Israël en guerre - Jour 251

Rechercher

Le nord en feu après des attaques du Hezbollah : les résidents fustigent le gouvernement

L'opposition dénonce la "faiblesse" du gouvernement alors que des incendies ravagent des pans entiers du territoire

Les autorités israéliennes combattent mardi d’intenses feux de forêts dans le nord du pays qui se sont déclarés peu après des tirs de roquettes et des frappes de drones chargés d’explosifs depuis le Liban voisin et ont nécessité l’évacuation partielle d’une localité.

« Les unités de lutte contre les incendies, assistées par diverses entités, travaillent à éteindre les incendies », a indiqué la police israélienne dans un communiqué, précisant que plusieurs résidences de Kiryat Shmona avaient été « évacuées ».

Un photographe de l’AFP dans cette ville du nord-est a vu d’intenses brasiers dévorer des pans de ce secteur jouxtant la frontière avec le Liban, théâtre d’échanges de tirs quasi quotidiens entre l’armée israélienne et le Hezbollah en marge de la guerre qu’Israël mène contre le Hamas à Gaza après les massacres palestiniens barbares du 7 octobre.

L’armée israélienne a indiqué avoir déployé des renforts afin notamment d’épauler les pompiers débordés par l’ampleur des incendies.

« Six soldats réservistes ont été légèrement blessés par l’inhalation de fumée et transférés à l’hôpital pour recevoir des soins médicaux », a précisé l’armée, assurant « qu’aucune vie humaine » n’était en danger « à ce stade ».

Les dirigeants du commandement Nord de l’armée sont arrivés dans la nuit à Kiryat Shmona pour « évaluer la situation » dans ce secteur.

Le bureau du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a indiqué suivre de près, en lien avec l’armée, l’évolution de ces incendies qui se sont déclarés lundi après des tirs de roquettes et des chutes de drones armés lancés depuis le Liban.

L’incendie qui a débuté dimanche et s’est poursuivi lundi a provoqué des feux de forêt qui se sont rapidement propagés en raison de la chaleur et de la sécheresse. Onze personnes ont été traitées pour une légère inhalation de fumée et des biens et des zones agricoles ont été endommagés.

Mardi matin, les services d’incendie et de secours ont déclaré avoir maîtrisé la plupart des incendies. Cependant, vers 9 heures, les sirènes d’alerte ont retenti dans toute la Galilée en raison d’une possible attaque de drones et de roquettes en provenance du Liban. Un missile d’interception israélien, apparemment lancé sur une cible, aurait échoué et explosé près de la ville de Safed. La chute de fragments du missile a provoqué un nouvel incendie dans la région.

Les habitants et les autorités locales du nord d’Israël ont exigé mardi que le gouvernement prenne des mesures claires pour rétablir la sécurité.

Un incendie causé par des roquettes tirées depuis le Liban, dans la ville de Kiryat Shmona, au nord du pays, le 3 juin 2024. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Un porte-parole de Kiryat Shmona, où des incendies se sont déclarés pendant la nuit à la périphérie de la ville frontalière évacuée, a déploré que le gouvernement ne parvienne même pas à assurer le niveau de sécurité le plus élémentaire pour les résidents.

Les législateurs de l’opposition ont critiqué le gouvernement pour son incapacité à contrôler l’escalade du conflit frontalier avec le Hezbollah, soutenu par l’Iran, tandis que les ministres d’extrême droite ont déclaré qu’il était temps d’entrer en guerre au Liban, une action que le gouvernement a cherché à éviter car Israël combat déjà le groupe terroriste palestinien Hamas dans la bande de Gaza, sans qu’une fin claire à ce conflit ne soit en vue après huit mois de guerre.

