L’auteur présumé de la tuerie de la mosquée de Québec a été inculpé
Rechercher

L’auteur présumé de la tuerie de la mosquée de Québec a été inculpé

Les victimes regrettent qu'Alexandre Bissonnette, proche de l'extrême-droite, n'ait pas été accusé de faits de terrorisme

La police canadienne déployée sur les lieux d'une fusillade dans la mosquée du Centre islamique culturel de Québec, le 29 janvier 2017. (Crédit : Alice Chiche/AFP)
La police canadienne déployée sur les lieux d'une fusillade dans la mosquée du Centre islamique culturel de Québec, le 29 janvier 2017. (Crédit : Alice Chiche/AFP)

L’auteur présumé de la tuerie qui a fait six morts dans une mosquée de Québec fin janvier a été formellement inculpé lundi d’homicide et de tentative de meurtre.

Pour la première fois depuis la fusillade du 29 janvier, un homme grièvement blessé lors du drame ainsi que quatre veuves de victimes ont assisté à la comparution d’Alexandre Bissonnette, qui est demeuré impassible lors de cette courte audition chargée d’émotion.

L’homme de 27 ans a été inculpé pour le meurtre de six personnes et de tentative de meurtre concernant les 35 autres fidèles qui se trouvaient dans la mosquée, selon le procureur aux poursuites criminelles et pénales.

« C’est un progrès énorme », a dit Boufeldja Benabdallah, cofondateur du Centre culturel islamique de Québec, tout en déplorant que l’ancien étudiant aux idées proches de l’extrême-droite n’ait pas été accusé de « terrorisme ».

De gauche à droite, le maire de Montréal, Denis Coderre, le maire de Québec, Regis Labeaume, le Premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et le Premier ministre du Canada, Justin Trudeau, rendent hommage à trois des victimes du meurtre au Centre culturel islamique du Québec à Montréal, le 2 février 2017. (Crédit : Chris Wattie/Piscine/AFP)
De gauche à droite, le maire de Montréal, Denis Coderre, le maire de Québec, Regis Labeaume, le Premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et le Premier ministre du Canada, Justin Trudeau, rendent hommage à trois des victimes du meurtre au Centre culturel islamique du Québec à Montréal, le 2 février 2017. (Crédit : Chris Wattie/Piscine/AFP)

Les 35 fidèles survivants, dont quatre enfants de huit à douze ans, « ne doivent pas être laissés pour compte », a-t-il dit. « Ils étaient sur place, ils ont été blessés dans leur corps, leur moral, leur psychique. La justice est en train de jouer un rôle fondamental pour soigner ces blessures. »

La date du procès, « qui aura lieu devant un juge et un jury de la Cour supérieure du Québec », sera fixée le 11 décembre, a indiqué le procureur.

Le 29 janvier, pendant la prière du dimanche soir, un tireur avait fait irruption dans la mosquée du quartier résidentiel de Sainte-Foy à Québec et ouvert le feu sur les fidèles rassemblés avec une arme de poing, faisant six morts, soit l’une des pires tueries contre des musulmans en Occident.

Les jours suivants, des milliers de personnes dont le Premier ministre du Canada Justin Trudeau s’étaient rassemblées à Québec pour exprimer leur soutien à la communauté musulmane.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...