Corbyn remet en cause l’interdiction du Hezbollah
Rechercher

Corbyn remet en cause l’interdiction du Hezbollah

Le parti travailliste britannique a tout de même annoncé qu'il ne s'opposera pas activement au nouveau classement du groupe terroriste chiite libanais

Le chef du Parti travailliste Jeremy Corbyn s'adresse aux délégués à la conférence du Parti travailliste à Liverpool, en Angleterre, le 26 septembre 2018. (Leon Neal/Getty Images/via JTA)
Le chef du Parti travailliste Jeremy Corbyn s'adresse aux délégués à la conférence du Parti travailliste à Liverpool, en Angleterre, le 26 septembre 2018. (Leon Neal/Getty Images/via JTA)

Avant la décision prise lundi par le ministre de l’Intérieur Sajid Javid, le Royaume-Uni distinguait les branches politique et armée du Hezbollah. Seule la branche armée était interdite par la législation britannique.

Mardi, le Parti travailliste, dont le leader Jeremy Corbyn a autrefois fait référence au Hezbollah comme des « amis », a déclaré que le ministère de l’Intérieur n’avait pas fourni de preuves pour justifier son changement de position vis-à-vis de l’organisation soutenue par l’Iran.

« Les décisions d’interdiction d’organisations considérées comme des groupes terroristes sont supposées être effectuées sur la base de l’avis de fonctionnaires à l’appui de preuves claires que ces organisations ne respectent pas les critères établis par le loi », a déclaré le Parti travailliste dans un communiqué.

« Le ministère de l’Intérieur doit donc maintenant démontrer que cette décision a été prise de manière objective et impartiale, en se basant sur de nouvelles preuves claires, et non pas par des ambitions de ses dirigeants », a ajouté le parti.

Même s’il a remis en question la décision, le Labour a déclaré qu’il ne s’y opposerait pas activement, selon le journal The Guardian.

La nouvelle décision devait être approuvée plus tard mardi lors d’un vote de la Chambre des communes portant sur un amendement classant également une série d’organisation jihadistes d’Afrique de l’ouest comme des organisations terroristes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...