, Cohen a confié à Tim Watts, vice-ministre des Affaires étrangères australien, que la guerre contre le Hamas continuera « avec ou sans le soutien international ».

A LIRE – Israël-Hamas : Déclaration commune de l’Australie, du Canada et de la Nouvelle-Zélande

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.