Israël en guerre - Jour 201

Rechercher

Le Hezbollah affirme avoir pris pour cible le Dôme de fer avec des drones armés

Tsahal déclare qu'il n'y a eu ni dégâts ni blessés dans l'attaque ; les avions de combat frappent des bâtiments du sud-Liban utilisés par le groupe terroriste chiite libanais

Illustration : Des soldats israéliens patrouillant dans une zone proche du nord du kibboutz Kfar Blum, près de la frontière avec le Liban, le 25 janvier 2024. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)
Illustration : Des soldats israéliens patrouillant dans une zone proche du nord du kibboutz Kfar Blum, près de la frontière avec le Liban, le 25 janvier 2024. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)

Au moins deux drones en provenance du Liban ont explosé près du kibboutz Kfar Blum, dans le nord du pays, samedi en début d’après-midi, sans faire de blessés.

Les lancements étaient vraisemblablement à l’origine des sirènes entendues vers 12h30 dans plusieurs localités proches de la frontière, qui ont été en grande partie évacuées.

Le Conseil régional de Haute Galilée a déclaré que les impacts avaient provoqué un incendie mais n’avaient pas fait de victimes.

Selon l’armée israélienne, l’attaque n’a causé ni dégâts ni blessures et l’incident fait l’objet d’une enquête.

Le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah a affirmé avoir pris pour cible une batterie du Dôme de Fer près de Kfar Blum à l’aide de deux drones chargés d’explosifs.

Plus tard dans la journée de samedi, Tsahal a déclaré avoir frappé un bâtiment à Kfar Kila, dans le sud du Liban, après qu’un terroriste du Hezbollah a été repéré en train d’y pénétrer. Le terroriste a été identifié par la 869e unité du Corps de Collecte de Renseignements et, peu de temps après, un avion de chasse a frappé le bâtiment, a ajouté l’armée.

À Naqoura et Ayta ash-Shab, également dans le sud du Liban, Tsahal a déclaré que des avions de combat avaient frappé d’autres bâtiments utilisés par le Hezbollah, ainsi qu’un poste d’observation à Khiam.

Le groupe terroriste chiite libanais a également lancé un certain nombre de roquettes et de missiles sur les zones du mont Dov, de Margaliot et de Shomera, sans faire de blessés, selon l’armée israélienne.

Depuis le 8 octobre, le Hezbollah a attaqué presque quotidiennement des communautés israéliennes et des postes militaires le long de la frontière avec des roquettes, des drones, des missiles anti-chars et d’autres moyens, le groupe terroriste affirmant qu’il le fait pour soutenir Gaza dans le cadre de la guerre qui s’y déroule. Le Hezbollah est un supplétif de l’Iran au Liban et les groupes terroristes palestiniens du Hamas et Jihad islamique palestinien sont soutenus par l’Iran.

Tsahal a régulièrement répondu par des frappes au Liban, tout en avertissant que la présence du Hezbollah à la frontière ne serait plus tolérée et en mettant en garde contre une guerre dans le nord si les efforts internationaux en cours ne parvenaient pas à déloger les forces du groupe terroriste de la zone frontalière.

La guerre à Gaza a éclaté après les massacres perpétrés par le groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre, au cours desquels quelque
3 000 terroristes ont fait irruption en Israël par voie terrestre, aérienne et maritime, tuant près de 1 200 personnes et prenant 253 otages, pour la plupart des civils.

Promettant d’anéantir le Hamas, Israël a lancé une opération militaire de grande envergure dans la bande de Gaza. Le Hezbollah, allié du groupe terroriste palestinien et soutenu par l’Iran, a répondu par des frappes et des attaques sur le front nord.

Jusqu’à présent, les affrontements à la frontière ont causé la mort de sept civils du côté israélien, ainsi que celle de dix soldats et réservistes de Tsahal. Plusieurs attaques ont également été lancées depuis la Syrie, sans faire de blessés.

Du côté du Hezbollah, 244 de ses terroristes ont été tués par Israël depuis le 8 octobre, principalement au Liban, mais aussi en Syrie.

Au Liban, 42 autres membres de groupes terroristes distincts, un soldat libanais et au moins 30 civils, dont trois journalistes, ont été tués.

Face aux attaques incessantes du Liban, les responsables israéliens maintiennent que le pays n’acceptera plus la présence du Hezbollah le long de la frontière, en violation de la résolution de l’ONU qui a mis fin à la Deuxième Guerre du Liban en 2006. Ils affirment que, depuis ces positions, les terroristes pourraient lancer une attaque similaire à celle du Hamas le 7 octobre dans le sud d’Israël.

Jérusalem affirme également que le fait que des dizaines de milliers de résidents du nord soient tenus à l’écart de leurs maisons depuis des mois par les attaques du Hezbollah est intolérable et insoutenable.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.