L’armée israélienne se prépare pour une bataille à long terme contre le Covid-19
Rechercher

L’armée israélienne se prépare pour une bataille à long terme contre le Covid-19

L'armée israélienne va accorder des permissions à certains soldats et s'active également à aider les communautés arabes israéliennes touchées par le virus

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldat se préparent à distribuer des rations de nourriture aux résidents des villes et localités durement touchées par le coronavirus, photo sans date.
(Armée israélienne)
Des soldat se préparent à distribuer des rations de nourriture aux résidents des villes et localités durement touchées par le coronavirus, photo sans date. (Armée israélienne)

L’armée israélienne prépare des « stratégies de gestion » de la crise alors qu’elle devrait continuer à gérer l’épidémie du coronavirus dans les mois à venir, a fait savoir le porte-parole de l’armée.

« La semaine dernière, nous avons constitué plusieurs équipes sous la responsabilité de l’adjoint du chef d’état-major pour voir comment gérer la crise du coronavirus dans les prochains mois. Pendant combien de mois ? Je ne sais pas », a déclaré le porte-parole de Tsahal Hidai Zilberman.

Il a expliqué que la plupart des réponses immédiates, actuelles et fortes menées par l’armée contre la crise n’étaient pas tenables à long terme et qu’il faudrait donc les revoir. Il a expliqué que cela concernait aussi bien les politiques au sein de l’armée que la manière dont Tsahal participe à l’effort national contre la maladie.

« Dans l’armée, nous ne parlons pas d’une stratégie de sortie, mais de gestion », a-t-il dit, en référence aux propositions gouvernementales pour « sortir » de la situation actuelle et reprendre une vie plus normale.

Des soldats distribuent des rations de nourriture aux résidents de villes et localités durement touchées par le coronavirus. (Crédit : Armée israélienne)

Comme exemple des questions actuellement discutées par les équipes de l’adjoint du chef d’état-major de Tsahal Eyal Zamir, Hidai Zilberman a évoqué le cas des réservistes qui sont venus servir dans le Commandement du Front. Celui-ci a été en première ligne de l’aide militaire apportée aux civils israéliens. En tant que réservistes, ces soldats finiront par être démobilisés, même si leur aide reste actuellement primordiale.

S’exprimant aux journalistes, le porte-parole a noté que l’armée commençait déjà à assouplir certaines restrictions imposées sur ces soldats, en leur permettant de rentrer chez eux pour 3 ou 4 jours, à partir de dimanche.

Il a indiqué que cela concernait environ 1 400 soldats aidant actuellement la police à faire appliquer le confinement national. Ces soldats seraient bientôt remplacés par de nouvelles recrues militaires.

Hidai Zilberman a expliqué qu’il s’agissait d’une « opération logistique et médicale très complexe ». Tsahal doit essayer d’empêcher ses soldats de contracter le coronavirus alors qu’ils sont en permission. L’armée doit également s’assurer que tout soldat infecté ne contamine pas ses camarades à son retour ».

Pour traiter ce premier problème, avant de quitter leurs bases, les soldats seront briefés sur les règles de distanciation sociale qu’ils devront suivre. Ils quitteront la base dans des voitures privées conduites par des membres de leur famille ou des navettes mises en place par l’armée.

Un soldat se prépare à distribuer des rations de nourriture aux résidents des villes et localités durement touchées par le coronavirus. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée espère qu’elle pourra tenir cet objectif en faisant revenir ses soldats progressivement dans ce qu’elle appelle des capsules – des groupes en auto-isolation. Si une capsule a été en contact avec la maladie, les autres capsules ne risqueraient pas d’être infectées.

L’armée a expliqué qu’elle utilise cette méthode depuis plusieurs semaines dans d’autres unités.

Les soldats resteraient dans ces capsules, sans interagir avec les autres, pendant l’ensemble de la période d’incubation, avant d’être autorisés à retrouver les autres, même si les interactions resteraient limitées.

Selon Hidai Zilberman, 131 soldats ou employés civils de Tsahal sont actuellement atteints du Covid-19, tandis que 42 autres en ont guéri. Ils ne présentaient tous que des symptômes légers. Par ailleurs, 1 600 autres personnels de l’armée se trouvent aussi en quarantaine.

La coopération arabe

Lors de ce briefing téléphonique, Hidai Zilberman a aussi évoqué des efforts actuels de l’armée pour aider les autorités de localités fortement touchées par la maladie, notamment un nombre croissant de villes arabes.

Il a noté que les soldats israéliens avaient jusqu’à présent distribué 200 000 rations de nourriture et de produits d’hygiène aux villes et localités arabes durement touchées par le virus. Environ 90 000 rations ont été distribuées aux résidents de Bnei Brak, et 60 000 aux habitants de Jérusalem, deux villes avec des taux élevés d’infections.

Le porte-parole a expliqué que la coopération militaire avec les villes arabes « fonctionnait bien » – en référence aux relations souvent compliquées entre les Arabes israéliens et les services de sécurité du pays.

Il a cependant reconnu qu’il y avait eu un petit nombre de cas où des municipalités avaient demandé que les soldats ne distribuent pas les rations à certaines maisons pour laisser des employés municipaux s’en charger, afin d’éviter des conflits et frictions.

Un soldat se prépare à distribuer des rations de nourriture aux résidents des villes et localités durement touchées par le coronavirus. (Crédit : Armée israélienne)

Interrogé pour savoir s’il y avait des villes et des localités où les soldats ne pourraient pas entrer par crainte d’un conflit, Hidai Zilberman a répondu que ce n’était pas encore un problème, mais il a concédé que « cela pourrait bien avoir lieu dans le futur ».

En plus de la distribution de nourriture, l’armée travaille pour aider à évacuer les résidents des localités arabes qui ont contracté le coronavirus ou qui doivent être placés en quarantaine dans des installations fermées. Tsahal a déclaré aider également le service d’urgence du Magen David Adom à mettre en place des sites de tests mobiles dans les zones arabes, dont Jérusalem-Est, Deir al-Asad, Jisr az-Zarqa, Fureidis et d’autres.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...