Rechercher

La Gordon Gallery de Tel Aviv s’implante dans un coin improbable de Jérusalem

La maison d'art historique a ouvert un espace dans la zone industrielle de Givat Shaul, à la recherche de nouvelles possibilités

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

La galerie historique Gordon de Tel Aviv a ouvert ses nouveaux locaux dans la zone industrielle de Givat Shaul à Jérusalem le 22 décembre 2021 (Crédit : Autorisation).
La galerie historique Gordon de Tel Aviv a ouvert ses nouveaux locaux dans la zone industrielle de Givat Shaul à Jérusalem le 22 décembre 2021 (Crédit : Autorisation).

Beit Sapir, un bâtiment industriel minimaliste situé dans le quartier de Givat Shaul de Jérusalem, est soit l’endroit le plus étrange pour une galerie d’art contemporain, soit le meilleur endroit possible.

Mais même si la décision d’ouvrir une succursale de la célèbre Gordon Gallery de Tel Aviv dans l’un des coins les moins branchés de Jérusalem était un pari, le galeriste Amon Yariv insiste sur le fait que l’installation de l’espace dans la capitale était une évidence.

« Il y a 800 000 personnes à Jérusalem, je n’ai besoin que de 800 clients », a-t-il expliqué après avoir officiellement ouvert la galerie mercredi. « Vous avez le musée [d’Israël] ici, j’ai l’un de mes artistes majeurs ici, Pesach Ben Zvi, et il aura une exposition solo là-bas l’année prochaine. »

La galerie Gordon, ouverte pour la première fois par le père de Yariv, Yeshayahu Yariv, en 1966, dans la rue Gordon à Tel Aviv, est depuis longtemps une adresse pour de nombreux artistes et collectionneurs de premier plan en Israël.

La galerie historique Gordon de Tel Aviv a ouvert ses nouveaux locaux dans la zone industrielle de Givat Shaul, à Jérusalem, le 22 décembre 2021. (Autorisation)

Le changement a toujours fait partie du métier. Dans les années 1970, les Yariv ont créé la première maison de vente aux enchères du pays, qui a joué un rôle majeur dans le développement du marché de l’art israélien.

Amon Yariv a cessé d’organiser des ventes aux enchères en 2001 et a tourné l’attention de la galerie vers la représentation et la promotion d’artistes contemporains et l’élargissement de la collection de la galerie.

La galerie s’est agrandie après qu’elle a quitté la rue Gordon pour s’installer dans le quartier de Kiryat Hamelacha à Tel Aviv, qui était alors une zone industrielle sauvage, et se voir agrémenté d’un jardin de sculptures ces dernières années.

Amon Yariv, propriétaire de la galerie Gordon de Tel Aviv, dont le nouvel emplacement à Jérusalem, dans une zone industrielle inattendue, a ouvert le 22 décembre 2021. (Autorisation : galerie Gordon)

L’ajout d’un espace à Jérusalem était une idée à laquelle Amon Yariv pensait depuis des années, après s’être familiarisé avec la ville lorsqu’il a fréquenté la Bezalel Academy of Arts and Design il y a vingt ans, où il a étudié la photographie.

« Nous avons pensé que c’était une expérience intéressante et un moyen d’élargir notre programme », a-t-il déclaré. « Tous les habitants de Jérusalem nous ont dit que nous étions fous. »

Le choix de Givat Shaul pour sa galerie n’est pas naturel. Le quartier, situé à l’ouest du centre-ville, est un dédale de bureaux, de grandes surfaces, d’entrepôts à prix réduits, d’imprimeries et d’ateliers de mécanique – et pour accentuer le tout, le quartier est entouré de quartiers résidentiels ultra-orthodoxes et orthodoxes modernes.

On y trouve aussi quelques studios d’artistes, ainsi que la branche ultra-orthodoxe de Bezalel, Oman, qui est située à côté de la nouvelle galerie.

La galerie historique Gordon de Tel Aviv a ouvert ses nouveaux locaux dans la zone industrielle de Givat Shaul, à Jérusalem, le 22 décembre 2021. (Autorisation)

La galerie s’étend sur 250 mètres carrés. Des expositions personnelles des artistes israéliens Ofer Lellouche et Aviva Uri y ont été présentées mercredi pour l’ouverture.

Une pièce est consacrée aux dessins en noir et blanc d’Uri, exprimés en traits épais avec peu de couleur.

Un autre salle est centrée sur la sculpture en bronze d’Ofer Lellouche, « The Hug », et entourée de neuf petits reliefs en argile sur les murs, représentant différents aspects et côtés du processus de sculpture.

La sculpture en bronze d’Ofer Lellouche, « The Hug », est au centre de l’une des deux expositions personnelles de la Gordon Gallery dans la zone industrielle de Givat Shaul à Jérusalem, qui a ouvert ses portes le 22 décembre 2021. (Autorisation)

Amon Yariv a déclaré avoir récemment acheté les œuvres d’Uri à un collectionneur, tandis que les pièces de Lellouche ont été fraîchement moulées dans l’atelier de l’artiste.

De l’extérieur, le Sapir Center est enveloppé par trois niveaux d’allées extérieures et un enchevêtrement de portes, de panneaux et d’unités de climatisation donnant sur un parking bondé.

Mais à l’intérieur, la galerie est spacieuse, lumineuse et aérée. Les épais murs de ciment et les petites fenêtres qui caractérisent la plupart des espaces du bâtiment ont disparu.

La façade industrielle a été remplacée par de grandes fenêtres, offrant des aperçus et des vues de l’ambiance industrielle juste à l’extérieur.

Les visiteurs sont les bienvenus partout dans l’espace, y compris dans l’accueillante bibliothèque de livres d’art logée sur des étagères blanches qui s’étendent jusqu’au plafond, ainsi que dans la section arrière, où d’autres œuvres d’art peuvent être consultées, en plus de l’œuvre massive et accrocheuse de Ron Arad, une voiture écrasée, accrochée au mur derrière un bureau.

La Gordon Gallery de Tel Aviv a ouvert ses portes dans la zone industrielle de Givat Shaul à Jérusalem, le 22 décembre 2021, avec une sculpture de Ron Arad intitulée « voiture écrasée » sur le mur. (Autorisation)

« Tout ce qui est ici sera différent de ce qui se passe à Tel Aviv, c’est une façon d’expérimenter et de se développer », a déclaré Yariv. « Je vais montrer quelques nouveaux artistes, peut-être des artistes de Jérusalem, mais pas comme une déclaration, il s’agit de montrer le meilleur art en Israël que je peux montrer, et de pouvoir travailler avec eux au fil du temps. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...