L’armée israélienne lance un exercice simulant une guerre sur plusieurs fronts
Rechercher

L’armée israélienne lance un exercice simulant une guerre sur plusieurs fronts

L'objectif de l'exercice est de tester et d'améliorer la communication entre les différentes corps de l'armée, selon Tsahal

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des officiers du commandement du Nord de l'armée israélienne briefent le Chef d'Etat major de l'armée Aviv Kohavi, au centre, et d'autres hauts gradés lors d'un exercice surprise dans le nord d'Israël en novembre 2019. (Crédit : Armée israélienne)
Des officiers du commandement du Nord de l'armée israélienne briefent le Chef d'Etat major de l'armée Aviv Kohavi, au centre, et d'autres hauts gradés lors d'un exercice surprise dans le nord d'Israël en novembre 2019. (Crédit : Armée israélienne)

Dimanche, l’armée israélienne a lancé un exercice de grand ampleur pour simuler une guerre sur plusieurs fronts. Des unités de tous les corps de l’armée participent au test, a déclaré l’armée.

L’exercice de quatre jours aura lieu comme un « exercice de quartier général », a précisé l’armée. Cela signifie que l’on se focalisera sur les aspects administratifs d’un tel conflit, et non sur l’entraînement tactique des soldats sur le terrain.

L’objectif de l’exercice consiste à tester et à améliorer la communication entre les différents corps de l’armée, les opérations en temps de guerre, et l’organisation entre les différents services, a déclaré Tsahal.

Des représentants du Commandement du Nord, du Commandement du sud, de l’Infanterie, de l’Armée de l’Air, de la Marine, du Directoire du renseignement, du Directoire des télécommunications et de la Défense informatique participeront à l’exercice.

L’exercice doit s’achever mercredi. L’armée a précisé que l’exercice était prévu à l’avance et qu’il n’était donc pas lié à une nouvelle menace particulière.

Pourtant, de l’avis général, l’armée estime qu’une future guerre dans le nord pourrait rapidement se propager pour devenir un conflit sur plusieurs fronts, avec des groupes terroristes du Liban, de la Syrie et de la bande de Gaza y participant.

Le mois dernier, l’armée avait tenu un exercice surprise de défense informatique simulant une attaque qui aurait paralysé des systèmes informatiques vitaux. Il s’agissait de la troisième inspection surprise visant à tester le niveau de préparation de l’armée sous la direction du chef d’Etat major Aviv Kohavi, entré en fonction l’an dernier.

« Lors de l’exercice, des centaines de stations informatiques de commande et de contrôle étaient hors d’usage dans des unités de Tsahal », a déclaré l’armée israélienne.

Des soldats du Commandement du Front de Tsahal travaillent dans un centre de commande utilisé pour superviser le système d’alerte du pays dans une photographie sans date. (Crédit : Armée israélienne)

En novembre, Kohavi avait tenu le précédent exercice militaire surprise dans le nord d’Israël, avec des milliers de soldats conscrits et réservistes y prenant part.

« Les soldats ont simulé le passage d’une situation quotidienne à l’urgence, de la défense à l’attaque; les procédures pour rassembler les hommes et les armes; sortir les équipements; et le mouvement des troupes à travers la région », avait déclaré l’armée à l’époque.

L’exercice surprise de novembre a été tenu dans la Vallée de Jezréel et dans la Haute Galilée dans le nord d’Israël. Il visait à tester l’état de préparation de l’armée en cas d’éclatement soudain de la guerre dans le nord, spécifiquement contre le groupe terroriste du Hezbollah soutenu par l’Iran et d’autres alliés iraniens de la région.

En septembre, Kohavi avait ordonné sa première inspection surprise de l’état de préparation de l’armée, afin de tester la capacité de la Marine à réagir rapidement à une menace maritime le long de la côte nord du pays.

Ces exercices ont eu lieu dans et autour de la base de la marine de Haïfa, qui abrite une grande variété de vaisseaux de la marine, dont des petits bateaux de patrouille, des navires de guerre et des sous-marins, qui ont tous participé à l’exercice.

La Marine israélienne devrait jouer un rôle clef dans n’importe quel conflit futur contre le groupe terroriste du Hezbollah. Ce dernier a identifié les plateformes israéliennes offshore de gaz naturel et d’autres positions maritimes comme des cibles stratégiques.

Ces dernières années, l’armée israélienne a été sous le feu de critiques. On l’a accusée de ne pas être suffisamment préparée à une guerre de grande ampleur.

Ces craintes ont été soulevées en premier lieu par l’ancien médiateur de l’armée, le général Yitzhak Brick, qui avait alors accusé Tsahal de ne pas respecter ses propres standards et de vouloir couvrir ses insuffisances.

Tsahal a démenti les accusations de Brick, affirmant être à son plus haut niveau de préparation depuis des décennies, tout en prenant d’autres mesures pour améliorer encore sa préparation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...