« Les politiciens parlent tellement qu’ils n’arrivent pas à faire quoi que ce soit », a déclaré Doron Shnaper, porte-parole de la municipalité de Kiryat Shmona, à la chaîne publique Kan. « Je préférerais que l’on parle moins et que l’on agisse davantage, en matière de sécurité et d’économie, dès le lendemain de la guerre. Il y a eu beaucoup de promesses. Dans les faits, rien ne se passe. »

La ville, ainsi que de nombreuses autres localités proches de la frontière libanaise, a été en grande partie évacuée de ses habitants lorsque le Hezbollah a commencé à attaquer la frontière le 8 octobre, le lendemain de l’attaque dévastatrice menée par le groupe terroriste palestinien Hamas contre Israël, qui a déclenché la guerre à Gaza. Le Hezbollah, qui a pénétré de plus en plus profondément dans le nord d’Israël en multipliant les tirs de roquettes et les attaques de drones, affirme qu’il agit en soutien aux Palestiniens.

Alors qu’il s’entretenait avec Kann, Shnaper a déclaré qu’il entendait des explosions dans la zone frontalière.

« Quiconque pense que l’on peut nous laisser [les résidents] pendant huit mois » sans domicile, « et que cela résoudra le problème, commet une grave erreur », a-t-il déclaré. « Si vous ne vous occupez pas de Kiryat Shmona, vous aurez du terrorisme et des roquettes à Tel Aviv, mais il sera alors trop tard. Il est très triste qu’en 2024, Israël ne puisse pas nous fournir la chose la plus élémentaire, la sécurité. »

« Le Hezbollah se bat et nous ne faisons presque rien », a déploré Shnaper.

Amit Freedman, un habitant de Kiryat Shmona, a déclaré au site d’information Ynet que les incendies étaient un « cauchemar ».

« Nous demandons au gouvernement de s’occuper du nord », a-t-il déclaré. « Il semble qu’ils nous aient oubliés. C’est comme s’ils avaient donné au chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, un laissez-passer pour faire ce qu’il veut. »

Le rabbin Ariel Barkaï, directeur d’une yeshiva à Kiryat Shmona, a déclaré à Ynet : « Nous demandons au gouvernement d’agir afin de rétablir de manière décisive la sécurité dans le nord ».

Alors que les habitants appellent à l’action, les membres du cabinet d’extrême droite demandent aux dirigeants de déchaîner l’armée sur le Hezbollah. Bien qu’Israël ait répondu aux attaques du Hezbollah par des frappes mesurées sur les membres et les infrastructures du groupe terroriste au Liban, les ministres ont appelé à une guerre totale, comme ils le font depuis des semaines.

Dans une déclaration citée par les médias israéliens, le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, a écrit que « ce qui se passe au nord est une faillite [morale] », dénonçant la « gestion imprudente » d’un cabinet prétendument encore pris dans l’idée que des contre-attaques limitées apporteront une tranquillité à long terme.

« Nous assistons à la poursuite d’une politique qui a conduit directement au 7 octobre », a écrit Ben Gvir. « Il est temps que tout le Liban brûle. »

Le leader du parti Otzma Yehudit, le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir, dirige une réunion de faction à la Knesset, à Jérusalem, le 3 juin 2024. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)

Le ministre des Finances, Bezalel Smotrich, a tweeté : « La nouvelle conception menée par le cabinet de guerre s’enflamme depuis de nombreuses heures et nous explose à la figure », faisant référence au panel de trois membres établi pour superviser la guerre en cours, composé du premier ministre Benjamin Netanyahu, du ministre de la Défense Yoav Gallant, et du ministre Benny Gantz.

« Il y a un an, un ministre de la Défense a déclaré que nous allions renvoyer le Liban à l’âge de pierre », a-t-il poursuivi, rappelant les propos de Gallant.

« Le moment est venu » de le faire, a écrit Smotrich, en s’adressant à Netanyahu, à Gallant et au chef d’état-major de Tsahal, Herzi Halevi. « Le peuple israélien tout entier soutient cette décision. »

Les législateurs de l’opposition ont reproché au gouvernement de ne pas protéger le nord du pays et ont appelé à des élections pour remplacer la coalition.

