Israël en guerre - Jour 288

Rechercher

L’ambassade d’Israël en Espagne et le gouvernement s’opposent sur des déclarations

L'ambassade a mis en garde contre des déclarations "de membres du gouvernement (...), non seulement absolument immorales, mais qui mettent en danger les communautés juives"

Un homme brandit un panneau où est écrit "Paix" en espagnol pendant un rassemblement pro-israélien aux abords de l'ambassade israélienne de Madrid, en Espagne, le 10 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Manu Fernandez)
Un homme brandit un panneau où est écrit "Paix" en espagnol pendant un rassemblement pro-israélien aux abords de l'ambassade israélienne de Madrid, en Espagne, le 10 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Manu Fernandez)

L’ambassade d’Israël à Madrid et le gouvernement espagnol se sont opposés lundi à propos de déclarations de ministres de la gauche radicale sur les représailles israéliennes dans la bande de Gaza à l’attaque du Hamas, le 7 octobre.

« Nous lançons un appel au président du gouvernement, Pedro Sanchez, pour qu’il dénonce et condamne sans équivoque ces déclarations honteuses », a publié lundi soir l’ambassade sur le réseau social X.

Les déclarations « de membres du gouvernement (…) sont non seulement absolument immorales, mais elles mettent également en danger les communautés juives en Espagne, en les exposant au risque d’un plus grand nombre d’incidents et d’attaques antisémites », poursuit l’ambassade.

Quelques minutes plus tard, le gouvernement espagnol a répondu qu’il rejetait « catégoriquement les contrevérités du communiqué de l’ambassade d’Israël concernant certains de ses membres et n’accepte pas les insinuations infondées à leur sujet », dans un communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères.

« Dans une démocratie complète comme en Espagne (…) tout dirigeant politique peut exprimer librement ses positions en tant que représentant d’un parti politique », a poursuivi l’exécutif.

Ione Belarra (Podemos), ministre de Droits sociaux, a demandé samedi que « face à la tentative de génocide menée par l’État d’Israël à Gaza, (…) le gouvernement espagnol poursuive (le Premier ministre israélien) Benjamin Netanyahu devant la Cour pénale internationale pour crimes de guerre ».

Le ministre de la Consommation, Alberto Garzon (Izquierda unida), a lui qualifié de « pure barbarie » les bombardements israéliens sur la bande de Gaza.

De son côté, le Premier ministre socialiste Pedro Sanchez avait condamné « fermement et sans ambages d’aucune sorte, l’attentat terroriste du Hamas en Israël, ainsi que les meurtres d’Israéliens ». S’il a reconnu le droit d’Israël « à se défendre », il a rappelé qu’il devait s’exercer « dans les limites du droit international humanitaire ».

Israël s’est engagé à détruire le Hamas.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.