Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

La BBC rejette l’appel de David Cameron à qualifier le Hamas de groupe terroriste

Évitant d'utiliser le qualificatif dans ses reportages internationaux, à moins qu'il ne soit attribué à un tiers, la "position de longue date" de la chaîne sur la question est claire

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Le logo de la BBC, au siège de la chaîne britannique, à Londres, le 11 juillet 2023. (Crédit : Kin Cheung/AP)
Le logo de la BBC, au siège de la chaîne britannique, à Londres, le 11 juillet 2023. (Crédit : Kin Cheung/AP)

La BBC a rejeté la demande du ministre britannique des Affaires étrangères David Cameron d’identifier le Hamas comme un groupe terroriste, déclarant qu’elle s’en tiendrait à sa politique actuelle qui consiste à éviter cette terminologie dans ses reportages internationaux et à ne citer que l’usage qu’en font d’autres personnes.

Un porte-parole de la BBC a indiqué lundi au journal The Guardian « qu’aucun téléspectateur [ni auditeur] de BBC News ne peut ignorer la nature horrible des actes du Hamas ».

« Nous avons exprimé très clairement notre position de longue date sur cette question. Nous utilisons le mot ‘terroriste’ lorsqu’il est attribué par d’autres, comme le gouvernement britannique », a insisté le porte-parole.

La BBC a pour politique de ne qualifier aucun groupe de « terroriste » à moins de relayer des propos, arguant qu’il s’agit d’un terme à charge dont l’utilisation va à l’encontre de l’effort d’objectivité du média.

Toutefois, la chaîne britannique a été de plus en plus critiquée pour son refus de qualifier le Hamas de « terroriste » à la suite de l’attaque barbare menée par le groupe terroriste palestinien contre Israël le 7 octobre. Le Hamas a mené un assaut transfrontalier massif contre le pays, qui a tué près de 1 200 personnes, pour la plupart des civils, en commettant de nombreuses atrocités, notamment des viols collectifs, des massacres de familles entières et des mutilations sur les victimes. Les quelque 3 000 assaillants qui ont fait irruption à la frontière ont également enlevé 252 personnes de tous âges – des personnes âgées aux bébés – qui ont été emmenées comme otages à Gaza.

La Grande-Bretagne a proscrit le Hamas en tant que groupe terroriste.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, David Cameron, dans l’émission politique « Sunday Morning » de la BBC avec la journaliste Laura Kuenssberg, le 12 mai 2024. (Crédit : Jeff Overs/BBC/AFP)

Cameron s’est entretenu avec la BBC dimanche au sujet de l’opération militaire israélienne contre le Hamas à Gaza, lancée en réponse à l’assaut.

« C’est peut-être le moment pour la BBC de se demander à nouveau s’il faut qualifier ces gens de terroristes. Ce sont des terroristes », a déclaré Cameron au cours de l’interview.

« Si vous enlevez des grands-mères, si vous enlevez des bébés, si vous violez des gens, si vous tirez sur des enfants devant leurs parents, que doivent-ils faire de plus pour que la BBC dise ‘écoutez, ce sont des terroristes’ ? C’est ce qu’ils sont, véritablement », a-t-il ajouté.

Le lendemain, lors d’une discussion sur la guerre, Nick Robinson, présentateur de la BBC Radio 4, a demandé au rédacteur en chef du bureau pour le Moyen-Orient : « A-t-on le sentiment que Benjamin Netanyahu marche sur une corde raide politique, en procédant à une action militaire contre ce qu’il dit être les cibles restantes du groupe qu’il qualifie de terroristes, le Hamas ? »

La formulation de Robinson a été condamnée par le député conservateur Michael Fabricant qui, dans un message publié sur son compte X, a demandé pourquoi le présentateur radio avait posé la question de cette manière alors que « le Hamas EST un groupe terroriste et qu’il est proscrit en tant que tel par le Royaume-Uni et l’UE ».

Cependant, John Simpson, rédacteur en chef des affaires mondiales de la BBC, a critiqué Cameron sur X lundi. « Quelle sorte de gouvernement démocratique ‘exige’ qu’un grand organisme de radiodiffusion suive sa ligne politique ? »

Quelques jours après l’assaut sadique du 7 octobre, Simpson a défendu la position de la BBC en écrivant dans un article d’opinion que « le terrorisme est un mot a charge, que les gens utilisent à propos d’une organisation qu’ils désapprouvent moralement ».

« Ce n’est tout simplement pas le travail de la BBC de dire aux gens qui doit soutenir et qui doit condamner – qui sont les bons et qui sont les méchants. »

« Notre travail consiste à présenter les faits à nos téléspectateurs et à les laisser se faire leur propre opinion », avait-il écrit le 11 octobre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.