Le chef de l’opposition, Yair Lapid, a tweeté : « Le nord s’enflamme et la dissuasion israélienne prend feu avec lui. Le gouvernement n’a aucun plan pour le lendemain à Gaza, aucun plan pour le retour des habitants dans le nord, aucune gestion, aucune stratégie. C’est un gouvernement d’abandon total ».

Lapid a également critiqué le député d’extrême droite Ben Gvir, dont le ministère supervise les services de lutte contre les incendies, pour avoir assisté à un événement festif à Jérusalem alors que les incendies faisaient rage dans le nord du pays. Ben Gvir a déclaré qu’il n’avait assisté à l’événement que pendant 10 minutes.

« Il n’y a jamais eu de gouvernement aussi imprudent dans l’histoire du pays », a déclaré Lapid. « Ils ne se soucient tout simplement pas. Ni du nord, ni du sud, ni des otages ».

D’autres membres du parti Yesh Atid de Lapid se sont également exprimés contre le gouvernement.

La députée Yasmin Sacks-Friedman a tweeté que « toute la nuit, le nord s’est embrasé » alors que Ben Gvir donnait une interview en studio aux médias et participait à l’événement à Jérusalem.

Le député Moshe Turpaz a appelé à des « élections maintenant », au motif que « le gouvernement israélien a perdu le nord », une expression à prendre au sens propre comme au figuré.

Le député d’Yisrael Beytenu, Vladimir Beliak, a méprisé une mise à jour envoyée dans la nuit par le bureau du Premier ministre concernant le voyage prévu de Netanyahu aux États-Unis pour s’exprimer devant le Congrès.

Dans un tweet, il s’est moqué de Netanyahu qui avait déclaré à propos du nord le 23 mai : « Nous travaillons constamment dans le nord également – nous avons des plans détaillés, importants et même surprenants », accompagné d’une capture d’écran de la mise à jour du cabinet du Premier ministre.

Le leader du parti HaTzionout HaDatit , le ministre des Finances Bezalel Smotrich, dirigeant une réunion de faction dans le nord d’Israël, le 19 mai 2024. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

Le député de Tikva Hadasha Zeev Elkin a tweeté que « le nord brûle, et le feu du Hezbollah s’intensifie et s’étend », tournant en dérision le
« gouvernement totalement faible ».

Les incendies sont survenus dans un contexte d’intensification des escarmouches transfrontalières entre Israël et le Hezbollah, le groupe terroriste soutenu par l’Iran ayant effectué de nombreux tirs de barrage en Galilée et sur le plateau du Golan au cours des derniers jours. Selon l’Autorité israélienne de la nature et des parcs, une série de tirs de roquettes et de drones a provoqué dimanche des feux de brousse qui ont consumé un millier d’hectares dans des zones ouvertes, y compris des réserves naturelles.

Le leader de l’opposition Yaïr Lapid lors d’une réunion de sa faction Yesh Atid, à la Knesset, à Jérusalem, le 11 mars 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Depuis le 8 octobre, les forces dirigées par le Hezbollah ont attaqué presque quotidiennement des communautés israéliennes et des postes militaires le long de la frontière, le groupe affirmant qu’il le fait pour soutenir Gaza dans le cadre de la guerre qui s’y déroule.

Jusqu’à présent, les escarmouches à la frontière ont causé la mort de 10 civils du côté israélien, ainsi que celle de 14 soldats et réservistes de Tsahal. Plusieurs attaques ont également été lancées depuis la Syrie, sans faire de blessés.

Le Hezbollah a nommé 328 membres qui ont été tués par Israël au cours des accrochages en cours, principalement au Liban, mais aussi en Syrie. Au Liban, 62 autres agents d’autres groupes terroristes, un soldat libanais et des dizaines de civils ont été tués.

Israël s’est dit ouvert à une solution diplomatique au conflit, mais a menacé de faire la guerre au Hezbollah pour rétablir la sécurité dans le nord d’Israël, où des dizaines de milliers de civils sont actuellement déplacés.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.