Israël en guerre - Jour 144

Rechercher

L’Allemagne renonce à supprimer le mot « race » de sa Constitution

Les parlementaires chargés de faire avancer cette initiative inscrite dans le contrat de coalition ont souscrit à l'avis du président du Conseil central des Juifs d'Allemagne

Le Bundestag, chambre basse du Parlement allemand. (Crédit : Jürgen Matern /Wikimedia Commons, CC-BY-3.0)
Le Bundestag, chambre basse du Parlement allemand. (Crédit : Jürgen Matern /Wikimedia Commons, CC-BY-3.0)

L’Allemagne a abandonné son projet de retirer le mot « race » de sa Constitution en raison de réserves exprimées par la communauté juive et d’obstacles juridiques, ont indiqué à l’AFP vendredi des sources proches de la coalition au pouvoir.

Les groupes parlementaires des sociaux-démocrates du chancelier, des Verts et des Libéraux du FDP, chargés de faire avancer cette initiative inscrite dans le contrat de coalition, ont souscrit à l’avis du président du Conseil central des Juifs d’Allemagne, Josef Schuster, ont déclaré ces sources, confirmant des informations de presse.

Il s’était déclaré opposé à la suppression d’un mot qui rappelait aussi selon lui la persécution et l’assassinat de millions de personnes, « en premier lieu des Juifs et des Juives ».

Le passage incriminé de la Constitution allemande de 1949 est l’article 3, selon lequel « nul ne doit être discriminé ni privilégié en raison de son sexe, de son ascendance, de sa race, de sa langue, de sa patrie et de son origine, de sa croyance, de ses opinions religieuses ou politiques ».

Illustration : Josef Schuster, le président du Conseil central des Juifs en Allemagne, participant à une conférence de presse, à Francfort, le 30 novembre 2014. (Crédit : Michael Probst/AP Photo)

L’objectif n’a jamais été de « supprimer entièrement le concept, mais de le remplacer » par un équivalent moins connoté, précisent les sources.

Mais ce remplacement, qui aurait par ailleurs nécessité un vote à la majorité des deux-tiers au parlement, s’est également avéré compliqué au niveau juridique. Les responsables ont planché sur une formulation garantissant « le même niveau de protection », sans qu’un « équivalent » ait été trouvé, ajoutent-elles.

La porte-parole du ministère de la Justice a décliné tout commentaire.

Les conservateurs ont d’ores et déjà salué la nouvelle. « Malgré toutes les difficultés liées à cette notion, elle a des contours constitutionnels clairs et ne laisse aucun doute quant à son application actuelle », a ainsi déclaré le conseiller juridique auprès du groupe parlementaire CDU/CSU Ansgar Heveling, dans le quotidien Rheinische Post.

Les conservateurs arguent aussi que le mot a justement été inscrit dans le texte fondateur de la République fédérale d’Allemagne afin de se démarquer nettement de la politique criminelle des nazis.

Le débat à ce sujet est récurrent en Allemagne. Il avait ressurgi en 2020 dans la foulée de la mobilisation antiraciste aux États-Unis et dans le monde après la mort de l’Américain noir George Floyd, tué par un policier blanc.

Le terme « race » est critiqué car il sous-entend indirectement l’existence de races humaines différentes. Les régions de Sarre, du Brandebourg et de la Thuringe l’ont pour cette raison déjà supprimé de leurs propres constitutions.

En 2021, le vice-chancelier Robert Habeck, alors chef des Verts, avait signé une tribune dans laquelle il plaidait pour la suppression. « Il n’y a pas de ‘races’. Il y a des êtres humains », avait-il écrit.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.